"Un phénomène sans précédent de renégociations de crédits"

lun 30/01/2017 - 19:50 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:44

Le Crédit Agricole, plus important réseau bancaire de Haute-Loire, se félicite d'une "bonne résistance des résultats grâce à un dynamisme d'activité", via son directeur général, Gérard Ouvrier-Buffet (à gauche). Pourtant la banque, présente dans plus d'une commune sur deux dans le département, doit assumer de nombreuses dépenses de fonctionnement, et subit la baisse des taux d'intérêt.
Du pouvoir d'achat immédiat ?
Un point crucial selon Gérard Ouvrier-Buffet : "Nous vivons un phénomène sans précédent de renégociations de crédits. Cela concerne 2,1 milliards d'encours en crédit habitat. A court terme, il s'agit de 20 millions de pertes en chiffre d'affaires. La question maintenant, c'est de savoir si ces 20 millions, qui sont des économies pour nos emprunteurs, vont générer du pouvoir d'achat immédiat." Et de poursuivre : "En 2015, cela n'a pas généré d'investissement. Mais en 2016, la tendance était plutôt positive, par exemple les primo-accédants sont revenus sur le marché".
Un plan de restructuration interne
Le Crédit Agricole local doit également assumer des coûts de fonctionnement supplémentaires. Si le plan de rénovation du réseau d'agences doit se terminer cette année, de futurs investissements concerneront la formation interne des salariés du groupe, afin d'entamer une mise à jour numérique.

Clément L'Hôte

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire