Je signale une erreur

Précisez éventuellement la nature de l'erreur

Chaspuzac: un pumptrack construit en moins de 3 semaines

Par nicolas@zoomdici.com mer 06/07/2022 - 12:00 , Mise à jour le 06/07/2022 à 12:00

Ce n’est pas la saison des champignons et pourtant une longue ceinture de goudron est sortie des terres de « Chaspu » aussi vite qu’un bolet d’octobre. Un pumptrack flambant neuf a été inauguré vendredi 1er juillet par le maire Michel Joubert...aux côtés de quelques pancartes d’opposants.

La course des pumptrack est lancée dans l’Agglomération du Puy. Après l’annonce en date du 31 mai par Laurent Wauquiez, Michel Chapuis et autres élus concernant la construction d’un pumptrack/skatepark à proximité de l’hôpital Sainte-Marie, dispositif à 1,6 millions d’euros dont l’ouverture est prévue à la fin de cette année, c’est au tour de Michel Joubert, maire de Chaspuzac et Président de la Communauté d’Agglomération du Puy-en-Velay, d’équiper sa commune de ces mêmes courbes tout de bitumes vêtues.

Facture : 128 000 euros HT

Voté durant le conseil municipal du 30 mars 2022, le budget de cet équipement sportif dédié principalement au BMX et vététistes est de 128 000 euros hors taxes. « Le besoin d’équipements de loisirs pour la Commune afin de distraire la jeunesse en dehors des périodes de sport collectif sont nécessaires, est-il mentionné dans le rapport de séance. Il pourrait être réalisé sur la parcelle communale cadastrée AC 270 située Chemin de Say à la place d’un ancien dépôt de stockage de matériaux aujourd’hui désaffecté ».

Trois parcours sont proposés sur le pumptrack de Chaspuzac. Photo par page Facebook Alp'études

« J’ai été surprise de voir le pumptrack aussi vite édifié »

« J’habite à Chaspuzac et je dois avouer que j’ai été surprise de voir le pumptrack aussi vite édifié, partage Françoise Godart. L’idée est restée plutôt confidentielle en fait malgré sa mention durant le conseil municipal de mars ». D’après cette maman de deux jeunes « riders », le pumptrack se compose de trois parcours de niveaux différents (débutant, intermédiaire et confirmé) où bosses, creux et courbes plus ou moins accentuées ponctuent le long serpent d’asphalte. Il a été conceptualisé et constitué par l'entreprise iséroise Alp'études.

Le pump-track est un parcours en boucle fermée, constitué de plusieurs bosses consécutives et de virages relevés. Il peut être utilisé avec différents équipements sportifs, dont les VTT ou les BMX. Sur le site de Chaspuzac, il est indiqué « ouvert aussi aux trottinettes non électrique, skate, rollers et interdit à tout engins motorisés »

Des gens du village, notamment des familles, sont venus à l'inauguration. du pumptrack de Chaspuzac.
Des gens du village, notamment des familles, sont venus à l'inauguration. Photo par FGH

« Je pense réellement que ce genre de dispositif manquait par ici »

Le 1er juillet à 18h30, l’inauguration a lieu en compagnie de Michel Joubert « aux côtés d’une centaine de personnes », selon Françoise Godart. « Il y avait des élus, des parents, des enfants...essentiellement des gens du village, décrit-elle. Je pense réellement que ce genre de dispositif manquait par ici. Le futur pumptrack du Puy, c’est bien. Mais il sera utilisé par beaucoup d’usagers ! D’autre part, la mairie de Chaspuzac a aussi prévu une aire de pique-nique sur place ».

Les fans de sensations présents pour tester le goudron encore chaud du pumptrack de Chaspuzac.
Les fans de sensations présents pour tester le goudron encore chaud du pumptrack. Photo par FGH

« Jusqu’où ira-t-on dans ce saccage de notre planète ? Jusqu’où ? »

Si l’équipement semble ravir beaucoup de monde, il fait aussi grincer les dents d’autres personnes. « Nous sommes bien évidemment opposés à ce genre de pollution supplémentaire, une agression de plus à l’environnement dans une commune déjà profondément montrée du doigt à travers les médias sur le sujet », martèle un membre de l’Association Bien Vivre à Chaspuzac.

Un des panneaux apposés par l'association Bien Vivre à Chaspuzac.
Un des panneaux apposés par l'association Bien Vivre à Chaspuzac. Photo par DR

Il ajoute encore : « Après les retenues collinaires, après la pollution du Say et du ruisseau de la Combes à Fontannes, la mairie condamne un espace de terre qui permettait de retenir l’eau de pluie et de la filtrer avant de s’évacuer dans le Say, puis la Borne et enfin la Loire. Jusqu’où ira-t-on dans ce saccage de notre planète ? Jusqu’où ? ».

Pour manifester son mécontentement dans « une commune déjà bien bétonnée et maintenant goudronnée », selon ses propres termes, cette association constituée il y a un peu plus d’un an suite à la découverte d’un projet de création d’une retenue collinaire à Mauriac (commune de Chaspuzac) a alors planté quelques panneaux revendicatifs à proximité du nouvel espace de jeux, espace qui occupe environ la moitié du terrain initial.

Photo par DR