Une monnaie perdue dans le sol du Marché Couvert au Puy il y a 8 siècles

Par Nicolas Defay jeu 03/06/2021 - 07:00 , Mise à jour le 03/06/2021 à 07:00

Les fouilles archéologiques sur les anciens îlots Pons de Latour et Granouilhet se sont achevées le 7 mai. Au cours de ces six semaines de recherche par l’Inrap, cinq caves ont été découvertes ainsi que d’autres objets témoins des vies des siècles passés.

Trois archéologues et un topographe. L’équipe de l’Inrap (Institut National de Recherches Archéologiques Préventives) a terminé sa mission débutée le 22 mars. Celle-ci consistait à faire un état des sous-sols de la Place du Marché Couvert du Puy-en-Velay avant sa réhabilitation. « Autrefois, cet espace était l’îlot Granouilhet, l’un des 22 îlots de la ville du Puy-en-Velay, précise Michel Goy, responsable des fouilles archéologiques. D’après le compoix de 1544 (appelé compoix de La Margot, Ndlr) qui est un registre qui détermine l’assiette fiscale de tous les habitants du Puy à cette époque-là, 130 maisons étaient concentrées les unes contre les autres dans le seul espace de l’actuel Marché Couvert. C’était donc un habitat très dense au Moyen-Âge avec quelques axes de circulation de deux mètres de large pour accéder aux remparts ».

Établissement public placé sous la tutelle des ministères de la Culture et de la Recherche, l’Inrap assure la détection et l’étude du patrimoine archéologique en amont des travaux d’aménagement du territoire. Il réalise chaque année quelque 1800 diagnostics archéologiques et plus de 200 fouilles en France pour le compte des aménageurs privés et publics.
Ses missions s’étendent à l’analyse et à l’interprétation scientifiques des données de fouille ainsi qu’à la diffusion de la connaissance archéologique. Ses 2 200 agents, répartis dans huit directions régionales et interrégionales, 42 centres de recherche et un siège à Paris, en font le plus grand opérateur de recherche archéologique européen.

Lors de la découverte des caves au début des fouilles. Photo par Nicolas Defay

Un placard, un escalier à vis et des latrines

Les experts n’ont donc pas été surpris de retrouver quelques trésors dans les couches de terre, de sédiments et d’anciens remblais amassés là par des dizaines de générations d’aniciens (Anicium est l’ancien nom de la Ville du Puy, baptisée ainsi entre le 6ème et le 9ème siècle). Sans le savoir, vous marchiez par exemple sur cinq caves voûtées bâties pour certaines à la fin de la période médiévale aux 14ème et 15ème siècle.

« Deux caves ont également été construites au 18ème siècle, livre Michel Goy. Nous avons travaillé sur un espace de 470 m², un lieu qui dissimulait d’anciennes fondations de murs, des traces d’occupations, des latrines, des murs en pierres sèches probablement médiévaux ». Les professionnels ont retrouvé un placard, un escalier en vis du 18ème siècle et une autre cave qu’ils n’ont pu visiter faute de temps.

Pour tout savoir sur les fouilles

Michel Goy donne une conférence à tout public le vendredi 18 juin à 18h30 au musée Crozatier, ceci afin de présenter les premiers résultats de cette fouille archéologique

Le Puy-en-Velay, un gruyère tout en cave

Sur l’ancien îlot Pons de Latour (partie centrale de la place du Marché Couvert), les archéologues ont creusé sur 90 m². « Nous avons trouvé une cave médiévale qu’il nous reste à dater précisément, confie Michel Goy. Sur place, il y avait un pilier arasé au milieu de la pièce qui devait servir de support à des voûtes multiples ».

Selon l’expert, la cave pourrait avoir fonctionné avec les commerces situées au rez-de-chaussée de la rue Grenouillit aux 19ème et 20ème siècle et notamment avec la fromagerie Coulaud, située en face. Une citerne souterraine a été partiellement dégagée à proximité.

Les caves ont été ensevelies pour faire passer les réseaux modernes. Photo par Nicolas Defay

Piégée dans la terre pendant 777 ans

Un ancien jardin, des céramiques, une clé et des pièces de monnaies ont aussi revu la lumière après des siècles passés sous terre. « Nous avons trouvé plusieurs pièces datant de Napoléon III, partage l’archéologue médiéviste. Et aussi une monnaie du début du 13ème siècle, apparemment de l’année 1244 ». Soit plus 777 ans cachée dans la pénombre de l’histoire du Puy Sainte-Marie (appelé ainsi à partir du 10ème siècle, puis rebaptisé le Puy-Notre-Dame, et enfin le Puy-en-Velay le... 10 mars 1988).

Le marché du samedi au Marché Couvert dès le 12 juin avec de nouveaux exposants

Michel Chapuis, maire du Puy-en-Velay, annonce que la place du Marché Couvert sera « rendue » au public dès le samedi 12 juin. « Nous allons provisoirement remblayer le lieu et faire un enrobé temporaire, assure-t-il. Maintenant que les fouilles sont terminées, nous voulons que le marché du samedi revienne ici aussi. » Il précise que les commerçants autrefois présents sur la place devraient rester à leur nouvel emplacement afin de ne pas perturber une fois encore leurs clients. De nouveaux exposants occuperont alors l’espace.

M. Goy (à gauche) se tient aux côtés des élus et des acteurs du chantier. Photo par Nicolas Defay

Vous aimerez aussi

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire