'''Un candidat doit incarner les idées qu'il porte'''

lun 27/02/2017 - 12:46 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:45

Alexis Corbière, porte-parole national de Jean-Luc Mélenchon et de La France insoumise, a animé une réunion publique participative, ce samedi 25 février 2017, à la salle Daniel Balavoine de Guitard, au Puy-en-Velay. Cette rencontre avec plus d'une cinquantaine de militants locaux était organisée dans le cadre de la campagne de la présidentielle et des législatives 2017 à l'initiative des candidats aux législatives de La France Insoumise, : Martine Dejean (circonscription 1 Le Puy-Yssingeaux) et Lionel Bouton (circonscription 2 Le Puy-Brioude).

Zoomdici : Quelles idées-forces sont ressorties de ces échanges ponots ?
----« Chaque chômeur percevrait d’abord une indemnité durant 12 mois, même s’il n’a pas travaillé assez ou s’il a démissionné »-----Alexis Corbière : Beaucoup de choses, d’autant que notre réunion a duré près de trois heures. Notre programme comporte 357 propositions ! Nous sommes favorables à la relance de l’emploi par l’activité et injecterons un plan d’investissement public de 100 milliards d'euros pour relancer la machine économique. Mais nous avons notamment discuté de notre proposition de « Sécurité sociale intégrale ». Cette idée originale est un nouveau statut protecteur pour tous les travailleurs. Avec cette organisation originale, chaque chômeur percevrait d’abord une indemnité durant 12 mois, même si actuellement il n’y a pas droit parce qu’il n’a pas travaillé assez ou parce qu’il a démissionné. Je rappelle qu’actuellement un chômeur sur deux n’est pas indemnisé (…).
Zoomdici : Quel est, selon vous, l’apport d’un temps de réflexion participatif dans une réunion publique ?

Alexis Corbière : (...) La campagne de La France Insoumise veut être un temps d’éducation populaire et d’intelligence collective. Chaque « insoumis » en est l’acteur depuis des mois et aucun participant, qui nous découvre, ne doit sortir « indemne » de nos réunions. (...) Il est aussi important de consacrer un temps durant lequel chacun des participants s’approprie notre programme. (…) Contrairement à ce que semblent dire d’autres candidats, c’est important un programme pour une élection (…).
Zoomdici : Est-ce que les Français – peut-être tentés par le populisme ambiant – sont enclins à plus de démocratie ?
Alexis Corbière : Oui, je crois que les Français exigent plus de démocratie. Nous avons été blessés par l’utilisation du 49.3 contre le peuple. Nous sommes en colère par les trahisons des engagements. Nous ne voulons plus de cette Europe antidémocratique imposée par des Traités que les peuples rejettent, notamment lors du vote de 2005. Nous voulons être des citoyens à part entière. C’est pourquoi nous mettons au cœur de notre programme la fin de la monarchie présidentielle actuelle et le passage à la VIe République (…).
Zoomdici : Dans une optique de démocratie participative, la personnification de la candidature Mélenchon n’est-elle pas paradoxale ?
Alexis Corbière : (…) Dans une élection présidentielle en Ve République. On ne peut faire autrement que présenter un candidat qui, en raison de la médiatisation dans laquelle nous vivons, doit « incarner » les idées qu’il porte. C’est le cas de Jean-Luc Mélenchon qui symbolise, en effet, pour des millions de gens, une forme de résistance aux idées libérales, une forme de courage et de droiture.  L’intelligence humaine nous permettra d’inventer un nouveau modèle. (...) Jean-Luc Mélenchon est le seul candidat qui veut mettre un terme à cette concentration de pouvoir sur un seul homme telle que la Ve République l’organise. Cette question de la « personnification » est donc souvent une attaque simpliste de nos adversaires (…).
Zoomdici : La réindustrialisation du pays, évoquée dans le programme de Jean-Luc Mélenchon, n’est-ce pas le retour d’un productivisme peu compatible avec l’idée de développement durable ?
----« L’intelligence humaine nous permettra d’inventer un nouveau modèle »-----Alexis Corbière : Mais précisément, notre objectif de sortie du nucléaire et d’aller vers 100 % d’énergie renouvelable d’ici 2050, impose de développer des filières industrielles qui permettront de fabriquer par exemple des éoliennes, des panneaux photovoltaïques, etc. Le modèle productiviste est un modèle économique qui épuise les ressources naturelles de la planète, sans veiller à leur renouvellement. Nous mettons ainsi en danger notre écosystème. Ce n’est pas tolérable. L’intelligence humaine nous permettra d’inventer un nouveau modèle (…) 100% d’énergie renouvelable en 2050, c’est 900 000 emplois nouveaux, selon tous les spécialistes !

Propos recueillis par J.J.

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire