VIDÉO. Procès Fiona jour 1 : Le Puy pris dans le tourbillon médiatique

lun 09/10/2017 - 18:19 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:48

>> Lire aussi : Le Palais de Justice du Puy se réorganise pour accueillir le deuxième procès Fiona

"C'est lui, c'est lui!" Devant l'entrée du Palais de Justice, une dizaine de journalistes a repéré sa cible. Nicolas Chafoulais, le père de Fiona, traverse la place du Breuil pour se rendre au procès de son ex-compagne. Un attroupement se forme pour l'interview. Ce lundi 9 octobre, le procès en appel de l'affaire Fiona vient juste de s'ouvrir au Puy-en-Velay, et la machine médiatique s'est déjà mise en marche.

D'autres caméras, elles, trépignent d'impatience à l'arrière du bâtiment. Entre journalistes, on discute, on se présente. Mais l'arrivée d'une camionette de l'administration pénitentiaire coupe net les conversations. Berkhane Makhlouf, beau-père de Fiona, sort éscorté, sous une veste. Les appareils photo chauffent.

Dans la salle d'audience, avocats, parties civiles, jurés et journalistes se marchent dessus pour accéder à leur place. Un magistrat s'étonne : "On ne s'attendait pas à autant de monde pour un appel!" Pris d'assaut par les caméras, certains avocats demandent qu'on les laisse au moins "saluer leurs collègues". On transpire. Arrivés trop tard, quelques caméramans s'assoient par terre, dans un coin du tribunal.
Un procès complexe
À l'issue du premier procès, la foule avait jugé le verdict trop clément et couvert d'insultes le camion qui menait Cécile Bourgeon en prison. Cinq ans pour elle, vingt pour son compagnon. Le parquet général, qui avait réclamé 30 ans chacun, avait fait appel.

D'où ce procès au Puy, qui se poursuivra jusqu'au vendredi 20 octobre. Dix jours de débats pour juger une affaire d'une étourdissante complexité. Où se trouve le corps de Fiona? Quelles sont les causes exactes de sa mort? Des interrogations qui exaspèrent l'opinion publique, et ont propulsé le dossier à la Une des JT.

Ce premier jour d'audience n'était dédié qu'au choix des jurés et à la lecture des faits. Pas de quoi faire avancer l'affaire. Les magistrats ont deux semaines pour entendre témoins et experts par dizaines. Et pour faire monter d'un cran l'effervescence au Palais de Justice du Puy.

Découvrez ci-dessous notre reportage vidéo en amont de cette première journée d'audience : 

Texte Clément L'hôte, vidéo Maxime Pitavy

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire