Réforme des retraites : entre 4 500 et 10 000 manifestants au Puy

Par Nicolas Defay jeu 19/01/2023 - 16:00 , Mise à jour le 19/01/2023 à 16:00

Le premier chiffre provient du comptage de la Préfecture. Le second de ceux des syndicats. Au-delà de ces deux estimations opposées, cette mobilisation contre la réforme de la retraite s’est révélée aussi importante qu’hétéroclite.

En fin d'article, une vidéo qui démontre la densité du mouvement, accompagnée d'une trentaine de photos.

Longtemps que la cité pavée n’avait contenu une manifestation aussi suivie. D’après Pierre Marsein, Secrétaire général de la CGT, « l’affluence d’aujourd’hui est sensiblement la même qu’en 2003 où le peuple marchait dans ces mêmes rues pour le même combat ». Et il est vrai que, outre les premiers rassemblements des Gilets jaunes à l’hiver 2018 qui regroupaient plusieurs milliers des personnes chaque week-end au Puy, cette marche du jeudi 19 janvier 2023 restera une date phare.

Le monde afflue sur le Breuil longtemps après que la tête du cortège soit arrivée.
Le monde afflue sur le Breuil longtemps après que la tête du cortège soit arrivée. Photo par Nicolas Defay

Un long serpent de colère

S’il est impossible d’annoncer un chiffre précis du nombre de manifestants présents, il est rare de voir un cortège au Puy s’étirer ainsi. Aux alentours de 10h45, la tête s’est élancée de la place Cadelade pour remonter le Breuil et le Boulevard Saint-Louis. Le serpent d’hommes, de femmes, d’ados et d’enfants, surmontés d’innombrables panneaux et de slogans scandés par la foule, a fait vibrer la rue Pannessac et la place du Clauzel, pour emprunter ensuite la rue Courrerie, Chaussade et Chèvrerie et revenir à la place Cadelade. Un espace vide de seulement 300 mètres environ séparaient la première banderole de l’intersyndicale de la toute dernière tenue par les intermittents du spectacle.

« Dans le style méprisant pour ses concitoyens, c’est du haut niveau ! »

« C’est à la fois réjouissant et accablant de voir autant de monde aujourd’hui, confie Alain, agent dans une collectivité. Réjouissant car cela démontre que la solidarité et l’union existent encore pour défendre un bien vital qui concerne tout le monde. Accablant, car si la colère est bien réelle, elle semble inexistante pour ce gouvernement. »

Il ajoute : « Pendant que le pays se dresse contre cette réforme qui touche l’humain au sens propre du terme, Macron s’expatrie en Espagne tranquillement (pour le 27ème Sommet franco-espagnol, NDLR) avant d’aller visiter le Musée Picasso l’après-midi. Dans le style méprisant pour ses concitoyens, c’est du haut niveau ! »

La Fontaine du Breuil redécorée pour l'occasion.
La Fontaine du Breuil redécorée pour l'occasion. Photo par Nicolas Defay

Privés, publics, électrons libres...

Des entreprises privées telles que Michelin, Valéo, Barbier, l’hôpital Sainte-Marie ou encore Vial Frères de Dunières et Multisac de Chaspuzac martèlent l’asphalte aux côtés des structures publiques à l’instar de la Préfecture, des écoles, collèges et lycées, des agents des collectivités diverses et variées du bassin ponot et au-delà.

« C’est un ras le bol général que nous assistons là, souligne Pierre Marsein. Le gouvernement ne veut pas nous faire travailler deux ans de plus, il veut nous faire mourir plus tôt au travail. Nous savons qu’une seule journée ne suffira pas à le faire plier malgré le succès de la mobilisation. Nous allons discuter des suites à donner au mouvement pour que l’exécutif ouvre enfin les yeux ! »

Au départ de la place Cadelade au Puy-en-Velay.
Au départ de la place Cadelade au Puy-en-Velay. Photo par Nicolas Defay

« C’est quand même hallucinant que le braqueur explique aux braqués que la banque est en faillite ! »

À la mention de la délicate équation « moins d’actifs pour de plus en plus de retraités », le Secrétaire général de la CGT soulève : « C’est un faux argument ! Il est vrai qu’il y a moins d’actifs qu’il y a 40 ans mais un actif d’aujourd’hui produit trois plus de richesses qu’à l’époque. »

Il insiste en ce sens : « L’argent existe. Le CICE (Crédit d'Impôt pour la Compétitivité et l'Emploi) a été transformé en exonération de cotisation ! Soit 157 milliards d’euros chaque année ! C’est quand même hallucinant que le braqueur explique aux braqués que la banque est en faillite ! »

La remontée du Boulevard Saint-Louis a été lente tant l'affluence a été dense.
La remontée du Boulevard Saint-Louis a été lente tant l'affluence a été dense. Photo par Nicolas Defay

« Si on ne se bat pas aujourd’hui avec mes camarades, c’est demain que nous allons le regretter et le payer »

« Nous sommes ici car c’est notre avenir qui est en jeu, hurle un jeune du lycée de la Roche-Arnaud, sa voix couverte sous la musique des camionnettes. Quand je vois que l’âge légal pour partir à la retraite augmente régulièrement, à quel âge je partirai moi-même ? 67 ans ? 70 ans ? 72 ans ? »

Il avance encore : « Tout est possible avec les dirigeants qu’on se paie depuis un moment. Si on ne se bat pas aujourd’hui avec mes camarades, c’est demain que nous allons le regretter et le payer. Il est indispensable et même naturel que tous les lycéens du Puy, de la Haute-Loire et du pays tout entier rejoignent en masse la prochaine manifestation ! »

Les jeunes aussi ont battu le pavé pour défendre leur avenir.
Les jeunes aussi ont battu le pavé pour défendre leur avenir. Photo par Nicolas Defay

Un bras de fer de 50 jours

D’après les syndicats présents, il y aura bien d’autres mouvements organisés sous des formes différentes dans les jours à venir. Grèves, débrayages, banderoles devant les établissements, réunions, manifestations...Un éprouvant bras de fer qui va durer 50 jours s’est installé entre une partie du peuple de France et le gouvernement en place. Les débats au Parlement sur le projet de réforme des retraites devraient alors s'achever le 26 mars, date limite pour une adoption définitive du texte.

Entre 4 500 selon la Préfecture et 10 000 manifestants selon les syndicats. À vous de juger ▼

Vous aimerez aussi

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire

19 commentaires

jg

sam 21/01/2023 - 20:20

Bien évidemment que chacun a le droit de s’exprimer et de manifester. Simplement à la vue de certains « commentaires de commentaires » on voit bien la gêne de certains en regard de la composition « sociologique » des manifestations (Eh bien oui pas mal de manifestants ne sont plus actifs, il s’agit d’un simple constat et non point de l’engagement d’une quelconque polémique).

la

sam 21/01/2023 - 08:52

Mr Macron se vente de faire ce qu'il a dit, il oublie juste de dire qu'avec le contexte des élections il était loin de faire la majorité puisque les gens ont choisi entre la peste et le choléra, et il l'oublie.Pour répondre à quelques commentaires, oui il y avait beaucoup de retraités et heureusement qu'ils nous soutiennent, justement ils pensent à nous et savent que plus le temps avance, plus c'est dur d'aller travailler, on trouve des milliards pour la covid et rien pour les retraites, on dépense sans compter en créant une dette colossale et il n'y a pas d'argent pour les retraites, il faut peut-être juste changer quelques priorités, arrêter de distribuer de l'argent gratuitement , mieux payer le travail, donc plus de cotisations qui entrent dans les caisses...

mi

ven 20/01/2023 - 19:30

Vive l'Europe où on a l'obligation de rattraper les autres pays qui travaillent plus longtemps sur décisions ordres du parlement Européen !!!

ga

ven 20/01/2023 - 18:17

En réponse à certains commentaires :

Je suis retraité. Mon fils a le dos déjà détruit pait par un boulot physique et mal payé. Il ne peut pas être gréviste et je ne veux pas qu' il travaille jusqu' à 64 ans ou plus, c' est tout !

an

ven 20/01/2023 - 18:03

Depuis le début de la pandémie, les richesses des grandes fortunes françaises ont bondi de

86% soit un gain de 236 milliards d'euros après les 231 milliards entre 2009 et 2019...

Continuons à les enrichir par notre productivité plus que performante!!

de

ven 20/01/2023 - 14:10

J'ai une pensée pour Bernard, 73 ans , qui doit pointé tous les matins à son job.

Heureusement il est bien entouré, ses enfants prennent sa difficile succession.

L'ephad attendra !  :-)

 

Bonne journée sous la neige.

fe

ven 20/01/2023 - 12:07

M. Bernard Arnault possède autant que 20 millions de français! M.Macron a supprimé l'impôt de solidarité sur la fortune. Il est clair que la solidarité ne marche que dans un sens à savoir ceux qui créent les richesses (les travailleurs) participent à l'effort de solidarité et les plus riches en sont exclus. (Eux profitent des richesses créées par les travailleurs) .Les très riches aujourd'hui sont avec leurs privilèges, semblables à la noblesse d'avant 1789.

ne

ven 20/01/2023 - 11:30

Il faut prendre l'argent où il est  : Sur les plus fortunés, les politiques par exemple  !! et non sur nous, pauvres travailleurs. Je n'ai pas envie de mourir au travail ! Luttons !

jg

ven 20/01/2023 - 11:01

On peut s’interroger sur l’objectif de ces manifestations. Dans le cortège pas mal de retraités, ou de gens d’un certain âge…qui pensent plutôt à eux. Pensent-ils vraiment à la pérennité du système pour leur descendance, pour les plus jeunes? à l’amélioration du niveau de retraite pour tous? Permettez que l’on puisse en douter. De mon point de vue,  impasse bien plus que la prise en compte de la réalité…

co

ven 20/01/2023 - 09:41

c'est bien de manifester dans la manif il y a autant de retaitès que de manifestants,ces personnes manifestent pour eux mémes mais pensent-ils à leurs petits enfants dans 30 ou 40ans si nous continuons comme cela qui percevront seulement 600 ou 700e de retraite et vont etre obliges de souscrire à des contrats retraites pour pouvoir vivre.Et que dire de Mr Martinez qui roule dans une mercedes et qui perçoit 5000e par mois paye par des fonds publiques.Pourquoi  ces responsables ne sont pas remuneres par les cotisations des syndicalistes..  

re

ven 20/01/2023 - 09:30

En 1995, contre le projet de loi Juppé nous étions dans la rue sans discontinuer durant environ 3 semaines et grévistes. C'est à ce prix que nous avons réussi à faire capoter le texte de loi. Bien sûr qu'il faut manifester mais ce sera insuffisant pour faire plier le gouvernement sur ce sujet. Il est impératif de décider d'une grève illimitée et unitaire. Il faut se retrousser les manches et aller au charbon, c'est ainsi que l'on crée des succès,  les conflits ne sont jamais faits dans la simplicité et la suffisance. Serrer les coudes,  inventer des moyens d'actions qui soient à la hauteur des enjeux. Tout ça dans le calme et la bonne humeur. Vous en tirerez de grandes satisfactions. 

 

me

ven 20/01/2023 - 08:14

la crédibilté de nos gouvernants est mise à mal enième réforme à quand la prochaine ? c'est le ras le bol motiver les jeunes en leur prédisant une vie entière au boulot puis direct l'epadh (s'il y en a encore) ou le cimetière c'est çà le monde nouveau ? revenons aux 60 h puisque le travail est la seule issue? supprimons les congés  le pib augmentera. 

Qund en est il de la productivité actuelle a t elle baissé avec les avancées sociales ? Macron a été élu par défaut car le moins pire la faute aux oppositions notamment LFI qui ne propose rien que des vociférations et du theâtre

bb

ven 20/01/2023 - 04:35

On sent dans les commentaires qu'une telle affluence ça dérange. Moi je pense aussi à ceux qui ne font pas grève alors qu'ils pourraient financièrement mais ils préfèrent laisser d'autres la faire à leur place. Ainsi si cela ne donne rien, ils se diront que la grève ne sert à rien. Et si l'on obtient quelque chose ils se diront que ce n'était pas la peine non plus car le gouvernement avait prévu de lâcher du lest. En tout cas, je suis désolé par tous ces moutons qui acceptent sans broncher. Enfin, alors que le CAC40 atteint des sommets, l'état n'en finit pas de réduire les charges patronales, demande de travailler plus, et ne souhaite pas augmenter la part des entreprises dans le financement des retraites. Et les robots et autres IA ne cotisent pas. C'EST MAL PARTI !

ga

jeu 19/01/2023 - 23:08

Les syndicalistes comptent aussi bien qu'ils font de la politique : à la louche, en grossissant bien les traits et sans grande rigueur.

pi

jeu 19/01/2023 - 18:49

où l'on s'aperçoit que les manifs encadrées par des syndicats ne dégénèrent pas comme il y a 4 ans

re

jeu 19/01/2023 - 18:11

Nous partîmes 10 000 et sans un prompt renfort nous nous vîmes 4500 en arrivant au port... 

se

jeu 19/01/2023 - 17:46

L : Comme à chaque fois des chiffres du simple au double, les syndicats éxagèrent trop dans le chiffrage. La réalité je pense se situe entre 5 à 6 000. 

Par contre la réalité est qu'il faudra bien travailler plus afin d'équilibrer les comptes et surtout ne pas laisser l'ardoise du déficit à nos enfants.

po

jeu 19/01/2023 - 17:44

Dans le Projet de Loi de Finance pour 2023, qui a été imposé par 49.3 cet automne, il est écrit que la «maîtrise de l’évolution des dépenses permise par la réforme des retraites» mais aussi par la «réforme de l’assurance chômage» et la «maîtrise des dépenses de santé» va permettre de «baisser les prélèvements obligatoires».
Traduction en français compréhensible : la casse des retraites et des hôpitaux, ainsi que la précarisation des chômeurs en baissant leurs allocations, va permettre de baisser les impôts des plus riches !

Plus clairement, la réforme des retraites sert à supprimer la «cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises», nous dit la loi. C’est donc un cadeau direct aux patrons, une baisse des impôts sur les profits. Une de plus.

ga

jeu 19/01/2023 - 16:51

En 2023, avec la perfection d' outils numériques dont disposent les services de l' état, l' estimation du nombre de manifestants va du simple au double ! Cette malhonnêteté me fait honte !