Radicalisation et "vivre ensemble" dans Le Scan

jeu 07/04/2016 - 17:59 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:40

Trois semaines après les attentats de Bruxelles, et à peine quatre mois après ceux de Paris, les rédactions de RCF Haute-Loire et Zoomdici.fr ont souhaité donner la parole à un auteur qui a grandi dans une cité du Nord et dont les romans tournent autour des thèmes communautaires et religieux. 
L'année 2015 avait été marquée par une série d'attentats terroristes sans précédent dans le monde, plus de 120 menés dans des dizaines de pays, notamment en Afrique, en Asie et en Europe. En ce début d'année 2016, ce sont déjà près de 40 attentats que l'on peut lister aux quatre coins du globe. 

De nombreuses casquettes pour cet auteur préoccupé par la radicalisation de la société
Abdelkader Railane a plusieurs casquettes. Il est directeur de la Mission Locale d'Yssingeaux (il est également référent dans la lutte contre la radicalisation pour le Conseil National des Missions locales), secrétaire départemental de la Commission pour la Promotion de l'Egalité des Chances et la Citoyenneté (COPEC), ou encore chevalier de l'ordre des Palmes Académiques.
Il est aussi auteur et son dernier ouvrage a été rédigé au moment des attentats parisiens. Abdelkader Railane se dit très préoccupé par la radicalisation de la société. Il intervient dans des écoles, des entreprises, des colloques. Toujours pour porter son message, lutter contre les préjugés, la radicalisation religieuse, et promouvoir le vivre ensemble.

Des extraits vidéo

Vous pouvez retrouver l'intégralité de l'entretien en vidéo en bas d'article. Comme d'habitude, la rédaction de Zoomdici vous propose une sélection de moments clefs de cette interview : 

Doit-on s'inquiéter du "vivre ensemble", même en Haute-Loire ? Et des fiches S ?
La Haute-Loire est un territoire plutôt tranquille, on sait qu'il demeure sur le podium des départements les plus sécurisés de France. Les gens se connaissent bien, alors doit-on s'inquiéter pour le "vivre ensemble" ? Les riques d'amalgame ou encore de discrimination touchent-ils également la Haute-Loire ? Et le phénomènes de radicalisation ? Y a-t-il une tentation du repli sur soi pour certaines populations ? Au risque que certaines communautés ne cessent de se cotoyer ? Il existe aussi des initiatives positives pour favoriser le "vivre ensemble" en Haute-Loire ? On recense une vingtaine de fiche S dans le département : est-ce surprenant ? Inquiétant ?

 

Qu'est-ce qui amène un jeune à la radicalisation ? Comment l'extraire de ce phénomène ?
Abdelkader Railane a participé le 12 novembre dernier à un colloque avec six ministres sur les questions notamment de radicalisation, de menaces terroristes ou encore de "vivre ensemble". Le lendemain, la France était endeuillée par l'un des attentats les plus meurtriers de son histoire. Pour lutter contre ces phénomènes de radicalisation, il faut déjà tenter de les comprendre. Parvient-on alors à dégager un profil type ? Un parcours de vie qui amène à la radicalisation ? Peut-on dire que le chômage est le terreau de la radicalisation en France ? Peut-on alors déradicaliser quelqu'un ? Comment procéder alors ?

 

Que faire face aux théories du complot ? Doit-on interner les personnes radicalisées ?
Parmi ces personnes radicalisées, on trouve beaucoup de jeunes adeptes des théories du complot. Comment peut-on les récupérer ? Sont-ils imperméables à tout discours émanant du "système" ? Peut-on déstructurer ces discours ? Est-ce que la déscolarisation est un facteur qui conduit à plus facilement adhérer à ces théories du complot ?
Pour lutter contre les personnes radicalisées, certains politiques proposent leur internement définitif. Est-ce une solution envisageable selon vous ? D'autres personnalités politiques appellent à l'interdiction totale des prêches en arabe dans les mosquées françaises. Qu'en pensez-vous ?

 

>> Retrouvez ci-dessous l'intégrale de l'entretien avec Abdelkader Railane :

 

> En savoir + sur Le Scan

Retrouvez ci-dessous les dernières émissions du Scan :

* Luc Crépy, nouvel évêque du Puy-en-Velay

* Jean-Pierre Marcon, président du Conseil départemental

* Gérard Roche, nouveau directeur du festival de La Chaise-Dieu

* Michel Wagner
, directeur de la maison d'arrêt du Puy

* Gérard Roméas, Président du COP rugby qui remonte en Fédérale 3

* Jacky Crespy, entrepreneur sur le tourisme en Haute-Loire

Christophe Gauthier et Antoine Kuntgen, du Puy Foot 43 Auvergne

Laurence Cottier, co-présidente de l'office de commerce et d'artisanat de l'agglomération du Puy-en-Velay.

Olivier Servaire-Lorenzet, qui a passé sept ans à la tête de l'hôpital du Puy, avant de quitter ses fonctions début juillet.

Jean-Louis Roqueplan, le grand architecte des fêtes du Roi de l'Oiseau, à l'aube de la trentième édition des Fêtes Renaissance.

Jean-Jack Queyranne, le Président de la région Rhône-Alpes et le candidat socialiste aux élections régionales de début décembre. 

* Cécile Cukierman, candidate d'une "Gauche qui ne renonce pas" pour la tête de liste l'Humain d'abord, qui réunit le Parti communiste et le Mouvement républicain et citoyen (MRC).

* Jean-Pierre Vigier, député et numéro trois de la liste de Laurent Wauquiez, défend les couleurs de la droite et du centre dans Le Scan.

Jean-Charles Kohlhaas, tête de liste du Rassemblement citoyen et solidaire en Rhône-Alpes Auvergne.

* Michel Chapuis, fraîchement élu maire du Puy, conseiller régional et Président de l'UDI.

Eric Maire, le préfet de la Haute-Loire, entre crise agricole et réfugiés de St-Beauzire, en passant par l'avenir des services publics dans les territoires ruraux.

* André-Frédéric Delay, le Président du tribunal de grande instance de Haute-Loire, à propos de la délinquance rurale, la surpopulation carcérale et les peines alternatives qui en découlent, en passant par la difficulté de juger les délits routiers et les affaires qui marquent personnellement.

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire