Conseil municipal du Puy : LA course qui ne passe pas

Par Nicolas Defay dim 06/03/2022 - 12:00 , Mise à jour le 06/03/2022 à 12:00

Du 29 août au 3 septembre, les chemins de Saugues et de Langogne seront investis par 650 enduristes lors du Concours International des Six Jours d'Enduro. Si les retombées économiques seront assurément là, les élus de l'opposition ont mis en exergue les traces que l’événement va laisser sur le visage de la biodiversité.

L'un des sujets qui a remué les rangs du conseil municipal du 4 mars 2022 est la compétition prévue à la fin août 2022 sur le territoire de Saugues et de Langogne. L'un des plus grands concours d'enduro au monde est ainsi programmé : les Six Jours de l'Enduro.

Se déroulant depuis 1913, cette compétition est également l'une des plus anciennes épreuves de moto de pleine nature. D'après les spécialistes, elle est une référence en la matière et bénéficie d’une très grande notoriété internationale.

Le paddock (lieu de pause et d'attente) se tiendra à Loudes. De là partiront chaque jour, du 29 août au 3 septembre, les pilotes attendus pour l’épreuve. Une épreuve disputée en équipes par nations (Trophées, Junior, Féminines et Clubs) dans un triangle allant du Puy-en-Velay à Saugues à l’ouest et à Langogne plein sud.

Au départ de Vorey, lors d'une compétition en 2021.
Au départ de Vorey, lors d'une compétition en 2021. Photo par JM Pouget

100 000 visiteurs attendus

D'après les données partagées lors du conseil municipal, 650 pilotes provenant de 30 pays issus des 5 continents vont rouler pendant 6 jours sur les différentes courses. Des équipes "pro" réunies en "team nationale" de 3 à 4 pilotes mais également des équipes amateurs de 3 pilotes s'inscriront à l’événement.

"Cette manifestation de très grande envergure réunit habituellement plus de 3 000 participants sur 10 jours et plus de 100 000 visiteurs sont attendus, décrit Brigitte Fromaget-Héritier de l'équipe municipale. Les retombées économiques concernant notamment l’hébergement, la restauration ou le tourisme seront très importantes !"

Chaque jour les concurrents disputeront une liaison d’environ 200 km, ponctuée de 5 ravitaillements et 5 spéciales chronométrées. 13 spéciales différentes sont prévues au long des 6 jours de course.

"Destructrices pour la nature, la faune et la flore"

"Au vu de la notoriété de cette manifestation et des retombées attendues, il est proposé que la Ville l’accompagne via l’octroi d’une subvention de 10 000 euros", termine Brigitte Fromager-Héritier. Les élus de l'opposition ont aussitôt exprimé leur opposition au soutien financier, exaspérés par la présence de ce type de courses "destructrices pour la nature, la faune et la flore", dixit Celline Gacon.

"Je comprends l'intérêt de cette course sur la question de retombées économiques apportées aux communes et aux partenaires, souligne Jean-Williams Semeraro. Mais heureusement que ce genre de compétition si préjudiciable pour la nature est en voie de disparition !"

"Les enjeux économiques de l’événement font l'alpha et l'oméga"

Fabien Surrel ajoute : "Comment peut-on imaginer que le passage de 650 motos n'aura aucun impact sur les chemins ?". Quant à Laurent Johanny, il termine en ce sens. "Nous avons bien compris que les enjeux économiques de l'événement font l'alpha et l'oméga. Mais comment pouvons-nous encore accepter de nos jours ces compétitions consommatrices à outrance de carburant, polluantes comme jamais et ravageuses de nature pour des années à venir ?" Sans surprise, les élus minoritaires ont voté contre la proposition de subvention de la cité ponote.

Chaque compétition attire un nombre considérable de spectateur.
Chaque compétition attire un nombre considérable de spectateurs. Photo par JM Pouget

Vous aimerez aussi

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire

12 commentaires

fr

mer 09/03/2022 - 12:39

vive l enduro et merci aux organisateur. Ne cédez pas aux dictateurs ecologistes et encore merci au noms des pationnés ca vas etre une grande fete n en deplaise aux dictateurs.

du

mar 08/03/2022 - 21:41

"Sport motorisé", voilà bien le comble de l'oxymore. Cette course n'aura pas lieu. En effet, il serait absolument insupportable et d'une absolue obscénité qu'une telle quantité d'énergie, dont nous allons terriblement manquer dans les mois qui viennent, soit ainsi dilapidée par de soi-disant sportifs qui prétendraient la confisquer au profit de leur plaisir enfantin. Elle sera annulée, aussi, parce que l'urgence environnementale est telle que la maintenir serait un écocide dont les auteurs seraient redevables devant l'humanité toute entière. La posture de la municipalité ponote qui subventionne une activité criminelle d'un autre âge est absurde et montre de façon singulière son éloignement de plus en plus grand de la réalité contemporaine et de la démocratie.

ga

mar 08/03/2022 - 18:15

"L'enduro un sport qui fait partie de notre culture, de notre tradition." ... Nos grands-parents passaient leurs dimanches à brûler du gazoil en pétaradant dans les chemins pour le plaisir ? Franchement ! Vous êtes sérieux ? ... Le mot "culture" a quand même un sens bien éloigné de la course en moto ou en voiture. La culture, c'est l'art, le spectacle, la fête (ce que les générations anciennes nous ont transmis). C'est tout le contraire du gâchis gratuit sans production ni bien-être à la clé. 

ni

lun 07/03/2022 - 18:02

La haute loire est une terre d'enduro, le berceau de la discipline depuis 1972, c'est un fait. N'en déplaise aux néo-ruraux qui veulent imposer leurs propres lois, rassurez vous sous les casques il y a des hommes et des femmes comme vous et moi, et les courses sont réglementées par tous les services de l'état. Ce n'est pas une course sauvage.

ch

lun 07/03/2022 - 07:36

Les ecolos bobo sont de sortie et se revoltent contre un sport et une manifestation qui fait partie de notre culture. Les enduristes et de maniere general les fans de sport mecanique dans la nature ne sont pas tous irresponsables et irrespectueux de la nature et des personnes. Laissez nous vivre notre passion. 

he

dim 06/03/2022 - 21:28

Encore une manifestation pour satisfaire une bande de fouteurs de nuisances dans la nature. Les chemins tracés dans les champs à grand renfort de pétarades par ces centaines de passage pour se prouver qu'on est un champion. Les animaux sauvages vont être perturbés pendant longtemps même après les passages de la meute de gogos qui se la jouent. Mettez votre pognon dans des choses plus utile pour la nature que allez meurtrir.  

ga

dim 06/03/2022 - 20:31

En 2022, en pleine crise écologique où la surconsommation nous tue à petit feu et alors que tout le bas peuple se plaint du prix du carburant est-ce bien raisonnable d'avoir pour loisir de "pétarader" en moto ? C'est populaire de polluer, de gâcher, de faire du bruit puis de râler qu'on n'a pas de sous. Frimer n'est pas une raison de vivre : y a plein de choses plus intelligentes à faire pour s'éclater. Il appartient à nos politiques de nous le faire comprendre.

pe

dim 06/03/2022 - 19:34

Bien sur que ces courses sont d'un autre temps, j'ai moi-même été enduriste mais c'était il y a 40 ans, ceratins n'ont tojours pas évolué visiblement, mais la grande majorité de la société n'en veut plus.

Enfin sérieusement qui peut croire que cet événement peut attirer 100 000 personnes ? Plus c'est gros plus ça passe. Aucun comptage possible donc bienvenue dans le monde l'intox.

 

lo

dim 06/03/2022 - 17:19

Il y a certainement plus urgent de mettre les deniers des contribuables sur des travaux de voirie au Puy que sur la réfection des dégâts causés par des bobos avec leur joujou avec la bénédiction de la municipalité. On a pas le droit de brûler une brouette de déchets secs dans nos jardins mais par contre la pollution due au carburant brûlé des motos apparemment n'existe pas d'après les intellos ponots...sans parler des nuisances sonores et autres incivilités causées par les soit-disants "spectateurs".....Pfffff..

al

dim 06/03/2022 - 17:05

Les sports motorisés en pleine nature sont une activité du passé ! Ils sont indiscutablement sources de pollutions nombreuses : CO2, bruit, fumée... Les motos détruisent les chemins, les motards amateurs vont dans les bois, dés qu'ils trouvent une montée c'est leur terrain de jeu massacrant la végétation, en pleine propriété privée, effrayant la faune et les randonneurs ! Ces loisirs étaient à la mode il y a  30 ans ! Le pitoyable dakar ne fait plus recette, aucune audience, tout le monde s'en fou et c'est heureux ! La plus part des pays civilisés ont déjà interdit la pratique de la moto en pleine nature, Yamaha ne commercialise plus de motos d'enduro, ça sent la fin et c'est tant mieux ! La nature s'apprécie tellement mieux à pied !

ro

dim 06/03/2022 - 16:49

On préfèrerait qu'un budget soit voté pour mettre en état les nombreux trottoirs insécurisés et pour créer des cheminements exclusivement piétonniers à travers la ville du Puy. On a encore envie de croire au Père Noël.

mi

dim 06/03/2022 - 16:33

hm - L'OFB (police de l'environnement) va avoir du travail! ou peut-être se mettrons t-'ils en repos pendant cette épreuve. J'ai pris 135 euros sur les bord du lac de  Naussac Fontannes pour m'être rapproché du bord de l'eau avec mon DUSTER (4X4) sans créer aucun dommage et y faire baigner mon chien. Là les dégâts seront bien plus importants et personne ne dira rien. La loi s'applique aux petites gens pas aux autres!.