Je signale une erreur

Précisez éventuellement la nature de l'erreur

Tous

Costaros

Costaros : une ancienne décharge déterrée par l'inondation

mer 21/06/2017 - 15:38 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:46

"On n'avait jamais vu ça". Devant cette scène hors du commun, les passants sont médusés. Ce mercredi 14 juin, au lendemain de l'orage qui a ravagé le sud du département, le lieu-dit Les Quairais, à Costaros, est en état de désolation. Des routes effondrées, des canalisations cassées, des champs inondés...et cette mer de déchets.
5 à 6 mètres d'épaisseur
Des résidus plastiques multicolores, qui polluent la terre et la vue sur des centaines de mètres en aval. "Une ancienne décharge communale se trouvait ici. Elle avait été enfouie en 1989", s'est renseigné Pierre Gibert, le maire de Costaros. "Il y en avait 5 à 6 mètres d'épaisseur." A cause de la pente et du ruissellement, "les déchets déterrés s'étendent sur plus de  deux kilomètres".  Deux kilomètres souillés, dans lesquels se trouvent des champs, un ruisseau qui se jette dans la Loire et une station d'épuration [voir encadré plus bas].

----La station d'épuration à reconstruire
En partie démolis et pleins de déchets, les bassins de lagunage de Costaros, qui assuraient le traitement naturel des eaux usées, ne sont plus en état de fonctionner. Il faut reconstruire une station d'épuration. "Le budget devrait atteindre 350 000 à 400 000€", estime Sylvain Dejoux, directeur du Syndicat des Eaux du Velay. Mais cette fois le lagunage ne sera probablement pas la solution retenue. Des filtres plantés de roseaux pourraient être installés.-----Pas de pollution chimique en vue
Ce mauvais tour joué par l'orage a surpris tout le monde, l'édile compris. Il tient à rassurer : "Il n'y avait que des déchets ménagers. On retrouve aujourd'hui ceux qui n'ont pas pu se dissoudre en trente ans, à savoir du verre et du plastique. Pas de composants chimiques dangereux à ma connaissance". Les dégâts écologiques resteraient donc relatifs. Quoiqu'il en soit, il faut retirer cette pollution le plus vite possible, "avant que la nature reprenne ses droits et recouvre les déchets".
Comment nettoyer?
La tâche s'annonce colossale. "Le nettoyage se fera à la main, on ne peut pas amener des machines avec ce relief. Il va nous falloir des bénévoles, c'est sûr", prévoit Pierre Gibert. "Mais encadrés par des professionnels. C'est dangereux, le terrain est encore instable."
L'addition s'annonce salée. Sûrement trop pour la petite commune de Costaros, qui compte sur le concours de l'Etat. Le plan "Intempéries 43", mis en place en Préfecture de la Haute-Loire lundi 19 juin, inclut dans ses missions cette déchetterie ressuscitée. Et les services de l'Etat ont déjà fait le déplacement pour établir un diagnostic.

Qui enlèvera les déchets, pendant combien de temps et pour quel budget? Il est encore trop tôt pour répondre. Dans l'attente, Pierre Gibert a décidé de fermer la route qui donne accès au site. Afin de "sécuriser les lieux". L'accès à cette zone, jonchée de tessons de verre et autres objets - un témoin aurait vu des seringues - est pour l'instant formellement déconseillé.
Clément L'hôte