Banque alimentaire : une collecte 2020 exceptionnelle contre toute attente

Par Nicolas Defay mer 09/12/2020 - 16:30 , Mise à jour le 09/12/2020 à 16:30

Malgré les craintes de son président départemental, Jean-Marie Guérault, l’association humanitaire peut inscrire une croix blanche sur l’historique des collectes annuelles. Son appel au secours lancé il y a dix jours a été clairement entendu par les donateurs et bénévoles altiligériens.

46 tonnes ! C’est la surprise qu’ont découvert, au terme de cette 36ème collecte annuelle, les bénévoles de la Banque alimentaire de Haute-Loire. Un constat à l’opposé des inquiétudes soulevées par le président de l’association départementale avant l’événement. « Nous avions pensé que le contexte très anxiogène interfèrerait dans cet élan de générosité indispensable pour nous et les 5 000 personnes dans le besoin, partage Jean-Marie Guérault. Notre SOS a été plus qu’entendu et nous avons pu rétablir notre stock de denrées alimentaires. Jamais nous ne pourrions assez remercier tous les donateurs qui contribuent par leurs gestes à lutter contre la misère, une misère qui se densifie chaque année un peu plus. »

Des denrées et des participations financières

À titre de comparaison, la Banque Alimentaire avait récolté 38 tonnes de produits en 2019. « Là, nous en sommes à 46 tonnes, s’enthousiasme Jean-Marie Guérault. 25 sont stockés dans nos locaux du Puy-en-Velay, 11 à Monistrol-sur-Loire et 10 à Paulhaguet. Et nous allons assurément revoir ce chiffre à la hausse car il nous reste encore trois magasins à ramasser à Bas-en-Basset, Yssingeaux et Saint-Just-Malmont. » Le président tient à préciser aussi que le Rotary Mont Anis et le Rotary Yssingeaux Vallée du Haut-Lignon participent financièrement à l’achat de produits supplémentaires.

Des centaines de bénévoles dans les 66 lieux de collectes

Du côté des bénévoles, la même crainte avait été évoquée avant le lancement de cette campagne. « Un certain nombre avait décliné leurs participations par peur du Covid et d’une contagion éventuelle, explique Jean-Marie Guérault. Chose que je comprends aisément. D’habitude, nous avons environ 600 bénévoles chaque année pour la grande collecte. Cette année, nous en avons eu une centaine de moins mais la conviction et l’énergie sont restés plus vivaces que jamais ».

Parmi les nombreuses origines de bénévoles dévoilées par le président de l’association, la Réserve Civique est venue en nombre pour recueillir les produits dans l’un des 66 lieux de collectes dans le département. À noter que 38 bénévoles habituels travaillent toute l’année dans les structures de la Banque alimentaire. « 20 œuvrent au Puy, 10 à Paulhaguet et 8 à Monistrol. En Haute-Loire, il n’y aucun salarié dans l’association. C’est dire l’importance de leur dévouement à tous ! »

Les bénévoles volontaires
L’école de la 2ème Chance
Les Restos du Cœur
Le Rotary de Brioude, de Firminy, du Puy-en-Velay et d’Yssingeaux
Les élèves de la Chartreuse à Brives-Charensac, le Sacré Cœur à Ste-Sigolène, les lycées St-Jacques de Compostelle au Puy et Le Château à Monistrol
Les scouts
Les équipes de football
La Réserve civique
Les CCAS et associations caritatives adhérentes à la Banque alimentaire
Les Épiceries solidaires
Hélène et sa famille au Monastier
Les amis d’Hubert de Verneuil à Paulhaguet
L’association Déclic à Brioude
La société Philis
Les garages Renault et Roche
Les magasins Super U, Carrefour Brioude
Emmaüs
Les régies de quartier
GRDF
L’Armée du Salut
Les mairies participantes
Velay Précision
Les journalistes et les médias qui ont relayé les informations

La Haute-Loire, meilleure élève d’Auvergne

Jean-Marie Guérault a sûrement eu la bonne intuition en médiatisant fortement son appel au secours car la Haute-Loire se classe en haut de tableau parmi les quatre départements auvergnats. « En comparant avec l’année précédente, cette grande récolte 2020 a été en baisse dans l’Allier, nous apprend-il. Je sais que le Puy-de-Dôme et le Cantal ont le même résultat qu’en 2019. En Haute-Loire, c’est une augmentation de 18 % ! Et ceci dans le contexte que nous connaissons et éprouvons tous actuellement ». En France, 79 Banques alimentaires effectuent leur grande collecte chaque année. En 2020, toujours à cause du virus et de la peur qu’il suscite, neuf d’entre elles ont préféré annuler l’événement pour le reporter ultérieurement.

Inquiétude concernant une augmentation des bénéficiaires

Cette édition s’est donc illustrée par un succès inattendu. Mais en dépit de ce stock important, Jean-Marie Guérault s’attend à une importante vague de bénéficiaires en début de l’année prochaine. « Avec toutes les entreprises qui n’ont pas pu travailler ou alors de façon partielle, je pense que beaucoup de gens vont se retrouver sur le carreau. Ces gens-là seront au chômage. Et qui dit chômage dit souvent précarité. Il y a à peu près 5 000 personnes qui se nourrissent par le biais des associations du département qui viennent se servir chez nous. J’ai bien peur que nous atteignons les 6 000 personnes, voire plus dans les mois à venir. Quoi qu’il en soit, nous serons toujours là ! »

Vous aimerez aussi

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire