"Rien ne peut remplacer l'humain à l'hôpital"

ven 11/12/2015 - 19:12 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:38

Ce mercredi 9 décembre 2015, à 10h10, le Centre Hospitalier Emile Roux (CHER) du Puy-en-Velay a en effet subi une coupure d’électricité pendant une heure. Les groupes électrogènes ont pris le relais sur l’ensemble des bâtiments et services (lire notre article du mercredi soir).
Le jeudi après-midi, le directeur de l'établissement, jean-marie Bolliet, joint par téléphone, a tenu à réagir pour éclaircir quelques points (lire), avant une communication sans doute plus développée la semaine prochaine. 

"Rompre définitivement avec ces histoires d’équilibre budgétaire"
"L’entraide de toutes les catégories de personnel, soignants, administratifs, techniques et ouvriers a permis lors de ce problème technique de continuer la prise en charge des patients", déclare Huguette Julien, déléguée CGT à l'hôpital Emile Roux du Puy, "ce professionnalisme est l’essentiel du service hospitalier public".
La CGT, première organisation syndicale au Centre Hospitalier Emile Roux, s’inquiète fortement "des conditions de travail dégradées". Elle demande aujourd’hui au conseil de surveillance du Centre Hospitalier Emile Roux, au ministre et à l’ARS de "donner à cet établissement le budget dont il a besoin" et de "rompre définitivement avec ces histoires d’équilibre budgétaire", martèle Claude Brice, délégué CGT à l'hôpital.

---- Qui va payer la panne ?
Normalement, le coût des travaux sera ponctionné sur le budgetde l'hôpital (environ 125 millions d'euros par an). Mais s'il s'avérait que la faute incombe à Erdf, alors la facture pourrait lui être adressée.-----"Il faut stopper l'hémorragie"
"On nous dit toujours qu'il faut moins de personnel, pour faire des économies, mais on voit bien le contraire dans ce type de situation", assure Huguette Julien, "c'est une réalité du quotidien et il faut stopper l'hémorragie". Pour appuyer son propos, elle rappelle la suppression de 30 ASH (agent des services hospitaliers) et persiste : "l'hôpital, ce n'est pas que le personnel soignant, c'est toute une équipe, c'est tous ensemble, avec une priorité : le patient, de A à Z".
Si le syndicat est inquiet, c'est aussi parce que le gouvernement prévoit trois milliards d'euros d'économie dans l'hôpital public, avec la suppression de 22 000 postes. Une aberration pour le syndicat, qui rappelle déjà qu'il y a "un manque de 200 postes à Emile Roux, absorbé par le professionalisme du personnel" et qui met en garde contre la misère physiologique, alors qu'une partie de la population a abandonné les soins courants depuis le début de la crise économique.

"Les patients, c'est pas des clients" : Amandine Rabeyrin au micro de Zoomdici
Amandine Rabeyrin est secrétaire CGT Santé du centre hospitalier Emile Roux. On comprend bien que le personnel a fait preuve d'une grande capacité d'adaptation lors de cet incident pour limiter les désagréments. On peut leur tirer un coup de chapeau mais le syndicat a aussi des revendications non ? Cette panne pourrait être un problème de moyens ? Dans quelle mesure ??

Vous avez l'impression qu'on demande aux personnels de toujours plus se serrer la ceinture, quitte à parfois faire des économies au détriment de la qualité de soins ? Vous avez finalement l'impression d'être salarié d'une entreprise ?

Maxime Pitavy

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire