Je signale une erreur

Précisez éventuellement la nature de l'erreur

La plus grande voie verte d'Europe prend forme

mar 27/06/2017 - 12:34 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:46

Permettre aux marcheurs et aux cyclistes, aux touristes et aux familles, aux retraités et aux enfants de cheminer tous ensemble, depuis les sources du Rhône jusqu'aux sources de la Loire : c'est le tableau idyllique dépeint par le président de Région, Laurent Wauquiez, au moment de présenter le plan régional pour les voies vertes du territoire ce lundi 26 juin 2017.
Il nous avait déjà confié  lors de son annonce d'un pacte régional pour aider la Haute-Loire de 111 millions d'euros jusqu'à 2021 : "créer la plus grande voie verte d'Europe, un des projets qui me motive le plus".

----Voici les 6 itinéraires d’intérêt régional (les trois premiers sont en lien avec la Haute-Loire) :
* Le Val d’Allier (V 70) 
* La Loire (V 71)
* Via Fluvia (V 73)
* La Saône (V 50)
* ViaRhôna (E 17) 
* Les traversées alpines (V 61 , V 62 , V 63).-----400 km de voies vertes pour la plus grande d'Europe
Le projet se concrétise aujourd'hui puisque l'exécutif régional s’engage sur la période 2017-2020 à réaliser un minimum de 200 km de véloroutes et voies vertes nouvelles sur les six itinéraires structurants d’intérêt régional (voir encadré), mais aussi de 200 km supplémentaires au titre des boucles locales et réseaux secondaires (itinéraires locaux de découverte touristique et culturelle ou de desserte des grands équipements urbains) qui pourront être soutenus notamment au titre des « Contrats Ambition Région » et autres contrats.
La Région mobilisera les 40 M€ contractualisés au titre des Contrats de Plan, des Pactes, des Contrats de plan interrégionaux, ainsi que les programmes européens, (programmes FEDER Loire-Allier et Rhône-Saône, ainsi que du programme de développement rural Auvergne). En contrepartie de sa forte implication financière, la Région attend que les collectivités accompagnées s’engagent sur les éventuelles améliorations, l’entretien, la maintenance et la préservation des ouvrages réalisés.

Un levier économique loin d'être anodin
Le tourisme à vélo génère deux milliards d’euros par an dans l’économie nationale et représente 16 500 emplois. Le marché est particulièrement intéressant car il est en croissance soutenue (plus 10% par an en France) et la dépense moyenne du cyclotouriste (75 euros/ jour) est nettement supérieure à la dépense moyenne du touriste en séjour. A titre d’exemple, le potentiel économique de la ViaRhôna est estimé à 35 millions d’euros par an soit 43 000 euros par km et par an pour une infrastructure dont le coût moyen est de 100 000 euros/km.

La perspective de devenir leader mondial du tourisme à vélo
Le tourisme à vélo est en plein développement et la France dispose d’une image très forte auprès des clientèles européennes. Elle reçoit le tiers des touristes itinérants à vélo en Europe, constitue la deuxième destination mondiale et la première destination programmée par les tours opérateurs spécialisés.
La Région veut tirer profit de son image auprès des clientèles du nord de l’Europe (Pays-Bas, Belgique, Allemagne, Suisse) et de sa proximité avec ces marchés pour devenir leader mondial.

Un logo commun et des innovations technologiques
En matière de mise en tourisme, un travail est en cours avec les départements du Puy-de-Dôme, de l’Allier et de la Haute-Loire sur la réalisation d’une étude visant la définition d’une dénomination commune, un logo, une charte graphique qui seront repris sur l’ensemble de l’itinéraire, à l’instar de la ViaRhôna. La Région est prête à assurer la maîtrise d’ouvrage de l’étude.
La Région souhaite également réaliser un tronçon innovant de véloroute et voie verte s’appuyant sur les nouvelles technologies en matière d’énergie et de numérique. Il s’agira notamment de proposer, en termes d’infrastructures, un enrobé innovant (béton solaire), des recharges électriques vertes et des solutions innovantes d’accès au wifi, de réalité augmentée et autres usages numériques.

----* La Via Fluvia
Lavoûte - Rosières - Yssingeaux - Grazac - Raucoules - Dunières - Riotord - Bourg-Argental (Loire) - Annonay (Ardèche) - Serrières ou Sarras (Ardèche).-----Connecter quatre voies vertes existantes pour devenir la plus grande d'Europe
Rappelons qu'outre la voie verte entre Brives-Charensac et Solignac-sur-Loire (15km), La Haute-Loire bénéficie déjà de la Via Fluvia, un itinéraire qui fera à terme 120 km en traversant trois départements (voir encadré). Cette Via Fluvia doit relier les deux fleuves du Rhône et de la Loire. 

Pour rappel, voici ce que Laurent Wauquiez avait confié au micro de Zoomdici en février dernier :