Retour à la case prison pour les "Nageurs de la St-Sylvestre"

mar 31/01/2017 - 12:30 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:44

Ceux que certains surnomment « les Nageurs de la Saint-Sylvestre » avaient refusé d'être jugés en comparution immédiate début janvier.
Les deux hommes, âgés de 29 et 36 ans, avaient été placés en détention provisoire dans l'attente de leur jugement, qui s'est tenu ce lundi 30 janvier. Un troisième individu, âgé de 46 ans et interpellé depuis, a également été jugé.

En récidive
Les deux premiers ont été condamnés à des peines d'un an ferme et un maintien en détention a été prononcé. Tous deux étaient également jugés dans le cadre d'une récidive légale, leur sursis de quatre mois a ainsi été révoqué pour porter la peine totale à 16 mois.
Quant au troisième larron, il n'agissait pas dans le cadre d'une récidive et n'était pas placé en détention provisoire. Il écope d'une peine d'un an de prison ferme et un mandat de dépôt a été délivré.

Ils traversent la Loire à la nage, avec un mercure à -10°C
Tous trois sont domicilés en Haute-Loire et ils sont soupçonnés d’avoir commis un cambriolage dans une exploitation agricole de "Larcenac", à Saint-Vincent, le soir du réveillon. Du matériel de provenance douteuse a été trouvé dans la voiture qu’ils sont supposés avoir utilisée, en l'occurrence un Citroen Berlingo. Elle était accidentée au milieu de la route à Lavoûte-sur-Loire, vide, quand les gendarmes de la compagnie de St-Paulien et du PSIG (peloton de surveillance et d'intervention de la gendarmerie) du Puy l’ont inspectée.
Vers 3h du matin, les deux hommes ont visiblement traversé la Loire à la nage pour échapper à l'arrivée des gendarmes, qui faisait suite à leur accident. Ils ont finalement été retrouvés au lieu-dit "Larcenac", commune de Saint-Vincent. Les militaires ont fourni des couvertures aux deux hommes trempés et frigorifiés, non sans tester leur alcoolémie, qui s'est révélée positive.

Deux jours de fuite
Une fois conduits à l’hôpital Emile Roux du Puy-en-Velay (risque d'hypothermie), les deux hommes ont pris la poudre d'escampette. Le lien avec la voiture n'avait pas encore été fait. Mais une plainte déposée le 1er janvier pour un cambriolage intervenu à St-Vincent leur met la puce à l'oreille.
Trois perquisitions s'en suivent au cours desquelles ils découvrent des objets provenant du cambriolage. Après deux jours de fuite, les deux suspects se sont finalement rendus d'eux-mêmes à la brigade de Vorey, sur convocation des gendarmes.

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire