Terre de solidarité et d'accueil, Saint-Beauzire se livre dans le Scan

mer 16/11/2016 - 19:41 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:44

C’est une figure de l’ouest du département de la Haute-Loire. Maire de Saint-Beauzire depuis 2014, Serge Pierre Mondani n’a pas la langue dans sa poche. Il a dit oui à l’accueil des réfugiés sur ses terres pour la deuxième année consécutive alors que le sujet fait débat au niveau régional et au-delà. Ce jeudi 17 novembre, il vient en parler au micro et devant les caméras du Scan RCF/Zoomdici. Un autre sujet est abordé, moins polémique, mais quand même délicat : celui de l’intercommunalité.
Des souvenirs qui marquent
En 2015, un total de 82 personnes avaient été accueillies à Saint-Beauzire sur une période de cinq mois. La très grande majorité avait reçu le statut officiel de réfugiés. « Nous avions deux étudiants en médecine, d’anciens officiers, un vice-champion de marathon… », énumère avec le sourire Serge Pierre Mondani avant que l’interview ne commence. Élus et bénévoles étaient très satisfaits de cette première expérience.
Des hommes et des familles
On s’en souvient, le 25 octobre dernier, 25 hommes d’origine afghane et soudanaise sont arrivés au centre Léo Lagrange à une tardive sous la bienveillance de dizaines de bénévoles et des autorités. Hors saison estivale, l’établissement s’est à nouveau transformé en centre d’accueil et d’orientation (CAO). Des familles sont attendues et annoncées depuis plusieurs mois. Pour le moment, les élus locaux n’ont reçu aucune information d’une arrivée imminente.
Des ré-orientations vers d’autres centres
Un peu déboussolés par le manque d’informations et un long voyage depuis Calais, les réfugiés avaient dû être rassurés. L’un d’eux a néanmoins choisi de quitter le centre dès le lendemain, ce qui lui est totalement autorisé. Depuis, sept autres sont partis, mais pas de leur propre chef. Ils ont simplement été réorientés vers d’autres centres.


De gros progrès en français

Depuis le 25 octobre, un premier « apéro solidaire » a été organisé et un repas du même type aura lieu prochainement. Tout est fait pour que les migrants se sentent à l’aise et puissent échanger avec la population. « On a presque trop de bénévoles pour le peu de réfugiés qui sont là », constate avec bienveillance Serge Pierre Mondani hors micro. Aussi, des cours de Français leur sont dispensés par les bénévoles. Le maire explique : « Certains font des progrès énormes et très rapidement ». Il n’y a pas que le français, ils reçoivent également des cours de dessin…
Les élus de Saint-Beauzire ont été contactés par ceux d’autres communes pour échanger à propos de leur expérience. Mais aussi avec des communes de la région qui accueillent également des réfugiés.

Du changement dès le 1er janvier
En attendant d’autres réfugiés, la commune de Saint-Beauzire se prépare à la fusion des intercommunalités. Aujourd’hui, la commune fait partie de celle du Brivadois qui va englober de Blesle dès le 1er janvier 2017. Certains élus, à l’image de Serge Pierre Mondani, auraient aimé que l’intercommunalité d’Auzon y soit également intégrée. Ce n’est pas le cas. Ce qui n’empêche pas au maire de Saint-Beauzire d’y croire encore à moyen ou long terme.

L'entretien intégral

Emma Jouve

 

> En savoir + sur Le Scan

  • Retrouvez ci-dessous les dernières émissions du Scan :

* Luc Crépy, nouvel évêque du Puy-en-Velay

* Jean-Pierre Marcon, président du Conseil départemental

* Gérard Roche, nouveau directeur du festival de La Chaise-Dieu

* Michel Wagner
, directeur de la maison d'arrêt du Puy

* Gérard Roméas, Président du COP rugby qui remonte en Fédérale 3

* Jacky Crespy, entrepreneur sur le tourisme en Haute-Loire

Christophe Gauthier et Antoine Kuntgen, du Puy Foot 43 Auvergne

Laurence Cottier, co-présidente de l'office de commerce et d'artisanat de l'agglomération du Puy-en-Velay.

Olivier Servaire-Lorenzet, qui a passé sept ans à la tête de l'hôpital du Puy, avant de quitter ses fonctions début juillet.

Jean-Louis Roqueplan, le grand architecte des fêtes du Roi de l'Oiseau, à l'aube de la trentième édition des Fêtes Renaissance.

Jean-Jack Queyranne, le Président de la région Rhône-Alpes et le candidat socialiste aux élections régionales de début décembre. 

* Cécile Cukierman, candidate d'une "Gauche qui ne renonce pas" pour la tête de liste l'Humain d'abord, qui réunit le Parti communiste et le Mouvement républicain et citoyen (MRC).

* Jean-Pierre Vigier, député et numéro trois de la liste de Laurent Wauquiez, défend les couleurs de la droite et du centre dans Le Scan.

Jean-Charles Kohlhaas, tête de liste du Rassemblement citoyen et solidaire en Rhône-Alpes Auvergne.

* Michel Chapuis, nouveau maire du Puy, Président de l'UDI et conseiller régional, était venu dans Le Scan quelques jours seulement après avoir succédé à Laurent Wauquiez.

Eric Maire, le préfet de la Haute-Loire, était vernu défendrfe les positions de l'Etat, de la crise agricole aux réfugiés de St-Beauzire, en passant par l'avenir des services publics dans les territoires ruraux.

André-Frédéric Delay, le Président du tribunal de grande instance de Haute-Loire, à propos de la délinquance rurale, la surpopulation carcérale et les peines alternatives qui en découlent, en passant par la difficulté de juger les délits routiers et les affaires qui marquent personnellement.

* Une semaine à peine après l'abandon du projet de déchéance de nationalité, des théories du complot aux phénomènes de radicalisation, en passant par le "vivre ensemble", Abdelkader Railane , auteur et secrétaire départemental de la Commission pour la Promotion de l'Egalité des Chances et la Citoyenneté était l'invité du Scan.

Brigitte Masset Bourret, auteure ponote de l'essai « Prostitution Pour ou Contre ? ». Le 14 avril dernier, une nouvelle loi sur la prostitution a été adoptée après de nombreux débats houleux au Parlement...

* La prime d'activité, quèsaco ? La CAF privilégie-t-elle les nounous ? Quid de la crèche de l'hôpital ? autant de questions pour le directeur de la CAF 43, Christophe Bonnefois.

* La sécurité en Haute-Loire. Le commandant de gendarmerie, Jérôme Patoux est revenu sur les chiffres du département.

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire