Rythmes scolaires : au Puy, ce sera en fin d'après-midi... quelques semaines par an

ven 06/06/2014 - 17:43 , Mise à jour le 06/06/2014 à 17:43

La réforme n'impose pas un volume d'heures d'activités périscolaires. Au Puy-en-Velay, il a donc été décidé de proposer aux enfants ces activités en fin d'après-midi, à raison d'une heure par jour, entre le temps d'enseignement et la garderie.
Mais pour chaque école, ces activités ne dureront que le temps d'un cycle (environ six semaines), et tout le reste de l'année, cette heure sera utilisée pour les études surveillées. Enfin, pour les maternelles, les activités périscolaires proposées seront... des heures de sieste (elles étaient jusqu'à présent décomptées dans la temps scolaire).
La municipalité du Puy-en-Velay n'a cessé de marteler le "long travail de concertation engagé avec les écoles", énumérant trois réunions avec les paernts, quatre rénuions avec les enseignants et directeurs, deux réunions avec les directeurs et sept conseils d'école.

"Les enfants ne doivent pas payer les conséquences de ces polémiques"
Les élus du Puy avaient convié la presse ce venderdi matin pour présenter les contours de la réforme des rythmes scolaires pour l'année scolaire à venir. "Cette réforme suscite bien des difficultés, mais les enfants ne doivent pas payer les conséquences de ces polémiques", a lancé d'emblée Laurent Wauquiez. Il avait déjà évoqué cette semaine (lire) ses craintes concernant "le défaussement de l'Etat sur les collectivités locales", qui conduirait à une "école à deux vitesses".
Autre point de mécontentement pour le député-maire, "les textes ont changé à plusieurs reprises et en dernière minute, ça nous laissait trop peu de temps, on a été prisonnier de ce calendrier". Le maire du Puy a cependant affirmer qu'il préférait "laisser cette polémique de côté" pour se "montrer constructif".

  • Laurent Wauquiez assure que l'intérêt des enfants doit primé. Ecouter. {{audio1}}

----La journée type de l'écolier ponot :

1h15 d'accueil le matin
3h15 d'enseignement le matin
2h de pause méridienne
2h d'enseignement l'après-midi
1h d'étude ou 1h de périscolaire (par roulement)
1h15 de garderie-----Les horaires et activités proposées
Divers scénarios avaient été envisagés pour l'application de la réforme au Puy. Finalement, la formule retenue consistera à proposer une heure d'activité périscolaire par roulement, dans les écoles en fin d'après-midi. Ainsi, chaque semaine, les élèves du Puy auront cinq demi-journées d'enseignement les matins et quatre demi-journées d'enseignement l'après-midi, avec par roulement, soit une heure de périscolaire, soit une heure d'études surveillées en fin de journée (voir encadré).
La culture sera au rendez-vous, avec des ateliers en collaboration avec le musée Crozatier (découverte des oeuvres, sculpture, peinture), mais aussi la lecture (en collaboration avec la bibliothèque comme point d'appui de la méthode parler), le sport (encadré par les éducateurs sportifs de la ville), l'environnement (possibilité de réaliser des jardins potagers dans certains établissements), la connaissance de sa ville (avec les grands événements comme le Roi de l'Oiseau ou le Carnaval) et l'éveil à la citoyenneté (économie d'eau, d'électricité, recyclage, prévention routière).

  • Le maire du Puy décline les différentes activités proposées et les modalités de l'application de la réforme des rythmes scolaires dans sa commune. Ecouter. {{audio2}}

Les engagements de la municipalité : l'accent mis sur les études surveillées
Dans le cadre de cette réforme, la municipalité s'engage à maintenir l'amplitude horaire d'accueil du matin et de garderie le soir, c'est à dire de 7h30 à 18h15 pour toutes les écoles ponotes, "pour que les parents puissent concilier vie professionnelle et familiale". Ces activités seront gratuites (le décret permet de les faire payer, comme c'est le cas à Lyon) pour que tous les enfants soient placés sur un pied d'égalité. "Je ne veux pas d'une école à la carte avec un menu de base et un menu premium", a ironisé Laurent Wauquiez.
L'accent est mis sur les études surveillées, "car c'est plus important qu'un atelier mosaïque par exemple selon nous", ont précisé les élus, "l'objectif, c'est de rendre l'enfant à sa famille avec le maximum de devoirs réalisés, car tous n'ont pas des parents qui peuvent les aider dans cette tâche". Pour autant, ils invitent les paernts à rester investis. Enfin concernant les activités proposées, elles auront toutes lieu dans l'enceinte de l'école et seront assurées par des professionnels, diplômés et qualifiés. Les ATSEM pourront accompagner mais pas encadrer.

  • Le député-maire du Puy revient sur les engagements pris par la municipalité dans le cadre de cette réforme. Ecouter. {{audio3}}

----Une réforme à environ 250 000 euros pour la collectivité
Le coût de la réforme est difficile à évaluer puisque les activités étant optionnelles, on ne sait pas encore combien d'enfants y participeront (le taux d'encadrement étant fixé à 18, le nombre d'enfants peut faire varier le nombre de professionnels à mobiliser). Le maire du Puy table sur 200 à 300 000 euros pour cette année (120 000 euros pour les études surveillées et 150 000 euros pour les activités périscolaires).-----Un choix qui peut réduire le coût pour la collectivité ?
En choisissant de placer les activités périscolaires, qui sont optionnelles, en fin d'après-midi, n'y a-t-il pas un risque de voir ces activités délaissées par les enfants dont les parents ne travaillent pas, ou bien à temps partiel ? "D'abord, c'est la règle qui a été fixée par le décret du Ministre de l'Education Nationale, donc on ne peut pas rendre ces activités obligatoires", répond Laurent Wauquiez, "le seul conseil que je peux donner, c'est que les parents n'hésitent pas à en profiter car on mise sur la qualité, mais c'est vraiment leur choix car au final, ce sont les parents qui décident".
Mais en plaçant ces activités en début d'après-midi, tous les enfants y auraient participé. En les plaçant en fin de journée, un certain nombre d'enfants devraient ne pas y participer, ce qui finalement devrait réduire le coût de la réforme pour la collectivité... "On s'est fixés à ce qu'était la demande des parents", rétorque-t-il, "l'avis était vraiment très majoritaire, c'était des activités périscolaires en fin d'après-midi. Les enseignants aussi d'ailleurs considèrent que si les enfants enchaînent la pause méridienne puis une activité périscolaire, il est très difficile de les reconcentrer ensuite sur un temps scolaire".

"La porte reste ouverte" à des aménagements
Enfin, les parents élus aux conseils d’école ont décidé de se réunir samedi matin devant la mairie du Puy pour faire part de leurs inquiétudes. Réponse de Laurent Wauquiez : "on a fait le maximum avec les délais qui nous étaient imposés, avec 10 réunions en quatre semaines, mais nous sommes toujours disposés à discuter". Car rien n'est encore vraiment figé dans cette réforme et "la porte reste ouverte" sur des modalités pratiques.
Certains parents d'élève auraient par exemple proposé de payer les activités périscolaires... "Ce n'est pas prévu mais on va quand même y réfléchir", a observé le maire du Puy avant de conclure : "il faudra continuer à s'adapter selon les impératifs des familles et l'intérêt des enfants".

Maxime Pitavy

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire