Tous

Yssingeaux

Yssingeaux : le vote des budgets comme un parfum de bilan pour la majorité

ven 29/03/2019 - 15:17 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:56

Le vote du pacte financier, fiscal et de solidarité, présenté par le cabinet Caphornier et en présence des vice-présidentes de la communauté de communes Isabelle Servel et Madeleine Grange était aussi au programme des délibérations.
Solidarité entre les communes membres
Les élus ont débattu autour des fonds de concours qui permettent aux communes d'être solidaires les unes des autres. "Des fonds de concours exceptionnels", a souligné Bernard Gallot, maire d'Yssingeaux mais aussi vice-président de la Communauté de Communes des Sucs (CCDS). Pour Jean-Pierre Barthélémy, adjoint à l'urbanisme, "c'est souvent la plus grosse commune qui est la plus solidaire, c'est le cas d'Yssingeaux. En règle générale, on doit jouer avec les curseurs pour que ce soit équitable entre toutes les communes." "Les communes ne doivent pas être solitaires mais bien solidaires entre elles", a complété Michel Sarda, un autre adjoint. Madeleine Grange, quant à elle, s'est réjouie : "ce sont 850 000 euros qui sont redistribués aux communes membres."  Un pacte qui a donc bien des atouts pour le maire yssingelais qui a rappelé : "désormais, on ne réfléchit plus chacun dans son coin mais bien ensemble." Les élus du conseil municipal ont voté celui-ci, y compris l'opposition, qui s'était pourtant abstenue lors du dernier conseil communautaire. Ce pacte devrait être officiellement adopté à la condition d'être validé par l'ensemble des neuf communes membres de la CCDS.
Des comptes clairs mais..
Quant au budget général 2018, présenté par Evelyne Bayet, adjointe aux finances, Claude François, chef de file d' "Yssingeaux autrement", s'est dit très satisfait du travail de la commission finances. "Il y a une volonté politique de rendre ces comptes clairs. La qualité y est et tout est expliqué.  On voit les documents qui sont facilement travaillables." Il s'est néanmoins abstenu ainsi que deux autres membres de l'opposition au moment du vote, regrettant que les idées soumises par son groupe n'aient pas été prises en compte.
Un taux d'investissement record
Lors de la  présentation du prévisionnel 2019, Bernard Gallot a fait planer comme un parfum de nostalgie. "C'est un budget qui respecte le débat d'orientation budgétaire, à un iota près. C'est le dernier du mandat. Tous les projets ont été votés à l'unanimité. Le désendettement est notoire. On a un taux d'investissement record de 9 millions d'euros, sans recours à l'emprunt. Et c'est tant mieux, c'est pour le bien d'Yssingeaux. On ne va pas bouder notre plaisir", s'est-il félicité. Deux membres de l'opposition se sont abstenus.
"Un budget hautement symbolique"
Jean-Pierre Barthélémy est revenu, lui, sur les investissements liés à la qualité de l'eau. "A l'heure où certaines communes font le choix de ne pas le faire avant le transfert de compétences, on a eu la volonté, nous, de renouveler le réseau de canalisations, et forcément il y a un coût," a justifié l'adjoint. Le maire a mis également en avant le réseau d'eau : "c'est un réseau d'excellente qualité. Il est géré de façon moderne, il est performant et rassurant pour le futur. C'est une véritable satisfaction." Même joie non dissimulée pour le réseau d'assainissement : "c'est un budget hautement symbolique puisqu'on démarre les travaux de la STEP, la nouvelle station d'épuration à Apilhac, avant la fin du mandat, et qu'on a procédé à la rénovation du réseau du centre-ville ; ça devrait permettre à Yssingeaux de respirer et voir sereinement l'avenir."
Changement de modèle économique pour l'abattoir
Enfin, l'abattoir municipal, géré par la société Socaby, qui était en difficulté suite à l'arrêt il y a quelques mois de la filière porcine, va changer de modèle économique. Le contrat de délégation de service public (DSP) va être suspendu et une SEML (société d'Economie Mixte Locale) va être créée. Les collectivités du pays de la jeune Loire et ses rivières devraient être sollicitées pour la gestion de l'outil, "pour qu'Yssingeaux ne soit plus seule à assumer les risques", a informé Bernard Gallot avant de conclure : "on a toujours voulu maintenir cet abattoir. Il va permettre aux 900 utilisateurs de continuer à bénéficier de ce service. C'est bon aussi pour le bien-être animal pour qu'il y ait moins de transport et cela reste un enjeu important pour l'économie solidaire."
M-A.B.

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire