100 km contre le cancer, ou l'histoire du défi sportif et solidaire

Par C.Du dim 04/07/2021 - 07:00 , Mise à jour le 04/07/2021 à 07:00

Réaliser en moins de 24h les 100km qui séparent Privas du Puy-en-Velay, sa ville natale pour une cause qui lui tient à cœur : voilà le défi de Dimitri Méjean, gendarme, âgé de 31 ans. 

Parti à 5h du comité de la Ligue contre le cancer à Privas, le sportif solidaire a parcouru ses 100km qu’il s’était promis de réaliser. Pour accueillir Dimitri et tous ses accompagnants comme il se doit, la mairie du Puy-en-Velay en partenariat avec la Région et La ligue contre le cancer 43 ont fait installer un chapiteau et organisé un pot d’accueil au jardin Henri Vinay.

Arrivée de Dimitri Méjean au jardin Henri Vinay Photo par Clara DUCHENE

Sous le soleil d’été, proches, amis, collègues, bénévoles et élus...tous attendaient avec impatience et admiration le grand sportif.

Sa maman, Christine, l’attendait elle aussi avec beaucoup d’émotions : "Moi je dis bravo aux bénévoles, il y a de l’investissement.  Beaucoup d’émotions, je suis fière, soucieuse, mais je trouve que c’est beau ce qu’il a fait. Ça a été un investissement personnel, physiquement et de sa vie familiale. L’entraînement a été lourd, physiquement mais aussi dans la famille, il est papa de deux petits en bas âge. Heureusement que sa compagne était là." Elle poursuit : "Dimitri a un très bon mental, quand il se met un objectif il veut y aller jusqu’au bout. Les bénévoles de la ligue contre le cancer ont fait un stand hier soir, et au Mont Gerbier."

Une cause qui touche tout le monde

Un beau jour, Dimitri Méjean annonça ce qui lui tenait à cœur de réaliser à ses parents. "Parce qu’on est tous touchés de loin ou de près par la maladie", et parce qu’un de ses proches l’a été, sa maman nous explique la cause de sa grande détermination et volonté à parcourir ces 100km.

Une solidarité contagieuse

Sa maman, qui a suivi l'intégralité du parcours, témoigne de l'élan de solidarité dont ont fait preuve tous les bénévoles, mais aussi les collègues de son fils : "Ils se sont arrêtés avec ses collègues. Ceux de Gruas l’ont accompagné jusqu’au Mont Gerbier, et après ceux du Puy-en-Velay ont pris le relai jusqu’à l'arrivée". Avant de poursuivre :

"Il n’était pas seul, tout le long il a été accompagné.C’est beau cet élan de solidarité de tout le monde."

Une dame de la ligue du cancer de Privas l’a aussi accompagné de Mézilhac jusqu’au Mont Gerbier puis elle l’a rejoint du stade Lafayette jusqu’ici.

Une des bénévoles de la ligue contre le cancer et Dimitri Méjean à leur arrivée Photo par Clara DUCHENE
Une des bénévoles de la ligue contre le cancer de Privas et Dimitri Méjean à leur arrivée Photo par Clara DUCHENE

Pour un premier défi, c’était réussi.

Aux alentours de 19h, alors que tout le monde l’attendait avec impatience, Dimitri, ses enfants à ses côtés, et les coureurs qui l’accompagnaient sont apparu à l’entrée du jardin Henri Vinay. L’émotion était elle aussi au rendez-vous. Ils furent accueillis par bon nombre de sifflements, d'applaudissements, et de regards admiratifs.

Déjà 1500 € collectés !

Dimitri Méjean rappelle que la cagnotte est prolongée d'une semaine, et qu'il est donc encore possible de faire des dons sur ce site.

 

 

 

 

 

 

"Au départ j’ai voulu faire un défi solidaire, et cela s’est transformé en réussite collective" Dimitri Méjean

"Les copains de la gendarmerie d'Ardèche étaient avec moi au début, et à l'arrivée les collègues de la gendarmerie du Puy. Alors merci à tous ceux qui m'ont aidé pendant la préparation et ceux qui ont été là" s'émeut le gendarme. 

L'accueil des bénévoles et des collègues de Dimitri Méjean lors de son arrivée Photo par Clara DUCHENE

Il poursuit : "Les vingt derniers kilomètres ont été les plus durs, à partir de Laussone. Le mental a tenu les 20 derniers kilomètres. J’ai pensé à pourquoi je le faisais, à tout ceux qui m’ont tenu pendant ces trois mois. C'était un paquet de sacrifices du début jusqu'à la fin, donc ce n'était pas possible d'abandonner. Quand on sait pourquoi on le fait, on tient."

Et le prochain défi ?

"Récupérer. D’abord récupérer, et après on verra. Il y aura quelque chose, mais pour le moment je vais surtout bien récupérer et profiter des gens qui le méritent que j’ai un peu délaissé ces trois derniers mois." explique le sportif. 

Du côté des bénévoles de la ligue contre le cancer

Là encore, de l'émotion, de l'admiration, du partage et surtout de la bonne humeur. Puisque c’est aussi l’occasion pour l’association de reprendre ses activités, et de parler de la maladie.

Les permanences 

  • Les mardis et jeudis de 10h à 12h et de 14h à 16h au Centre Hospitalier Emile Roux au sein de l’Espace écoute
  • Et du lundi au jeudi au siège de l’association, à 12 avenue Clément Charbonnier 43000 LE PUY EN VELAY - Téléphone : 04 71 02 52 71

Clara Duchêne

Vous aimerez aussi