Une expo photo au Puy pour dénoncer les violences faites aux femmes

Par EMa jeu 24/11/2022 - 14:00 , Mise à jour le 24/11/2022 à 14:00

Du 25 novembre au 10 décembre 2022, l’expographie (contraction d’exposition et photographie) « Mots et Maux de femmes » s’installe au 1er étage du Tribunal Judiciaire du Puy. Une exposition itinérante et pédagogique qui est en faveur de l’élimination des violences faites aux femmes.

Après avoir inauguré l'expographie le 25 novembre 2021 à l'École nationale d'architecture à Paris, et sur les grilles de 8 juridictions en métropole, l'objectif est d'aller encore plus loin avec 500 Villes sensibilisées et 500 Marraines.

L’exposition est donc disponible au Puy-en-Velay du 25 novembre au 10 décembre 2022, au 1er étage du Tribunal Judiciaire. Elle a pour objectif de mieux informer, de sensibiliser, de prévenir, et de mener une réflexion quant aux violences faites aux femmes dans la relation conjugale.

Des images qui heurtent

« Les violences conjugales ce ne sont pas juste des mots, mais aussi des actes, et l’exposition rend compte de cette réalité »

Photo par Enzo Martinet

« C’est une exposition qui heurte par ces images. Elle est à destination d’un public averti. Ce que l’on veut transmettre, c’est que les violences conjugales, ce n’est pas rien ! On veut lever le tabou sur ce sujet-là et interpeller la population. Si les images sont aussi parlantes, c’est aussi pour montrer que les violences conjugales ce ne sont pas juste des mots, mais aussi des actes. », a expliqué Marine Giraud, directrice de l’association Justice et Partage au Puy (association d'aide aux victimes de la Haute-Loire dotée d'un service de médiation familiale, un point rencontre et un service d'appui socio-judiciaire).

Sur les images, on observe des violences physiques, psychologiques, ou encore les violences économiques. Il y a une image, où l’on voit une femme qui est complètement désœuvrer et qui subit les coups de son compagnon.

Photo par Enzo Martinet

Toute l'année 2022, cette exposition a vocation à irriguer tout le territoire national par l'intermédiaire de l'association départementale France Victimes, avec les forces de l'Ordre, les municipalités, les universités, les hôpitaux, grâce aux photographies, aux explications pédagogiques sur le cycle de la violence conjugale vu du côté de la victime comme de l'agresseur, sur l'emprise, grâce aussi aux outils et dispositifs pour aider les victimes.

Une expo et un dispositif d’urgence

« Mémo de vie, c’est le journal intime de la victime. »

L’association Justice et Partage au Puy a mis en place le dispositif « Mémo de vie » qui est une solution intuitive lorsque que l’on est face à des violences. Il s’agit d’une plateforme en ligne qui permet aux victimes de violences conjugales, de raconter leurs histoires.

« Le dispositif Mémo de vie, c’est le journal intime de la victime. Le but, c’est qu’elle puisse venir y déposer ses émotions, ce qu’elle ressent, déposé des photos. L’objectif, c’est vraiment de se confier. L’avantage de cette plateforme, c’est qu’elle peut être utilisée dans le cadre d’une procédure judiciaire comme élément de preuve. » a précisé Théodora Julien, juriste pour l’association justice et partage

Vous aimerez aussi

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire