Salon de l'Agriculture : Dylan Charrade obtient le prix spécial Meilleur Berger

dim 24/02/2019 - 13:13 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:56

Le jour d'ouverture du Salon de l'Agriculture aura été marqué par une longue visite (14 heures de présence) du président de la République, Emmanuel Macron. Mais pas que... 38 jeunes, futurs acteurs du monde agricole, des bergères et bergers venus de toute la France, ont pris leur rôle très au sérieux et ont démontré leurs savoir-faire face à un parterre de spectateurs et surtout face à un jury.

Ces jeunes faisaient partie des 750 élèves âgés de 16 à 24 ans suivant une formation agricole (CAPA au BTS) en compétition pour décrocher une place en finale des Ovinpiades, 14e édition. A l'issue des sélections régionales (19 en tout), seulement 38 jeunes bergers, la crème de la crème donc, ont obtenu leur ticket pour tenter de conquérir le titre national de Meilleur Jeune Berger. Parmi eux, deux Altiligériens, Dylan Charrade et Henry Ferret, tous deux élèves au lycée Brioude-Bonnefont. Cocorico ou bêêêêê, au choix !

>> A lire aussi : 56e Salon de l'Agriculture : la Haute-Loire, ses Hommes et leurs savoir-faire

Ce samedi 23 février 2019, les candidats ont dû se soumettre à des épreuves alliant théorie et pratique : l'évaluation de l'état d'engraissement et poids d'agneaux de boucherie, le choix d'un bélier, le parage des onglons, le tri de brebis avec lecture de boucles électroniques, la manipulation et l'évaluation de l'état corporel, le quizz et la reconnaissance des races.

Au terme d'une compétition très disputée, Arthur Boulet du CFAA du Lot a été élu Meilleur Jeune Berger de France 2019. L'Altiligérien, Dylan Charrade a quant à lui décroché le prix spécial Meilleur Berger. Henry Ferret n'a pas à rougir de sa prestation lors de cette finale nationale, il termine 11e au classement. 
Un extrait de la prestation de Dylan Charrade lors de la finale nationale des 14e Ovinpiades

Les Ovinpiades, qu'est-ce que c'est ?
Les Ovinpiades des Jeunes Bergers, compétition organisée par Interbev Ovins et l'ensemble de la filière ovine, ont pour objectif de promouvoir le métier d'éleveur ovin et de susciter de nouvelles vocations auprès des élèves des établissements agricoles. Au cours des 15 prochaines années, plus de la moitié des éleveurs de brebis partiront à la retraite. Pour assurer le renouvellement de ses générations mais également le maintien de sa production, la filière ovine doit donc installer près de 10 000 éleveurs dans la prochaine décennie.
Stéphanie Marin

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire