90 000 euros de subventions pour les Six jours de l’Enduro

Par Nicolas Defay mer 16/03/2022 - 06:00 , Mise à jour le 16/03/2022 à 06:00

Le Conseil départemental est l’un de ces lieux où les décisions prises par les élus impactent sensiblement le quotidien des altiligériens. Ci-dessous, l’un des sujets évoqués lors de la dernière commission. Un sujet où l’essence, la nature et les retombées économiques se disputent les beaux chemins de Haute-Loire.

Le dossier avait déjà provoqué des remous lors du conseil municipal du Puy-en-Velay en date du 4 mars dernier. La municipalité ponote avait ce jour-là notifié l’octroie d’une subvention de 10 000 euros destinée à la manifestation sportive des Six jours de l’Enduro. Cet événement de renommée internationale doit se dérouler du 29 août au 3 septembre 2022 en Haute-Loire.

650 enduristes vont alors sillonner les chemins de Saugues et de Langogne dans des épreuves quotidiennes d’environ 200 km. D’après les données partagées par les organisateurs, ce sont 3 000 participants qui seront sur place et 100 000 visiteurs attendus.

Les élus de l’opposition s’étaient aussitôt dressés contre ce soutien financier à une manifestation « destructrice pour la nature, la faune et la flore », dixit Celline Gacon. « Comment pouvons-nous encore accepter de nos jours ces compétitions consommatrices à outrance de carburant, polluantes comme jamais et ravageuses de nature pour des années à venir ? », avait ajouté Laurent Johanny.

À Langeac, pendant la compétition de l'EnduroGP du 15 au 17 octobre 2021
À Langeac, pendant la compétition de l'EnduroGP du 15 au 17 octobre 2021 Photo par EndutoGP

« La 96ème édition promet d’être un évènement sportif exceptionnel »

Mais parce que le bras de fer entre le volet économique et celui du climatique est rarement équilibré, c’est le premier qui l’emporte presque tout le temps. Aussi, le Conseil départemental met à son tour la main à la poche pour en sortir un chèque de 90 000 euros confié à l’organisation des Six jours de l’Enduro.

« La 96ème édition du Championnat du Monde par équipe, organisée seulement 6 fois en France depuis sa création en 1913, promet d’être un évènement sportif exceptionnel », est-il argumenté dans le communiqué de l’Hôtel du Département. « Le territoire de la Communauté d’Agglomération du Puy en Velay sera en plus l’hôte de cette compétition motocycliste d’envergure », continue l’institution.

Des contreparties pour dédommager la nature

Toutefois, si l’enveloppe est importante, le Conseil départemental exige des contreparties en matière de protection de la nature. D’après l’institution, elle a demandé à l’organisateur de respecter plusieurs points. Le premier est de définir des parcours avec les autorités locales pour minimiser l’impact sur l’environnement et la biodiversité.

Le deuxième, plutôt contraignant dans ce genre de sports mécaniques, est de suivre scrupuleusement le code environnemental de la FIM (Fédération Internationale de Motocyclisme). Qu'es aquò ? C’est celui d’assurer une protection des sols, l’interdiction des passages dans l’eau, l’utilisation prioritaire des sentiers existants, le contrôle du niveau sonore des machines, la collecte organisée des « produits sensibles » (lubrifiants, pneumatiques usagés...) et de sanctionner sans délais les participants qui ne respecteraient pas les tracés.

Epreuve d'enduro moto à Langeac.
Epreuve d'enduro moto à Langeac. Photo par Archives. Enduro GP

Remettre en état tous les chemins utilisés

Le Conseil départemental tient à ce que les 650 enduristes composés de 150 professionnels et de 500 amateurs, issus de 30 pays différents, soient sensibilisés aux « bonnes pratiques » d’éco-responsabilités. L’organisateur devra également remettre en état les plusieurs centaines de kilomètres de chemins ruraux et sentiers labourés par les crampons des motos, ainsi que tous les espaces d’accueil des compétiteurs, de leurs équipes techniques et du grand public.

Problème de math : Comment calculer le volume de CO² dégagé pour définir les compensations à appliquer ?

Enfin, la dernière contrainte que soumet le Conseil départemental à l’organisateur est « la compensation des émissions de CO² de l’événement (véhicules, compétition, organisation et spectateurs) en concertation avec les autorités locales ». Comment seront précisément mesurées les émissions de dioxyde de carbone et quelles formes prendront alors ces compensations ? Mystère.

Mais, lors de la précédente manifestation de ce genre qui s’est déroulée à Langeac du 15 au 17 octobre pour l’Enduro GP, le Conseil départemental avait, en ce sens, demandé à l’organisateur de replanter des haies sur les tracés impactés.
 

Dès la présentation des Six jours internationaux de l’Enduro 2022, les organisateurs s'étaient engagés à respecter des mesures de protection de l'environnement : 

Extrait du dossier de présentation de l'ISDE. Photo par Moto club du Puy-en-Velay

 

Vous aimerez aussi

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire

13 commentaires

mi

jeu 17/03/2022 - 11:12

Vous râlez pour une manifestation publique et oui c'est 100.000 euros et la passerelle au dessus du Lignon combien elle a couté, des plots en ciment aux milieux de la forêt et on reparlera du chemin de randonnée pour y accéder jonché de détritus en tous genre,alors les ècolos là on ne vous entend pas !!!!!!

fr

mer 16/03/2022 - 19:16

bonjour. Le monsieur qui dit que yamaha ne comercialise plus d enduro. Ben ca alors c est archi faux. Le dakar n interesse plus? Ce monsieur doit etre mal informé . Je felicite les clubs organisateur pour ce boulot de dingue. J ai hate d y etre. GAZZZZ

bu

mer 16/03/2022 - 17:41

En cette période dite d’urgence climatique, de biodiversité en danger, de guerre en Europe, d’organisation de l’accueil des réfugiés, de questionnement sur notre avenir énergétique, d’embargo ou non sur le pétrole russe la notion même de cet enduro est totalement indécente. A quoi pensent nos décideurs politiques ? C’est effrayant et déprimant.

ga

mer 16/03/2022 - 14:47

250 000 kms de chemins disparus en France en 60 ans ! ( France 2 ce jour ) certains seulement connus et débroussaillés par des motards : il y a de la place pour chacun !

Je ne culpabilise jamais de rouler dans les chemins de mon département. J' ai pris l' avion dans ma vie : 3 fois, et vous mesdames et messieurs les intégristes écolos ?

Mais une élection très proche nommera, ou pas !!! un gouvernement vert, nous en reparlerons en  appréciant vos scores.

ga

mer 16/03/2022 - 14:20

Très inquiétant !! A l'heure où l'on investit pour dépolluer, à la l'heure de la transition écologique, après une crise sanitaire puis une guerre qui devraient nous avoir appris que l'essentiel était l'humain et l'utile, à l'heure où le prix des carburants explose, des commissions d'élus arrivent à trouver 90000€ pour polluer inutilement sans aucun bénéfice "bien-être" pour le peuple. 

Bref, je crois qu'ils n'ont rien compris, et, qu'ils continuent, par populisme, à arroser de l'artifice pour Gilet Jaune. C'est triste !

ro

mer 16/03/2022 - 13:30

Tant d’argent public si facilement jeté par les fenêtres. Cet argent qui servirait bien à améliorer l’accessibilité en ville.

es

mer 16/03/2022 - 13:10

Mais vous n'en avez pas marre de râler à longueur de journée.  Vous n'êtes jamais content. Perso les motos me gênent moins que les hordes de citadins qui déboulent dans les bois en laissant leurs détritus sur place en partant,  qui retournent tous les champignons qu'ils trouvent.... j'en passe et des meilleures. 

ho

mer 16/03/2022 - 13:09

J'espère que tout est bien encadré et que le respect de la nature sera optimisé  ! Cela dit, je ne peux m'empêcher de faire le lien vers les JO : là aussi, il y aurait de quoi débattre en matière de protection de l'environnement  !

al

mer 16/03/2022 - 09:25

Les sports motorisés en pleine nature sont une activité du passé ! Ils sont sources de pollutions : CO2, bruit, fumée... Les motos détruisent les chemins, les motards amateurs vont dans les bois, dés qu'ils trouvent une montée c'est leur terrain de jeu massacrant la végétation, en pleine propriété privée, effrayant la faune, les randonneurs ! Ces loisirs étaient à la mode il y a  30 ans ! Le pitoyable dakar ne fait plus recette, aucune audience, tout le monde s'en fou et c'est heureux ! La plus part des pays civilisés ont déjà interdit la pratique de la moto en pleine nature, Yamaha ne commercialise plus de motos d'enduro, ça sent la fin et c'est tant mieux ! La nature s'apprécie tellement mieux à pied ! Quel RESPONSABLE se décidera enfin à dire NON, à dire STOP ?

lo

mer 16/03/2022 - 08:44

Comme quoi l'argent qui ne vous appartient pas est très facile à dépenser  !! Il est dans ce pays un nombre incalculable de personnels "dits responsables" territoriaux qui devraient ouvrir grand leurs yeux et leurs oreilles, pour savoir ce que certaines petites communes ont réellement besoin pour survivre ( matériels divers: déneigement, réfections de "petites" routes départementales dans un état déplorable, etc...)mais ce n'est pas suffisamment enrichissant pour se faire mousser et surtout justifier leur salaire ! Quand à la remise en état des dégradations occasionnées par ce rassemblement débile par les organisateurs, je veux bien constater le résultat de mes propres yeux....À mourir de rire  !!

ma

mer 16/03/2022 - 08:42

moi je connais une jeune femme qui a besoin de 4000e pour demarrer son entreprise a qui doit je m'adresser? merci de me donner une reponse par la meme voie

he

mer 16/03/2022 - 08:12

Comptons bien. 6 jours x 200 km = 1200 km de chemins et terrains labourés ! Pour 90.000 € à la charge des contribuables. 3000 participants qui vivent relativement en autarcie ; 100.000 spectateurs (on va multiplier la population du département par 1,5. Combien de ces visiteurs vont aller à l'hôtel ? au restaurant ? 90.000 € auraient fait le bonheur de x petits clubs de sports collectifs pour permettre à des jeunes de s'éclater.

ni

mer 16/03/2022 - 07:01

En espérant qu'un maximum de nations puissent venir compte tenu du contexte politique mondial...