St-Christophe : alcool, violence et homophobie ne font pas bon ménage

mar 27/03/2018 - 22:17 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:52

Les faits remontent au 5 février 2017. Dans la discothèque de Saint-Christophe sur Dolaizon, qui a fermé depuis, deux quadragénaires, fortement alcoolisés, commencent à déranger la clientèle peu avant 3h du matin.
Le barman, quelque peu débordé par la situation car il y a beaucoup de monde ce jour-ci dans la boite de nuit, se retrouve insulté par les deux compères. Des insultes à caractère homophobes qui sont complétées par des jets de glaçons.

Il saisit une bouteille et la brandit comme une arme
Une des serveuses, témoin de la scène, décide d’appeler les videurs qui tentent alors de calmer les deux quadragénaires. C’est un effort vain car tous deux sont "vraiment très très excités", selon les déclarations des témoins et à la vue des vidéos enregistrées par les caméras de surveillance de l'établissement.
Le personnel craint que l’un des deux prévenus ne soit armé car il met régulièrement sa main dans la poche au moment où le ton monte, puis il saisit une bouteille et la brandit comme s’il allait s’en servir d’arme.

Deuxième séquence de violence, bien plus intense celle-ci
Dans une certaine confusion à laquelle l’alcool n’est pas étranger, les deux fauteurs de troubles sont expulsés manu militari dehors. C’est là qu’une deuxième séquence de violence, bien plus intense celle-ci, explose. Les deux prévenus se retrouvent nez à nez avec une bande de jeunes qui quitte l’établissement et, manquant manifestement de lucidité, les deux pères de famille croient qu’il s’agit du groupe avec lequel ils se sont déjà accrochés à l’intérieur de l’établissement.
Rapidement fusent les insultes et la suite logique, c’est-à-dire une salve de coups de poings et de pieds. Au milieu de la cohue, les videurs tentent tant bien que mal de faire régner l’ordre et eux aussi distribuent quelques coups tout en en recevant. Ils mettent tellement de coeur à l'ouvrage que l'un d'eux a été cité par l'avocate de l'un des quadragénaires, après avoir visionné les vidéos.

Il pivote sur lui-même et chute face contre le sol : 21 jours d'ITT
Dans la cohue, les deux quadragénaires ont notamment saisi des cailloux qu’ils ont jetés au visage des jeunes et des videurs. C’est d’ailleurs de la sorte qu’ils ont endommagé le véhicule d’une jeune fille qui s’est portée partie civile dans l’affaire.
Son petit ami est le troisième prévenu : en effet, le groupe de jeunes revient alors à la charge et une nouvelle scène de violence éclate sur le parking de la discothèque jusqu’à ce que le jeune homme de 22 ans assène un violent coup de poing au visage du plus âgé des trois prévenus à la barre. Ce dernier pivote sur lui-même et chute face contre le sol. Une fois à terre, plusieurs coups de pieds sont encore distribués avant la fin de l’échauffourée. Une ITT de 21 jours sera prononcée.

De lourdes peines encourues
Devant la complexité de l'affaire (chaque prévenu est également victime) et les contradictions exposées à la barre, les magistrats du tribunal correctionnl du Puy-en-Velay ont décidé de mettre l'affaire en délibéré ce mardi 27 mars 2018. L'injure publique en raison de l'orientation sexuelle ne semble pas manifeste dans cette affaire même si elle a déclenché les délits commis. 
Jugés pour violences aggravées, en réunion et avec une ITT supérieure à huit jours pour le jeune homme et avec arme (cailloux et bouteille) pour les deux autres et compte tenu des casiers judiciaires de ces deux derniers (28 mentions pour le premier et 5 pour le second), des peines de prison ferme ne sont pas exclues. Réponse du tribunal du Puy le 24 avril.

Maxime Pitavy

 

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire