Vidéo : retour sur un week-end 100% hip-hop

lun 28/03/2016 - 14:06 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:40

Victor Moutbeka est le fondateur et professeur de la Hip-hop Académie en Haute-Loire. L’engouement pour cette discipline est tel que des cours pour tous niveaux sont dispensés sur le bassin du Puy et d’Yssingeaux. « Le but de ce projet est de faire découvrir les cultures urbaines », rappelle Victor Moutbeka qui a organisé, main dans la main, ce week-end de Battles avec les Maisons pour Tous de Chadrac et Brives-Charensac et sa société Production Directe. Une douzaine de danseurs de 11 à 30 ans se sont affrontés samedi pour les qualifications et dimanche lors de la finale. Ils sont venus de Paris, Lyon, de Saint-Etienne ou encore de Picardie pour participer à l’évènement.

----Les gagnants :
Battle ado/adulte : Daz, (Paris)
Battle 3 contre 3 : Le groupe Tricolore formé par Mouss, Nathan et Tania (10, 12 et 17 ans)-----Du hip-hop ? Du break dance ? Au sol ? Debout ?
Evan, un participant lyonnais de 25 ans, nous explique : « Le hip-hop englobe beaucoup d’autres danses : le popping, le break dance ou encore le new style». C’était sur du hip-hop debout que les participants étaient départagés ce week-end. Face à face, ils s’avancent à tour de rôle au milieu de la piste et enchaînent les mouvements de façon rythmée et improvisée. Deux juges, Lewy et Zyko, grands habitués des compétitions, ont fait le déplacement et désignent à la fin de chaque Battle le gagnant. « Leurs critères reposent sur l’originalité, la créativité, la musicalité et bien sûr, la technique », précise Vicor Moutbeka. Pourtant, tous s’accordent à dire comme Céline, 30 ans, originaire de Clermont-Ferrand : « C’est une compétition, mais un échange avant tout ».

Un véritable mouvement culturel
« Le hip-hop est un ensemble », rappelle Evan, il englobe toutes sortes d’arts. Effectivement, à côté des Battles, un atelier rap animé par Willy Wax ou encore une démonstration de graph’ prenait place. Investi d’une véritable mission de transmission, le professeur a même fait monter sur scène une quinzaine de ses plus jeunes élèves pour une mini Battle : « Ça leur permet de danser devant des gens, de montrer qu’ils ont travaillé ». Mais le hip-hop transmet également des valeurs : pour Victor Moutbeka « c’est le partage, l’entraide, la découverte, l’esprit d’équipe… ».

>> Découvrez ci-dessous un bref aperçu en vidéo de cette battle : 

 

A.P. 

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire