Une foire aux cèpes très attendue ce jeudi à la Chaise-Dieu

Par Olivier Stevens mer 27/10/2021 - 17:00 , Mise à jour le 27/10/2021 à 17:00

Ce jeudi 28 octobre, ça va sentir le cèpe jusqu’en haut de la tour Clémentine!

Qu’en sera-t-il de la qualité des cueillettes après une saison aussi pluvieuse ?

La foire aux champignons, organisée chaque année le dernier jeudi d’octobre avec animations, est de retour à La Chaise-Dieu.

Les festivités commenceront dès l'aube: la vente et l’achat des champignons se feront sous le monument à partir de 7 heures du matin. Pas avant. La mairie organisatrice de la journée, tient à ce que l’horaire soit scrupuleusement respecté. On peut cependant parier sans se tromper, que le ballet des lampes de poche débutera bien avant, juste pour un « round d’observation », sans transaction.

Faut-il s’attendre comme en 2019 à trouver du cèpe sec en quantité ? Sur ce point, les avis divergent. On a constaté cet été une pousse de girolles exceptionnelle. En revanche, les cueillettes de cèpes seraient très variables d’un secteur à l’autre. Précédant de quelques jours la foire de Saint-Bonnet-le-Froid (samedi 6 et dimanche 7 novembre), La Chaise-Dieu sert traditionnellement de révélateur côté prix. Il y a deux ans, la fourchette moyenne des tarifs tournait entre 50 et 60 euros le kg de cèpes secs, soit entre 20 et 30 euros le kg de moins qu’en 2018.

La dégustation de tripes et de champignons dans les restaurants locaux durant toute la matinée fait aussi partie du folklore local.
En revanche, il n’y a plus comme avant d’omelette géante dans le centre bourg. Jeudi est aussi une journée de rassemblement forain dans le centre de la commune. La mairie annonce la présence de 65 vendeurs en tout genre.

"Contrairement aux idées reçues qui voudraient qu’abondance de pluie soit synonyme de pousses exceptionnelles, c’est surtout l’orage qui favoriserait le développement du mycélium."

Une exposition de mousses et lichens

Selon Christian Hurtado, et contrairement aux idées reçues qui voudraient qu’abondance de pluie soit synonyme de pousses exceptionnelles, c’est surtout l’orage qui favoriserait le développement du mycélium.

Le président de la Société mycologique, botanique et lichénologique d’Auvergne organise ce jeudi 28 octobre, à la salle Casédéenne, non pas une exposition de champignons à proprement parler, mais de mousses et de lichens locaux, fraîchement ramassés.
Les lichens sont des organismes originaux résultant d’une association entre un champignon et une algue. On les trouve sur tous les supports : de la roche à l’écorce, en passant par les pierres tombales.

Au programme encore de la journée, une rencontre à la librairie "Dans la forêt". On y écoutera, à 18 heures, bien au chaud, Pierre Présumey, fou dingue de champignons et de littérature, nous raconter des histoires glanées au fil de ses lectures, des histoires de bolets et de forêt, d’enfance et de girolles, de cuisine et de rocou. Il apportera aussi dans son panier son tout dernier livre, "L’Écossais", paru aux éditions Hauteur d’Homme et une surprise venue du froid : "Le Chant de l’Ours" aux éditions Boréalia, long poème de Nina Zaïtséva racontant la vie du peuple Vepse, au milieu des lacs et des forêts de Carélie. Cet ouvrage a été traduit par Guillaume Gibert, qui sera également présent à la rencontre, en collaboration avec Pierre Présumey. Et si l’on est bien sage, on nous promet peut-être du vin chaud. 

Vous aimerez aussi

À découvrir

Contenus sponsorisés