Vals : une alternative humaniste et écologique

ven 07/02/2020 - 17:16 , Mise à jour le 27/11/2020 à 09:03

----Des membres de la liste Bien Vivre à Vals ont participé aux rassemblements pour s'opposer à l'ouverture de Géant les dimanches après-midi avec des caisses automatiques. La liste comprend d'ailleurs une salariée de la grande surface valladière.-----Après une poignée de réunions publiques sur divers thèmes, la liste alternative de Vals a présenté ses projets à la presse ce jeudi 6 février 2020. Mettre l’humain au centre des préoccupations, c’est le leitmotiv de Laurent Bernard, la tête de liste. Et cela commencera par des rencontres régulières avec la population, sur des thèmes donnés, comme pendant la campagne, mais durant tout le mandat. « Il y a un trop grand fossé entre les élus et les habitants, estime Laurent Bernard, nous voulons un dialogue constructif au-delà des simples permanences d’élus ».

"Le gros problème à Vals ce sont les déplacements"
Une plus grande proximité également avec la Ville du Puy. « Nous avons besoin d’une meilleure représentativité au sein de l’Agglomération », souhaite la tête de liste. Pas en termes de sièges évidemment mais par exemple pour de meilleures dessertes des trois lignes de bus Tudip, en adéquation avec les besoins des habitants. « Le gros problème à Vals ce sont les déplacements », se désole celui qui a été l’un des premiers à s’abonner au trimestre à la location de vélo électriques Vélo en Velay de l’Agglo (dont il se dit très satisfait, si seulement les infrastructures correspondantes existaient). Il ne s’agit pas de privilégier un mode de déplacement par rapport aux autres mais de les articuler harmonieusement entre automobiles, vélos, trottinettes, piétons, places de stationnement… A ce sujet, la liste se réjouit du projet de voie verte le long du Dolaizon, depuis la gare du Puy jusqu'à Vals, financée par la Région. Elle regrette juste qu'en 18 ans de mandat, les berges du Dolaizon aient été « laissées à l'abandon avec des accès très limités ».
Quant à la voirie, sa liste entend mieux l’entretenir et la repenser : « fini les voies qui ne débouchent nulle part pour commencer ». Exit donc le tourniquet qui empêche les poussettes et fauteuils roulants de passer du Val-Vert à l'arrière de Lidl, à remplacer par des chicanes pour stopper les deux-roues. Quant à l'habitat, c’est le bourg que la liste alternative entend densifier pour une vraie vie de village au lieu d’étendre l’urbanisation comme dans le projet urbain partenarial (PUP) Saint-Benoît Sud qu’elle estime inapproprié.

Laurent Bernard liste quelques projets et visions de la commune.

(Cliquer sur "Listen in browser" pour une écoute sur smartphone ou tablette)

La proximité de Vals avec Le Puy est donc un atout à soigner selon la liste. Elle offre la possibilité d’échanges intergénérationnels que les co-listiers entendent développer. « De nombreux anciens quittent les campagnes isolées pour s’installer à Vals où ils bénéficient d’un cadre agréable avec des services de proximité », se réjouit Laurent Bernard qui voit déjà des collaborations possibles entre les structures d’accueil d’enfants et de seniors.

Une meilleure place aux associations
Les 33 associations de Vals sont également au coeur du projet de la liste pour « mieux les accompagner et leur offrir une meilleure place ». Exemple : « Le club de boule lyonnaise joue sur un terrain vague derrière Lidl, le club cycliste ne peut pas s’entraîner sur la commune, les tennis couverts sont frigorifiques l'hiver à tel point que les enfants de l'école ne souhaitent pas y aller... » Quant au pôle multiactivités (PMA) tout neuf, il aurait été construit « sans écouter les besoins des associations ». Selon Laurent Bernard, la commune a fait la course aux subventions. Elle les a obtenues mais pour cela, « il fallait que la bâtiment réponde à certains critères, d’où le sol du gymnase si fragile : on doit porter des chaussures lisses et propres pour ne pas le rayer, il n’est même pas aux normes pour des compétitions et quand le gymnase est occupé par un événement non sportif, il faut bloquer la salle du jeudi après-midi au lundi pour poser et enlever la moquette ». Autant dire que la salle ne peut pas servir de lieu de rencontres régulières. Les Valladiers sont donc contraints d'utiliser la salle du Dourioux qui ne peut accueillir que 40 personnes et qui de l'avis de Laurent Bernard « fait pitié à voir ». Le hall du PMA a été proposé, « pas idéal, c'est plutôt un grand couloir ».

L’une des caractéristiques de la liste « Bien Vivre à Vals » est aussi son engagement pour l’environnement. Avec une nature « digne de Game of Thrones » d'après Laurent Bernard, Vals le vaut bien. A l’heure du greenwashing de toutes parts, Laurent Bernard explicite sa vision des choses.

(Cliquer sur "Listen in browser" pour une écoute sur smartphone ou tablette)

----La liste Bien Vivre à Vals a chois le lys martagon comme emblème. Rien à voir avec le lys royal, il s'agit d'une fleur sauvage de la vallée protégée du Dolaizon, symbole de protection de l'environnement et d'héritage historique. Sa couleur rose orangé a donc été adoptée par la liste.-----Face à la liste du maire sortant intitulée « L’expérience au service de Vals », on peut faire remarquer à la liste « Bien Vivre à Vals » qu’elle manque justement d’expérience. Réponse : « C’est l’objet même du renouvellement, c’est apporter quelque chose de nouveau, une vision ouverte, neuve. L’expérience s’acquiert en faisant. Et puis nous sommes riches de multiples expériences dans des domaines très variés en fonction des parcours de chacun. »
Laurent Bernard a assisté à un conseil municipal mais il n’y est pas retourné : « Ce n’est pas là que sont débattus les sujets mais en commissions en amont ». En revanche, il s’est rapproché de la préfecture pour obtenir des données chiffrées sur l’état de la commune dans divers domaines, notamment financier. En la matière, « la situation n’est pas inquiétante », estime celui qui a travaillé 15 ans dans un cabinet comptable.

La liste du maire sortant se réclame également d’une « une gestion économe des ressources » qui n’est pas antinomique d’une « vision stratégique d’avenir ». La liste alternative manquerait-elle de pragmatisme financier ?

(Cliquer sur "Listen in browser" pour une écoute sur smartphone ou tablette)

Bref, pour la liste alternative, le budget doit être « au service de la commune et non l'inverse ».

Annabel Walker

Qui sont-ils / elles ?

Laurent Bernard a 48 ans. Ce père de cinq enfants est petit-fils et arrière petit-fils d’élus valladiers. Il vit dans l’ancienne ferme de son grand-père dans le bourg : « Mon grand-père faisait du lait cru en vente directe, en livrant sur les pas de porte et auprès des pâtissiers et restaurateurs ». L’ancien élève du collège privé sous contrat de Vals (aujourd’hui l’ISVT), il est devenu ingénieur informatique, chef de projet au cabinet comptable Segeco, avant de poursuivre sur diverses expériences comme instituteur, formateur à l’Ecole de la deuxième chance du Puy, chef de projet chez Logipro et aujourd’hui enseignant à l’ISVT.
Au fil des années, il a multiplié les engagements associatifs : à l’APE La Fontaine, au Conseil d’école La Fontaine, au Roi de l’oiseau, aux Gapians et aujourd’hui à l’école bilingue Occitan La Calandreta Velava.

La liste Bien Vivre à Vals :
Laurent Bernard, 48 ans, ingénieur informatique
Béatrice Dieleman, 57 ans, kinésithérapeute
David Chantre, 45 ans, professeur de mathématiques au collège de Landos
Serge Volle, 63 ans, chef d’entreprise en matériel mécanique et station de lavage
Patricia Maury, 43 ans, thérapeute
Véronique Bonnet, 51 ans, enseignante au Val-Vert
Gérard Challet, 66 ans, retraité, auteur d’un livre sur les chapelles de Haute-Loire
Joëlle Ferry, 64 ans, retraitée
Norbert Mourgues, 73 ans, retraité
Christiane Giry, 76 ans, retraitée de l’enseignement et du commerce
Raymond Galtier, 65 ans, retraité chef d’entreprise du BTP
Évelyne Allary, 58 ans, responsable commerciale à Géant
Gérald Fénérol, 64 ans, retraité de la fonction hospitalière
Lucie Langlet, 39 ans, auxiliaire de vie à domicile
Florant Fouchère, 63 ans, retraité du bâtiment
Marie-Noëlle Fargier, 56 ans, secrétaire médicale
Florent Falgon, 38 ans, artisan plombier
Guylaine Ressot, 66 ans, retraitée, professeure de lettres classiques
Jean-Paul Bertrand, 58 ans, expert foncier agricole
Quelques noms doivent encore être ajoutés à la liste dans les prochains jours.

Contact :
Site : https://bien-vivre-a-vals.jimdosite.com/
Email : vivreavals2020@gmail.com
Facebook : lys.danslavallee.71

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire