Vidéo : plongez dans le bain du Roi de l'Oiseau sur zoomdici.fr (Zoom43.fr et Zoom42.fr)

logo_zoom

Vidéo : plongez dans le bain du Roi de l'Oiseau

Date : 18/09/2014 | Mise à jour : 19/09/2014 19:22
Partager

Même à la Renaissance, on avait un minimum d'hygiène... Les étuves, ces bains publics, ont été reconstituées par le camp de l'Isle de Lioussac, Place du marché couvert au Puy, le temps des Fêtes. L'occasion de se jeter à l'eau !

Contrairement aux idées reçues, on se lave à la Renaissance et on prend des bains. Les étuves sont très fréquentées et au milieu des rires et des éclaboussures, on savonne les clients avec application alors que ces derniers dégustent du saucison en sirotant de l'hypocras, confortablement installés dans un bac d'eau fumante et parfumée.
Le succès des étuves est tel qu'il faudra rapidement mettre le holà, de nombreux hommes d'Eglise apprécient particulièrement le service, qui sombre parfois dans une sensualité bien loin de leurs voeux de chasteté ! L'Etat décide de fermer les étuves sous prétexte que ces bains publics pourraient être vecteurs de grandes épidémies.



Bien trois heures pour remplir l'étuve

Comme le thème de ces 29èmes Fêtes est axé sur les métiers de la Renaissance, les camps de Lioussac et de l'Estrapade ont investi la place du marché couvert et proposent diverses démonstrations des métiers de l'époque gravitant autour de l'hygiène. On retrouve ainsi un barbier, un coiffeur, un fabriquant de parfum et donc nos étuviers.
Six personnes peuvent profiter de l'étuve qui fait 1,60 m de diamètre pour 60 cm de haut. "Il y a donc largement un mètre cube d'eau" nous confie la capitaine de l'Isle "et il faut facilement trois heures pour remplir l'étuve".



Bain sec ou bain humide

L'eau était changée une fois par jour, le matin de préférence, pour des raisons d'hygiène. Idem pour les drains servant à filtrer. On utilise à l'époque des éponges grossières pour le corps et des éponges plus fines pour le visage. Il existait alors deux types de prestations : soit un bain sec (qui consiste à se frotter avec du sable), soit un bain humide, en fonction des moyens de chacun. Pour les bains humides, l'entrée était fixée à quatre deniers.
Le phénomène était principalement urbain car seules les grandes villes proposaient des bains publics. Quant aux nobles et aux bourgeois, ils avaient souvent leurs étuves personnelles.


Pendant les Fêtes, tout le monde peut venir assister à une séance de bain public, avec des explications proposées par un expert, place du marché couvert au Puy.
Pour plonger dans le bain et profiter des merveilles de l'étuve, il faut en revanche appartenir à un camp.

  • Retrouvez ci-dessous notre reportage vidéo : 



Reportage : Maxime Pitavy

Vous aimerez aussi



Commentez

img_journalisteEE le 21 septembre 2014 - 09h11
a l époque ils ne savaient pas lire et écrire , aujourd'hui les riches qui jouent aux pauvres ! c est bien le monde a l envers ( sauf fautes j espère)

Signaler un abus

img_journalisteNG le 20 septembre 2014 - 13h04
Y'a de beaux mecs quand même chez nous ;-)

Signaler un abus

img_journalisteL le 20 septembre 2014 - 10h55
d'accord avec SR, AUCUNES animation de rue vendredi soir !! que des travernes associatives " gagne-sous " et des camps qui amusent que ceux qui y sont dedans. croyez vous qu'avec ce spectacle désolant il faudra fêter les 30 ans en 2015 ? assez nul tout cela !!!

Signaler un abus