Bac de philo : les réactions des lycéens au micro

mer 15/06/2016 - 18:56 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:42

Ce mercredi matin, certains avaient la boule au ventre, d'autres les jambes qui flageolent. Et d'autres étaient relax. A chacun sa façon d'appréhender le début des épreuves du baccalauréat qui demeure un diplôme à part, un sésame indispensable pour poursuivre ses études.
On dénombre en Haute-Loire 1 143 candidats à tenter leur chance en filière générale, 356 en bac technologique et 486 en bac professionnel. Zoomdici est allé traîner son micro aux abords du lycée Simone Weil au Puy-en-Velay, ce mercredi midi, et a rencontré exclusivement des élèves de séries technologiques. La plupart avaient opté pour le sujet suivant : "Pour être juste, suffit-il d’obéir aux lois ?"

La désobéissance civile de la CGT au coeur du sujet ?
Un sujet brûlant et on ne peut plus d'actualité, tant les actions de la CGT font polémique ces dernières semaines, en bloquant parfois des routes, parfois des raffineries et en allant même jusqu'à couper le réseau internet et téléphone du bassin du Puy... Autant d'actions de désobéissance civile pour se faire entendre, protester contre la loi travail et le recours du gouvernement à l'article 49-3. 
Mais devient-on forcément injuste lorsqu'on verse dans l'illégalité ? Pierre Marsein, le secrétaire général de la CGT 43, s'est d'ailleurs longuement expliqué dans Le Scan RCF/Zoomdici. Mais aucun des lycéens sondés ne nous a mentionné cet exemple d'actualité. 

Voici les sujets 2016
Sujets de la série L Littéraire :
Sujet 1 - Nos convictions morales sont-elles fondées sur l’expérience ?
Sujet 2 - Le désir est-il par nature illimité ?
Sujet 3 - explication de texte : Hannah ARENDT, « Vérité et politique », 1964.

Sujet de la série ES Economique et Social :
Sujet 1 - Savons-nous toujours ce que nous désirons ?
Sujet 2 - Pourquoi avons-nous intérêt à étudier l’histoire ?
Sujet 3 - Explication de texte : René DESCARTES, Principes de la philosophie (1644)

Sujet de la série S Scientifique :
Sujet 1 - Travailler moins, est-ce vivre mieux ?
Sujet 2 - Faut-il démontrer pour savoir ?
Sujet 3 - Explication de texte : MACHIAVEL, Le Prince (1532).

Sujet du Bac Technologique :
Sujet 1 - Pour être juste, suffit-il d’obéir aux lois ?
Sujet 2 - Pouvons-nous toujours justifier nos croyances ?
Sujet 3 - Explication de texte : MERLEAU-PONTY, Causeries (1948)

Nos lycéens philosophent
En Haute-Loire, près de 1 500 candidats au bac se sont lancés dans un marathon de six jours ce mercredi. On a traditionnellement débuté avec la philo et Zoomdici a sondé les lycéens de Simone Weil au Puy. Yvan (ST2S), Maria (ST2S), Alexandre (STL) et Esmeralda (ST2S) ont tous choisi le même sujet : "Pour être juste, suffit-il d’obéir aux lois ?" Voici leurs réponses.

Confiants pour la suite nos lycéens ? 
L'an dernier, 94,2 % des 1 080 candidats ont réussi leur bac général dans le département. 92,3 % ont décroché leur diplôme en filière technologique (sur 381 candidats). Et 83,4 % des 552 candidats au bac professionnel l'ont eu. Zoomdici a sondé les candidats à la sortie du lycée Simone Weil au Puy-en-Velay. Romuald (STL), Esmeralda (ST2S), Alexandre (STL), Coralie (ST2S), Célia (ST2S), Yvan (ST2S) et Maria (ST2S) nous livrent leurs impressions pour la suite des épreuves, leur état de confiance et leurs objectifs.

Maxime Pitavy

>> Pour rappel : 

Les élèves de première aussi
De leur côté, 2 580 élèves de première passent les épreuves anticipées dont 1 930 en filière générale (1 300 en Français et 630 en Sciences pour les séries L et ES) et 650 en filière technologique (325 en Français, 146 en Etude de gestion pour les séries STMG, 92 en Activités interdisciplinaires pour les ST2S et 87 en Histoire-Géographie pour les STI2D, STD2A et STL).

Le week-end pour souffler
Les épreuves du baccalauréat 2016 commencent donc ce mercredi 25 juin avec la philosophie, de 8 heures à 12 heures, pour les filières générale et technologique. Les autres épreuves écrites s'échelonneront du 16 au 22 juin. Les épreuves orales obligatoires se dérouleront du 23 au 28 juin. Et les oraux de rattrapage sont prévus les 7 et 8 juillet (le 6 juillet pour les bac pro).

----Dans l'académie, le candidat le plus jeune a 16 ans, la plus âgée 56 ans. 211 candidats sont, quant à eux, non scolarisés. Plus de 675 000 candidats passent le bac, cette année, en France.-----Fin du suspense le...
Les résultats seront accessibles sur le site internet de l’académie, www.ac-clermont.fr, rubrique « Publinet », et sur www.zoomdici.fr, à partir du 5 juillet à 9 heures pour toutes les filières (le 8 juillet à 15 heures pour les épreuves anticipées). Les résultats du rattrapage seront connus les 7 et 8 juillet en filière générale et technologique (le 8 juillet à 14 heures pour les bac pro).

Répartition par centre d’examen pour les épreuves écrites en filière générale

248 Lycée Léonard de Vinci, Monistrol-sur-Loire
209 Lycée Simone Weil, Le Puy
167 Lycée Notre Dame du Château, Monistrol-sur-Loire
123 Lycée Charles et Adrien Dupuy, Le Puy
104 Lycée Emmanuel Chabrier, Yssingeaux
99 Lycée Polyvalent La Fayette, Brioude
88 Lycée Saint Jacques de Compostelle, Le Puy
54 Lycée Saint Julien, Brioude
51 Lycée La Chartreuse Paradis, Brives Charensac

Répartition par centre d’examen pour les épreuves écrites en filière technologique
Lycée Charles et Adrien Dupuy, Le Puy : 59 candidats en STI2D
Lycée Simone Weil, Le Puy : 23 en STL, 56 en ST2S et 72 en STMG
Lycée Léonard de Vinci, Monistrol-sur-Loire : 52 en STMG
Lycée Notre Dame du Château, Monistrol-sur-Loire : 30 en STI2D et 32 ST2S
Lycée polyvalent La Fayette, Brioude : 32 en STMG

En filière professionnelle, dans le secteur industriel, la Haute-Loire compte :
42 candidats en Maintenance des équipements industriels
39 en Maintenance véhicules auto (voitures particulières)
34 candidats en Électrotechnique, énergie et équipements communicants
21 en Systèmes électroniques numériques
15 en Technicien en chaudronnerie industrielle
14 en Technicien d'usinage
13 en Technicien constructeur bois
12 en Technicien installation de systèmes énergétiques et climatiques
9 en Technicien du froid et du conditionnement de l'air
4 en Plastiques et composites
2 en Esthétique, cosmétique, parfumerie
1 en Maintenance de matériels agricoles
1 en Prothèse dentaire
7 en Réparation des carrosseries

Dans le secteur tertiaire :
63 candidats en Accompagnement soins et service à la personne en structure
46 en Gestion administration
45 en commerce
36 en Cuisine
25 en Vente
21 en Accueil, relation clients et usagers
21 en Commercialisation et services en restauration

De bons résultats dans l'académie
Chaque année, les résultats aux trois baccalauréats sont en Auvergne supérieurs à ceux de la France
métropolitaine.
En 2015, 11279 candidats ont été admis, soit un taux de réussite de :
• 92,4 % pour le baccalauréat général
• 92,5 % pour le baccalauréat technologique
• 82,0 % pour le baccalauréat professionnel.
Pour la session 2016, 11773 candidats sont inscrits dans l'académie :
• 6157 candidats pour le baccalauréat général
• 2138 candidats pour le baccalauréat technologique
• 3478 candidats pour le baccalauréat professionnel.

De quelle manière sont élaborés les sujets du bac ?
Chaque académie a en charge la conception de sujets selon une carte nationale de répartition.
• Les sujets sont préparés par des «commissions d’élaboration des sujets» composées de professeurs de lycée et
coprésidées par un inspecteur général de l’éducation nationale et un enseignant titulaire de l’enseignement supérieur.
• Chaque sujet élaboré est soumis séparément à deux professeurs de lycée n’ayant pas participé aux travaux de commission.
Le rôle de ces « professeurs d’essai » consiste à éliminer les erreurs éventuelles à l’intérieur du sujet et à repérer les difficultés particulières qu’il pourrait présenter.
• Les coprésidents de la commission prennent connaissance des rapports des professeurs d’essai et demandent, le cas échéant, à la commission de modifier le sujet initial pour tenir compte de leurs observations.
• À l’issue du processus, les coprésidents rédigent un rapport attestant la conformité du sujet à la réglementation en vigueur.
• Le choix définitif des sujets appartient au recteur d’académie.

Une fois le sujet choisi, que se passe-t-il avant qu’il n’arrive dans la salle d’examen ?
Les sujets du baccalauréat étant nationaux, les académies procèdent entre elles aux échanges des différents sujets élaborés par
chacune via une application ultra-sécurisée. Les sujets sont ensuite reproduits dans chaque académie, en fonction des besoins, puis
conditionnés en paquets et remis quelques jours avant les épreuves aux chefs d’établissements des centres d’examens.

Peut-il y avoir des fuites ? Que se passe-t-il dans ce cas là ?
Il n’est pas possible d’exclure radicalement ce risque. Les bruits de fuites existent plus fréquemment que les fuites réelles.
Une maladresse ou une malveillance pourrait être à l’origine de la communication prématurée d’un sujet. En cas de fuite avérée, un
sujet de secours est mis en place et utilisé dans des délais très brefs pour chacune des épreuves de l’examen.

Que deviennent les copies après correction ? Les élèves peuvent-ils les récupérer ?
Elles sont conservées et peuvent être consultées par les candidats pendant un an pour les épreuves terminales et pendant deux ans pour les épreuves anticipées. Il est possible de consulter sur place et/ou d’obtenir une photocopie. L’original est conservé dans le centre de délibérations et dans des centres de regroupements départementaux en ce qui concerne les épreuves anticipées.

Quelles sont les sanctions en matière de fraude ?
La procédure disciplinaire est confiée à une commission de discipline du baccalauréat. Les sanctions susceptibles d'être prononcées vont du blâme à l'interdiction de subir tout examen, ou de prendre toute inscription dans un établissement public d'enseignement, pour une durée maximum de cinq ans.

Les amis d’un candidat peuvent-ils consulter ses notes en ligne ?
Non, le détail des notes obtenues au baccalauréat ne peut être réglementairement communiqué qu’aux candidats eux-mêmes ou à leurs représentants légaux s’ils sont mineurs.

Plus d’un an de préparation
Pour que chaque candidat puisse composer le jour de l’examen, une préparation longue et complexe
est nécessaire. Elle implique de nombreux acteurs.

L’élaboration des sujets
Les sujets distribués aux candidats au mois de juin sont le résultat d’un processus qui a débuté plus d’un an auparavant.
Au mois de mai, le ministère répartit la charge des sujets à élaborer pour la prochaine session entre les académies. Dans chaque académie, la division des examens met en place des commissions de sujets.
A partir du mois de septembre, chaque commission, sous la direction conjointe d’un inspecteur pédagogique et d'un enseignant de l'université, élabore plusieurs sujets.
En décembre et janvier, les sujets sont testés par des professeurs n’ayant pas fait partie des commissions. Leur rôle est de s’assurer de la faisabilité des sujets et d’éliminer d’éventuelles erreurs.
Les sujets sont ensuite modifiés si nécessaire.
En février, le recteur procède au choix définitif des sujets sur lesquels les candidats « plancheront ». Des sujets sont également retenus pour la session de remplacement, ainsi que des sujets de secours pour le cas où un incident remettrait en cause l’utilisation des sujets principaux.
Chaque division des examens transmet ensuite aux autres académies les sujets dont elle a la charge. Les sujets sont stockés dans des locaux sécurisés. D’une façon générale, l’ensemble du processus doit s’accompagner de la plus grande discrétion professionnelle de la part des différents intervenants.
En juin, les sujets sont acheminés vers les centres d’examens où ils sont conservés en lieu sûr, jusqu’au jour des épreuves.

L’organisation des épreuves
La préparation des épreuves a pour but de planifier et de mettre en place, sur le plan matériel et humain, une organisation sans faille. Elle débute par l’inscription des candidats et se poursuit par la constitution des jurys, la détermination des centres d’examens, l’affectation des candidats dans les centres d’examen, la définition, voire la fourniture de la matière d’oeuvre nécessaire,
la convocation des candidats et des membres de jurys…
Dans cette organisation, non seulement les services du rectorat, mais aussi les chefs d’établissements et leurs équipes jouent un rôle déterminant. Ces derniers sont en effet responsables de centre d'examen pour le baccalauréat et sont à ce titre chargés de la préparation des locaux, de la surveillance du bon déroulement des épreuves, de la distribution des sujets, de l’anonymat des
copies et de leur remise aux correcteurs, de l’organisation des épreuves du second groupe…

Les élèves en situation de handicap et le baccalauréat
Chaque année, des élèves en situation de handicap se présentent au baccalauréat : 530 cette année* (205 pour le baccalauréat professionnel, 105 pour le baccalauréat technologique et 220 pour le baccalauréat général).
La réglementation dispose que, pour garantir l’égalité de leurs chances avec les autres candidats, les candidats aux examens ou concours de l’enseignement scolaire et de l’enseignement supérieur qui présentent un handicap tel que défini à l'article L. 114 du code de l'action sociale et des familles ont la possibilité de bénéficier d’aménagements qui peuvent concerner toutes les formes d’épreuves, quel que soit le mode d’évaluation des épreuves et, pour un diplôme, quel que soit son mode d’acquisition. Ils peuvent, selon les conditions individuelles, s’appliquer à tout ou partie des épreuves de ces examens ou concours.
D’ores et déjà, 65 de ces candidats au baccalauréat ont demandé à bénéficier de l’accompagnement personnalisé pour l’orientation après baccalauréat en liaison avec les services du rectorat, le Service Université Handicap et l’association Handi-Sup.
L’an dernier, 58 bacheliers en situation de handicap ont poursuivi leurs études dans l'enseignement supérieur en bénéficiant de cet accompagnement personnalisé.
* comptabilisé au 11 mai 2016

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire