'Zéro impunité sur les routes altiligériennes' pour la Toussaint

ven 31/10/2014 - 13:12 , Mise à jour le 27/11/2020 à 05:53

Des premiers contrôles avaient lieu ce jeudi après-midi, notamment à proximité du giratoire de Chaspuzac (mais les réseaux secondaire et national étaient tous deux concernés), où les jumelles contrôlaient la vitesse des automobilistes. En cas d'infraction, les troupes étaient prêtes à se déployer pour procéder à une interpellation.
Les points de contrôle sont déterminés en fonction de l'accidentologie et des constatations tirées des équipes de terrain.
À Chaspuzac justement, un jeune majeur a été contrôlé il y a moins d'un mois à 176 km/h !

Toutes les conduites à risque dans le collimateur des forces de l'ordre
"Il faut rester discrets car dès que l'on est remarqué, le dispositif devient tout de suite beaucoup moins efficace", constate lucidement le lieutenant-colonel Thierry Bloch, adjoint au commandant du groupement départemental de la gendarmerie. "Notre action, bien que préventive, est une aussi une chasse aux délinquants de la route", poursuit-il. Ces contrôles sont plutôt courts mais réguliers et épars, afin de demeurer pertinents.
----Le bilan de l'opération de jeudi n'est guère impressionnant, puisque trois infractions seulement ont été constatées : deux concernaient l'usage de téléphone au volant et la troisième une absence de port de ceinture de sécurité.-----C'est à la demande du Préfet de Haute-Loire Denis Labbé que cette opération a été réalisée, "car la politique de sécurité routière fait partie des priorités", relève Frédéric Lasserre, directeur de cabinet du préfet. C'est principalement la vitesse qui était contrôlée ce jeudi, même si toutes les conduites à risque sont dans le collimateur des forces de l'ordre. "Que ce soit la vitesse, l'alcoolisme, les produits stupéfiants ou encore le port de la ceinture", ajoute-t-il.

Un bilan plutôt positif en 2014
Bien évidemment, on ne peut jamais se satisfaire du bilan des morts sur les routes, mais il faut également rester objectif. Chaque accident mortel suscite une vive émotion et le dernier date de lundi seulement (lire). Pour autant, le bilan en Haute-Loire est "plutôt positif, même si on ne peut pas s'en contenter", tempère le directeur de cabinet du préfet.
Par rapport à l'an dernier à la même époque, les routes de Haute-Loire ont effectivement étaient moins meurtrières (16 morts cette année contre 19 l'an dernier, pour un total de 23 à la fin de l'année). Frédéric Lasserre revient sur ce bilan. Ecouter. {{audio1}}

----Le jeudi, jour noir dans l'accidentologie de Haute-Loire
On constate de nombreux accidents corporels en fin de semaine : un peu plus de la moitié de ces accidents surviennent à partir du jeudi, et ce jour charnière représente à lui seul 21 % de ces accidents.-----Forte augmentation des accidents en rase campagne et surreprésentation des jeunes
Cette année, on constate que pour les accidents corporels sur les routes de Haute-Loire, un quart des victimes sont des jeunes, qui ont entre 14 et 24 ans. Ils représentent également sept des 16 décès survenus cette année. Quand on sait que cette tranche d'âge ne représente que 11 % de la population altiligérienne, on ne peut que déplorer cette surreprésentation.
Une nouvelle tendance détectée par les services de l'Etat réside dans les accidents corporels en rase campagne, en forte augmentation en 2014 puisqu'ils représentent 60 % du total. Pire, sur les 14 accidents mortels déplorés cette année en Haute-Loire, onze y ont eu lieu. Cette tendance est confirmée par Frédéric Lasserre, qui prévient également que des contrôles particuliers y seront réalisés dans les jours à venir. Ecouter. {{audio2}}

"La vertu secondaire de ce type d'opération"
De nombreux automobilistes voient d'un mauvais oeil (et c'est un euphémisme) ces contrôles routiers, considérant que les forces de l'ordre "feraient mieux de traquer les vrais délinquants". Le lieutenant-colonel Thierry Bloch l'entend très bien et observe : "nous ne sommes pas là pour piéger les automobilistes. Avec ce type d'opération, on occupe le terrain et c'est important dans notre lutte contre les cambriolages et la délinquance de tout type. C'est la vertu secondaire de ce type d'opération".
Le directeur de cabinet du préfet rappelle également que les forces de l'ordre sont là en prévention avant tout afin de marquer leur présence sur le territoire, même si le mot d'ordre demeure le "zéro impunité sur les routes altiligériennes". Ecouter. {{audio3}}

Maxime Pitavy

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire