Tous

Retournac

Retournac : lâcher de ballons colorés pour la Saint-Roch

mar 18/08/2015 - 17:36 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:36

Bien avant 16h30 de nombreux véhicules rejoignaient le village du Pédible, commune de Retournac, pour l’Ascension de la Madeleine.
Un employé municipal, Alain Brossier, acheminait avec le 4 X4 de la commune bénévolement les personnes qui ne pouvaient entreprendre l’ascension, jusqu’au plateau de la Madeleine, pendant que Rose Chamblas et Marinette Abrial préparaient la chapelle avec tout le matériel nécessaire à la liturgie.

Le plateau recèle une dimension mystique et surnaturelle
A 17h15, une visite commentée situait le site, son historique, la chapelle. La Madeleine est un gigantesque plateau volcanique de 1 000 m d’altitude. Les visiteurs se déplaçaient jusqu’aux tables d’orientation de ce belvédère parfait pour une excursion familiale. Ils admiraient les points de vue sur la vallée de Loire, le Meygal, le Mont Mouchet, les Cévennes, les Alpes.
Ce plateau recèle une dimension mystique et surnaturelle. Il aurait été habité dès l’époque gauloise, aurait accueilli un sanctuaire gaulois. Saint Roch aurait séjourné sur le plateau de la Madeleine, d'où la dédicace de la chapelle. Lors de la dernière guerre mondiale, il constituait un lieu de réception par voie aérienne pour la résistance. Les plus anciens rappelaient aussi l’existence de la cave Saint-Reinier sur son flanc avec sa légende de fées et son bénitier.

La Saint-Roch, une tradition qui remonte au XVIème siècle
Fin XIIIe siècle, survient la construction de la première chapelle dédiée à Sainte Marie- Madeleine. Au XVI –XVIIe siècles, le culte de Saint Roch est invoqué contre la peste. Le 16 août 1885, la nouvelle chapelle a été bénite puis inaugurée. Depuis le XVIe siècle, la Saint Roch est fêtée chaque 16 août avec un pèlerinage annuel. Interrompu de 2003 à 2008, il a été réactivé en 2008, à chaque fois grâce au concours de prêtres venus du Diocèse du Puy-en-Velay ou cette année de Saint-Etienne.

Bientôt un jumelage avec Pélussin ?
A 18h, l’Office religieux sur le plateau de la Madeleine était célébré par l’abbé Sébastien Garde du Diocèse de Saint-Etienne, venu spécialement de Pélussin pour cet office. Ce jeune prêtre ne manquait pas de souligner une similitude entre Pélussin et Retournac : dans la cité du Pilat, on trouve un chapelle de la Madeleine avec un Ermitage, au sein d’un forêt, et on y célèbre la Saint Roch… un jumelage ne serait-il pas le bienvenu ?...
Puisse néanmoins cet office donner à ce jeune prêtre qui possède des attaches altiligériennes, à Saint-Pal-de-Chalencon, l’envie de venir s’établir dans notre diocèse. La chorale paroissiale était présente, dans des polyphonies et les chants du dimanche, avec un accompagnement à l’orgue. La présentation des reliques de Saint-Roch suivait l’office pour ceux qui le désiraient. Il s’agissait de la Messe du dimanche, mais nul n’était obligé d’y assister, le moment permettait une harmonieuse cohabitation de pèlerins ou promeneurs aux objectifs divers mais qui se retrouvaient d’une part dans leur intérêt pour ce site, son patrimoine religieux, naturel et environnemental qu’il faut absolument préserver, d’autre part au moment des ballons après le culte, dans la bonne humeur.

Pourquoi pas une messe en extérieur l'an prochain ?
Le service animation de la mairie de Retournac, avec Kevin Favreau avait gonflé à l’hélium des ballons à l’intention des enfants. Chaque enfant recevaient un ballon, et pouvait écrire son nom ou ses coordonnées sur la petite étiquette accrochée. Enfin venait le moment du lâcher par les enfants –mais certains préféraient le garder- puis du verre de l’amitié servie avec Jo Chaize, conseillère municipale.
Au moment de la séparation chacun se réjouissait de ce bon moment passé ensemble. Si le temps le permet, l’an prochain il pourrait être envisagé la Messe à l’extérieur de la chapelle, car seulement le tiers des fidèles a pu y trouver place cette année, avec pourquoi pas une sonorisation et des festivités plus importantes.

Histoire d'un mythe
Roch naquit à Montpellier (autrefois Monté-Pestelario) vers 1340 et il mourut à Voghera en Italie vers 1376/1379 ; Roch se mit à soigner les malades et à les guérir par le signe de la croix. Il fît de même à Césenne qui, par lui, fut délivrée de la peste. À Rome ensuite, un cardinal fut aussi guéri par lui. De nouveau, il repartit sur les routes. Il soigna encore les malades à Plaisance, mais là, il attrapa la maladie. Roch attrapa la peste et se retira dans une forêt près de Plaisance pour ne pas infecter les autres. Seul un chien vint le nourrir en lui apportant chaque jour un pain dérobé à la table de son maître. Ce dernier, intrigué par le manège de l'animal, le suivit en forêt et découvrit le saint blessé, qu'il put ainsi secourir.
Quand il revint dans sa patrie vers l'âge de trente ans, Roch était défiguré par les mortifications qu'il avait subies. À Milan, déchiré par une guerre civile, il fut pris pour un espion et jeté au cachot. Par humilité, il y demeura incognito et périt de misère vers 1378, ses concitoyens ne s'étant rendus compte que trop tard de leur méprise. L'Ange le réconforta au moment de sa mort et une grande clarté inonda sa cellule. On trouva dans celle-ci une inscription en lettres d'or disant que tous ceux qui prieront le glorieux Saint-Roch seront guéris de la peste. On découvrit la croix rouge sur sa poitrine. Il fut enseveli solennellement.

Un Saint toujours représenté avec un chien
Depuis ce temps, dans toutes les provinces de France et d'Europe, le culte de Saint Roch s'est répandu et il fut longtemps le Saint le plus populaire dans les campagnes. Saint Roch fut enterré avec dévotion à Voghera qui, immédiatement après sa mort (avant 1391) lui consacra une fête. Sa dépouille mortelle, gardée dans l'église qui lui est aujourd'hui dédiée, fut volée, ou fit l'objet d'une transaction, en février 1485 (à l'exclusion de deux petits os du bras) et transportée à Venise, où elle est toujours, hormis quelques reliques, dont un tibia, donné au XIXe siècle au sanctuaire Saint-Roch de Montpellier, qui possède également son bâton de pèlerin.
On représente toujours Saint Roch avec son chien qui léche ses plaies. Aussi est ce la raison pour laquelle de nombreuses familles viennent assister à la Messe de Saint Roch avec des animaux.

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire