Roi de l'oiseau : après la pluie, le beau temps

mar 23/09/2014 - 14:18 , Mise à jour le 26/11/2020 à 19:24

Quatre jours de festivités, plus de 6 000 personnes costumées, 80 000 badauds et un nouveau roi de l'oiseau plus tard, le comité d'organisation des Fêtes Renaissance du Puy-en-Velay peut tirer un pré-bilan de cette édition 2014, sous réserve. Le détail ne sera connu qu'à la prochaine assemblée générale, mais d'ores et déjà, Marc Jamon, le président, se dit content : "Plusieurs choses ont très bien marché, comme le choix du thème des métiers de l'époque renaissance sur les camps. C'était une grosse mutation mais le rendu visuel a été très bien accueilli." Ainsi, chaque camp a pu mettre en scène des démonstrations d'artisanats allant du produit brut au produit manufacturé : du mouton au filage et à la teinture de la laine, du tissage à la tapisserie... Les badauds ont également pu admirer le travail des forgerons, des tailleurs de pierre, des tanneurs, des notaires, des usuriers... jusqu'au bains publics qui faisaient parfois également office de bordels !

110 stands
Autre motif de satisfaction, le tournoi inédit de chevalerie équestre "La Légende du prince Thibaud" sur la grande lice du Breuil avec les meilleurs chevaliers du Velay (voir photo). "Il a été bien, perçu, raconte Marc Jamon, on a eu de très bons retours".
Le succès du marché renaissance, au jardin Henri Vinay, ne cesse, par ailleurs, d'accroître avec des commerçants globalement satisfaits. "Nous sommes passés d'une centaine de stands l'an dernier à 110 cette année", calcule Marc Jamon.

Merchandising
Reste les petits à côté : "les programmes se sont bien vendus, tout comme les médailles, se réjouit le président, les entrées aux spectacles sont correctes, les locations de costumes sont en légère hausse, le soutien des commerçants est conforme et les sponsors aussi", avant de remarquer que le contenu proposé cette année était de qualité égale, avec même un nombre d'événements en légère hausse.

Ô rage, ô désespoir, ô météo ennemie!
Mais parmi tous ces satisfecits, il y a bien un bémol : la météo. Les plus braves ont fini le défilé de clôture de dimanche après-midi sous une pluie battante et les averses de grêle (voir vidéo). Ces intempéries étaient encore plus problématiques samedi soir avec l'annulation du grand bal de la lentille au centre Pierre Cardinal et le report de la finale de tir à l'arc au lendemain matin, une version édulcorée malheureusement avec moins de monde qu'un samedi soir. "Ces deux annulations représentent un manque à gagner qui reste à chiffrer", reconnaît Marc Jamon, même si beaucoup sera couvert par les assurances.

S'améliorer, encore et toujours
L'an prochain, ce sera la 30ème. "Des projets sont lancés pour gagner plus d'espace, explique Marc Jamon, pour pouvoir accueillir plus de monde en termes de logistique et pour produire plus de costumes.Nous travaillons également sur l'image." Des initiatives comme le choix du thème des métiers sont aussi à développer: "nous avons ouvert une nouvelle voie sur laquelle nous réfléchissions depuis plusieurs années", explique-t-il.

Nichée de poussins
Autre aspect amené à se développer, l'auto-production de groupes de danses, théâtre, musique… à travers l'école des arts renaissance, la Pousinade (nichée de poussins en occitan), ouverte en 2011 par l'association du Roi de l'oiseau. De quoi relever le défi de la mutation des générations.

Débusquer le budget du trentenaire
Enfin, tous ces projets devront trouver un financement. Cette année, le comité d'organisation a dû faire face à une légère baisse de la subvention de la part du Conseil régional d'Auvergne : 45 000 euros contre 50 000 euros l'année passée. Une décision prise, sans préavis, le 14 avril dernier en commission permanente. La Région, elle, justifie : "cette aide reste très élevée et le budget baissant, les subventions doivent être calculées en fonction." Pour comparaison, la subvention octroyée à l'association du festival de La Chaise-Dieu lors de cette même commission permanente, elle, n'a pas baissé et s'élève à 166 000 euros.
Si le détail du budget du Roi de l'oiseau n'a pas été communiqué cette année, on sait que la subvention octroyée par le Département, elle, s'élève à 22 500 euros. Mais les plus gros contributeurs sont la Communauté d'agglomération et la Ville du Puy. Tout cela complété par les sponsors privés et les recettes propres. Sachant que le budget global du Roi de l'oiseau en 2010 avoisinait les 520 000 euros, la perte de 5 000 euros due à la baisse de la subvention du Conseil régional représenterait moins de 1% du budget global, toutes choses étant égales par ailleurs.
Bref, il reste désormais un an pour lever le budget nécessaire à une 30ème édition digne de ce nom. Et Marc Jamon de rappeler qu'il s'agit d'une fête gratuite, populaire, où la culture est accessible à tous.

Annabel Walker

 

  • Retrouvez ci-dessous une sélection de nos reportages pour cette 29ème édition :


Roi de l'Oiseau : on se retrouve pour la trentième ?


Roi de l'Oiseau : retour en photos sur le tournoi de chevalerie


Photos : Un samedi soir au roi de l'Oiseau

Roi de l'Oiseau : du XXIème au XVIème siècle en deux minutes


Video : plongez dans le bain du Roi de l'Oiseau

 

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire