Qui mieux que les bénévoles de terrain pour proposer des réformes ?

Par Annabel Walker ven 17/06/2022 - 11:45 , Mise à jour le 17/06/2022 à 11:45

Plus de 60 associations caritatives, environnementales, mutuelles et syndicats interpellent les candidats aux législatives en matière de logement, de transports, de pouvoir d'achat ou encore d'accès aux droits. Le Pacte du pouvoir de vivre existe depuis trois ans au plan national. Une antenne Haute-Loire vient de voir le jour.

Le Pacte du Pouvoir de Vivre est une association de 65 mouvements populaires et sociaux née le 5 mars 2019 au plan national. Il s’agit d’acteurs de la protection de l’environnement, du monde étudiant, du monde du travail, de l’éducation populaire, de l’économie sociale et solidaire, de la mutualité et des solidarités envers les plus démunis, les migrants et les personnes vulnérables. On peut citer ATD Quart Monde, la Cftc, France Nature Envrionnement, la Fondation Abbé Pierre, France Terre d’Asile, la Cimade, le Réseau Action climat, l’APF France Handicap, les PEP, l’Armée du Salut, la Ligue de l’enseignement, la Fage, les Francas, le Secours catholique, Emmaüs, ou encore Oxfam (voir la liste des membres). Un melting pot qui se veut apolitique. Objectif : « sortir d’un modèle de société qui met en péril la vie sur la planète et entraîne de trop nombreuses injustices et inégalités ». Le Pacte énonce : « La société que nous voulons prend soin de toutes et de tous, en particulier des plus fragiles, protège la planète, les espèces et les êtres humains qui y vivent, donne un nouveau pouvoir d’agir à chacune et à chacun ».

Face à l’opposition frontale de FO et de la CGT, la CFDT s'est tournée vers d'autres alliances

Le leader de la Cfdt Laurent Berger explique les raisons de l'adhésion de son syndicat : « Après une expérience décevante dans des actions intersyndicales où il était de plus en plus difficile de trouver un compromis avec des positions intenables et l’opposition frontale voire agressive de certains syndicats (FO, CGT), la CFDT a cherché à s’ouvrir à la société, pour créer des convergences plus larges à l’époque des réseaux sociaux, où elle pourrait faire avancer aussi ses revendications dont nombre d’entre elles débordent le cadre uniquement salarié et font consensus dans la société ». Pour lui, « on a le choix entre se refermer douillettement sur notre forteresse Cfdt, nos certitudes, ou déborder le cadre syndical pour créer des convergences avec d’autres organismes mais bien inclus dans la société ». À une époque où les syndicats n’arrivent plus à rassembler à eux seuls, le but est d’élargir son audience et d’initier une nouvelle dynamique.

À ce jour, le Pacte du Pouvoir de Vivre compte près de 35 groupes locaux. Une antenne dans la Loire a été créée il y a deux ans. Un lien s'est créé avec la Haute-Loire. Ce vendredi 10 juin 2022, une première réunion a eu lieu à la Maison des syndicats du Puy-en-Velay en vue de créer une antenne altiligérienne. « Quand on a commencé il y a quatre ans, on s'est réuni à trois, confie Franck Cortèse, administrateur Centre-Est Léo Lagrange, aujourd'hui on est une vingtaine. » Il explique la démarche :

Le Pacte se veut force de dialogue avec les pouvoirs publics, les décideurs et la société civile. Les thèmes centraux sont le logement, les transports, le pouvoir d’achat, la fiscalité ou encore la démocratie. L’antenne locale a donc interpellé les candidats aux législatives en mai dernier.

« Quand ils verront qu'on commence à prendre du poids, peut-être qu'ils nous écouterons », Franck Cortèse

Pour la présidentielle et les législatives, le Pacte a fait 90 propositions de réforme. Tous les candidats à la présidentielle ont reçu les représentants du Pacte. 

Jean-Pierre Laurenson, pour la Cfdt, liste les problématiques locales pour lesquelles le Pacte milite. Il insiste sur l'accès aux droits car de nombreux bénéficiaires potentiels d'allocations ne touchent rien.

Concernant le transport, Franck Cortèse lance des idées.

 

« On n'est pas là pour donner des consignes de vote, nous notre objectif c'est de faire des propositions concrètes sur le terrain », Franck Cortèse, administrateur Centre-Est Léo Lagrange

Léo Lagrange est implanté à Brioude, Craponne-sur-Arzon, ou encore Loudes. L’association gère à l’origine des crèches pour enfants en bas âge et garderies, mais il y a quatre ans, elle s’est portée volontaire pour héberger des migrants. Elle gère le centre de Saint-Beauzire (qui a perdu le statut de Centre d'accueil pour demandeurs d'asile) avec 110 migrants actuellement. Les employeurs du Brivadois aimeraient pouvoir embaucher ces migrants.

Une nouvelle réunion de l'antenne Haute-Loire aura lieu en septembre.

CFDT Retraités Haute-Loire
Union Territoriale des Retraités CFDT de Haute-Loire
43000 LE PUY-EN-VELAY 
4 rue de la Passerelle – Tél : 04 71 04 24 00 – Fax : 04 71 05 20 73
 hauteloire@retraites.cfdt.fr
                                                                                                Monistrol, le 23 mai 2022

Madame, Monsieur,                                                                                                           
Vous êtes candidat(e) aux législatives. Au nom de ses adhérents(es), la CFDT Retraités de la Hte Loire vient vous interroger sur votre programme et un certain nombre de sujets qui nous tiennent à coeur avant de rendre compte de vos réponses auprès d’eux et de nos sympathisants.
La loi Grand Âge, censée apporter des réponses aux besoins des personnes âgées dans le secteur notamment de l’hébergement des personnes dépendantes ou non et des services d’aide à domicile, a été promise depuis des années. Or elle a été supprimée régulièrement du calendrier du parlement. En conséquence, cela laisse des pans entiers du secteur social abandonnés, des EHPAD aux hôpitaux en passant par l’aide à domicile, sans réponses et sans moyens suffisants. Jusqu’à quand les élus vont-ils faire la sourde oreille et se contenter de rafistolages ou de bricolages ? Comment comptez-vous abonder le financement de la Caisse Nationale de la Solidarité et de l’Autonomie (CNSA) d’une manière pérenne et durable ? Que proposez-vous pour faire reculer les déserts médicaux, créer davantage de maisons de santé pluridisciplinaires, de maisons médicales de garde la nuit et les week-ends ?
La fin de vie est une préoccupation des français ; ils revendiquent le libre choix de leur fin de vie, une assistance pour une fin de vie digne notamment par des soins palliatifs suffisants sur tout le territoire. Ceux-ci parfois n’existent tout simplement pas - l’unité soins palliatifs a été fermée récemment pour un certain temps à l’hôpital Emile Roux au Puy - ou détournés de leur objet par un manque de moyens dans les hôpitaux. Dans le cadre de la HAD (hôpital à domicile) ils en sont aux balbutiements. La loi Clayes Léonetti a été une avancée sur le choix d’une fin de vie digne. Malheureusement elle est insuffisamment connue, mal interprétée et limitée insidieusement par la Haute Autorité de Santé qui la restreint aux tout derniers jours. Elle est parfois ignorée ou confisquée par le corps médical qui tente de s’en approprier les décisions au détriment du patient. Le député Léonetti lui-même se désespérait de toutes ces résistances et hypocrisies dans une émission à la télévision. Il faut une nouvelle loi qui établisse clairement et sans ambiguïté le droit à une fin de vie digne et choisie par le citoyen. Nous attendons vos propositions et engagement.

Les dernières élections viennent de mettre en avant la défense du pouvoir d’achat, « salaires et pensions de retraite en particulier », du Pouvoir de Vivre en général que la Covid 19 et la guerre en Ukraine vont mettre à mal dans les domaines de l’accession à la nourriture, au logement, aux soins et aux déplacements. Tout en constatant que les prochains jours risquent d’être difficiles, il faudra cibler plus particulièrement les publics concernés et ne pas se contenter de focaliser l’attention sur les fraudes aux aides sociales. Les non recours par suite du manque de moyens d’accès aux services publics - notamment à cause de la fracture numérique - de la complexité des dossiers, sont nombreux et peu de réponses efficaces sont apportées. C’est ainsi qu’un certain nombre de retraités ont eu des difficultés ou n’ont pas pu obtenir la prime Macron de 100 € destinée aux personnes ayant moins de 2000€ de revenus. Avez-vous l’intention de développer des Maisons France Services pour l’accès à l’information des droits et aux réponses des services du quotidien : administration, santé  social, banque, commissions de recours … ? Êtes-vous d’accord pour une compensation financière, sous forme de crédit d’impôt, de la cotisation à une complémentaire santé des retraités pour établir une équité avec les salariés dont la cotisation est prise en charge tout ou partie par l’employeur ? Comptez-vous développer les Espaces de vie sociale qui sont des structures associatives de proximité ?
Enfin la question du climat s’impose à tous et les propositions n’ont toujours pas encore reçu d’applications réelles très loin d’être suffisantes. Elles se heurtent à la perception d’un bien-être de plus en plus inadapté aux conditions climatiques, aux conservatismes et au manque de courage politique. Peut-on dans le même temps valider en 2019 un schéma d’aménagement régional Auvergne Rhône Alpes prévoyant une multiplication par quatre de la capacité éolienne et appeler sur les plateaux TV les maires à se passer d’éoliennes ? Les services de l’État eux-mêmes durcissent les règles, multiplient les obstacles qui vont à l’encontre du but recherché. Les gens évoluent et une majorité de plus en plus affirmée soutient les changements nécessaires. Allez-vous continuer à vous laisser imposer des décisions et d’absences de décisions par des minorités agissantes qui mettent en péril nos capacités de vivre dans un avenir proche ? Ou allez-vous mobiliser tous les acteurs économiques : agriculteurs, entreprises, jeunesse, organismes d’éducation populaire, ...  pour avancer ? Il y a urgence.

En vous remerciant pour votre réponse, nous vous adressons nos sincères salutations.

                     Jean-Marc PUTIGNIER                                Claude CELLE                      
             Secrétaire Général UTR CFDT 43                  Trésorier UTR CFDT 43    

Trois candidats de Haute-Loire au premier tour ont répondu :

« Monsieur le Secrétaire général, Monsieur le Trésorier,
Dans la perspective des élections législatives, vous avez souhaité me faire part de plusieurs sujets concernant notre territoire et ses habitants. Je tiens à vous en remercier chaleureusement.
Premièrement, fidèle à mon engagement en la matière, la prise en charge des besoins de nos personnes âgées est une priorité. Je veille ainsi à soutenir très fortement l'ensemble des services d'aide à domicile, et œuvre avec l'ensemble des acteurs concernés - collectivités territoriales, professionnels de santé - à la mise en place de nouvelles maisons de santé pluridisciplinaires, en mesure d'attirer de nouveaux soignants et de proposer un service de qualité et de proximité aux habitants. Je partage également avec vous vos attentes concernant le financement des structures d'hébergement, comme les EHPAD, pour nos séniors. C'est ainsi que je propose une réorientation très forte des fonds publics vers le financement de telles structures : il en va de la dignité de nos séniors.
Sur le sujet de la fin de vie, thème particulièrement intime et sensible, je suis résolument engagé en faveur du développement d'une culture « palliative », permettant de préserver les Français concernés des souffrances et de choisir de pouvoir mourir dignement. Dans ce cadre, la loi Léonetti doit être mieux appliquée.
Ensuite, le pouvoir d'achat constitue un thème essentiel que je tiens particulièrement à défendre. Notre territoire a été fortement touché par les récentes crises et je me dois d'accompagner nos concitoyens, notamment les plus âgés. La question des retraites vous concerne particulièrement et je manifeste au quotidien tout mon soutien à nos retraités. Aussi, tout en permettant un meilleur accès aux droits des retraités à travers une meilleure information, telle que celle qui est rendue possible par les Maisons France Services dont j'ai constamment soutenu la mise en place en Haute-Loire (comme à Saugues ou Langeac), je suis engagé sur deux principaux points : aucune retraite ne doit être inférieure au SMIC pour une carrière complète, et l'indexation annuelle des retraites et des complémentaires sur l'inflation.
En somme, agir en faveur de nos séniors, tant sur le volet financier que du point de vue du lien social – et dans cet esprit les Espaces de vie sociale sont bien-sûr des initiatives à soutenir – est un engagement fort.
Enfin la préservation de notre environnement, qui est un immense atout pour notre territoire, m'est aussi très chère. Comme vous, je suis convaincu que c'est en mobilisant l'ensemble des habitants (agriculteurs, entreprises, pêcheurs, chasseurs, collectivités territoriales, etc...) que l'on construira une écologie positive, adaptée à la réalité de notre territoire. Ainsi que j'ai pu le prouver en ce qui concerne le financement du Conservatoire national du saumon sauvage (CNSS) à Chanteuges, pour lequel j'ai obtenu des crédits supplémentaires afin de sécuriser les opérations de repeuplement en saumons de la rivière Allier, je suis engagé pour une meilleure protection de notre biodiversité, tout en appelant à la mise en place d'un mix énergétique intelligent, en mesure de répondre aux besoins des Français.
Monsieur le Secrétaire Général, Monsieur le Trésorier, fidèle à mon engagement de proximité auprès des habitants de notre territoire et du lien de confiance tissé avec l'ensemble des forces vives locales, soyez assurés de mon engagement sans faille en faveur de notre pays et de la Haute-Loire.
Restant à votre disposition, je vous prie de croire, Monsieur le Secrétaire Général, Monsieur le Trésorier, en l'expression de mes sincères salutations.
Jean-Pierre VIGIER »

 

« Bonjour,
Merci pour votre mail. Vous trouverez ma réponse ci-dessous.
La loi Grand Âge
Nous sommes d'accord avec l'idée selon laquelle, pour la Santé et l'accompagnement des personnes dépendantes en particulier, il n'est pas question de mettre un pansement sur une jambe de bois, mais bien de traiter le fond du problème et faire en sorte de donner des moyens durables aux structures concernées. Aujourd'hui, les EPHAD (comme les autres services publics) font l'objet d'une véritable casse insidieuse, notamment par l'entrée du privé dans le public, avec le groupe KORIAN au Puy en Velay, par exemple. Le personnel sous-payé fait l'objet de mauvaises conditions de travail et est contraint de traiter les personnes comme des numéros. C'est pourquoi nous souhaitons renforcer les structures spécialisées en leur donnant les moyens humains et matériels requis, mais également en revalorisant les salaires. Pas un salaire sous 1500€ net par mois pour un temps plein. Il est également question de titulariser tous les contractuels. Nous souhaitons transformer les EPHAD privés en structures associatives, et ainsi arrêter la spéculation et le profit sur le dos des résidents. Nous souhaitons transformer en profondeur et simplifier le mode de financement des EHPAD en évitant la course à la dépendance : financement en fonction des besoins et non des objectifs de dépenses (suppression des GMP et PMP) et accueil de tous les demandeurs quelles que soient leurs pathologies. Nous voulons supprimer l'Objectif national de dépenses d'assurance maladie (ONDAM) médico-social de sorte que les dépenses répondent aux besoins réels du secteur et permettent d'endiguer le reste à charge pour les résidents des établissements. Nous nous engageons à aider les structures existantes dans leurs projets de rénovation énergétiques, améliorant ainsi les conditions de travail des soignants et les conditions de vie des résidents, tout en participant à la lutte contre le réchauffement climatique. Nous voulons créer 10000 places par an au travers de petits EPHAD de proximité (30 places par EPHAD) et 210 000 postes dans les structures médicalisées spécialisées. Concernant la CNSA, si on prenait en charge l'autonomie par la sécurité sociale, on n'aurait plus le souci du financement, car il serait assuré par le plein emploi, garanti par notre programme (+ 1 million d'emploi grâce à la planification écologique, égalité salariale homme/femme, garantie emploi jeune, etc.).
J'ajoute juste un passage du livret thématique "Retraites et vieillesse" : "Construire le 5e risque relatif à la perte d'autonomie en l'inscrivant résolument dans le principe de solidarité nationale, avec un financement à la hauteur des besoins, par les cotisations salariales et patronales, dans le cadre d'une gestion directe par la Sécurité Sociale".
La fin de vie
Le groupe parlementaire de la France Insoumise a déposé une loi en 2018 pour encadrer légalement le respect de la volonté des personnes concernant notamment l'assistance au suicide, ainsi qu'une protection du corps médical sur le sujet. Nous souhaitons proposer à l'assemblée l'inscription du droit à mourir dans la dignité dans la Constitution. 
Le pouvoir d'achat
Nous condamnons les mesurettes du gouvernement pour le pouvoir d'achat basées sur des primes et chèques qui ne règlent en rien le fond du problème. La prime Macron, par exemple, est au bon vouloir de l'employeur et la casse du Code du Travail permet une certaine liberté pour chaque chef d'entreprise, créant des inégalités entre les salariés. Nous souhaitons au contraire revaloriser le SMIC à hauteur de 1500 € net par mois, augmenter le point d'indice des fonctionnaires à hauteur de 10%, proposer une garantie d'autonomie à 1063 € (personne en dessous), revaloriser les retraites notamment agricoles, abaisser l'âge de départ de la retraite à taux plein à 60 euros (40 annuités). Nous voulons également appliquer en mesure d'urgence le blocage des prix sur les produits de première nécessité ainsi que la mise en place de prix planchers pour les agriculteurs afin qu'ils bénéficient de revenus dignes, avec la mise en place d'une caisse de défaisance pour les désendetter. Nous proposons aussi le 100% sécu avec la fusion des mutuelles dans la sécu. Concernant les Maisons France Services, nous nous y opposons farouchement car elles participent de la destruction des services publics de proximité (licenciement des fonctionnaires) avec une dé-spécialisation des services. Nous souhaitons au contraire renforcer le maillage du réseau des bureaux de poste, centres des finances, CAF, etc avec un vrai accompagnement des personnes. Nous souhaitons aussi développer le réseau numérique et garantir le droit à un accès minimal gratuit à Internet pour toutes et tous. Nous souhaitons évidemment renforcer les structures associatives de proximité.
Le climat
Nous sommes fondamentalement écologistes et prônons une politique d'écologie populaire et non punitive, dans un véritable accompagnement des acteurs concernés (agriculteurs, éleveurs, professionnels de l'éducation, agents forestiers, agents du bâtiment, etc.). Il s'agit aussi d'assurer des discours et des mesures cohérents (le clientélisme est notre ennemi et nous avons pu observer ses dégâts sur le territoire, notamment avec l'abandon du PNR). Notre programme de planification implique tous les secteurs et vise notamment à créer de l'emploi, améliorer les conditions de vie de la population, garantir une meilleure santé et réduire le réchauffement climatique et ses conséquences.
En espérant avoir répondu à vos questions.
Bien à vous,
Azelma SIGAUX »

 

« Bonsoir Mr PUTINIER, Ce soir, j'ai eu un coup de fil de FR3 Auvergne, pour me demander quelle serait l'une de mes propositions de loi. J'ai alors répondu, celle qui concerne le vieillissement... En effet, ma maman âgée de 92 ans est résidente auprès de l'EHPAD de VOREY, endroit où je vais régulièrement. Aussi, je puis vous assurer que depuis, cela est devenu l'une de mes préoccupations majeures, un miroir pour nous tous, ce qui nous attend un prochain jour. Votre courrier me touche profondément, car il correspond à l'un de mes principaux projets. Si vous m'aidez pour gagner cette élection, avec votre aide, je me battrai pour prendre à bras le corps ce sujet prioritaire. Moi-même, je suis âgé de 70 ans… Dans une tranche d'âge désormais apte à bien comprendre cette situation, qui nécessite une véritable prise de conscience. Restant à l'écoute, il me sera agréable de vous rencontrer un prochain jour. 
Christian ALLEGRE »
Tract joint :
« Le député de votre pouvoir d’achat et du progrès social. Ma première action : voter la Loi pouvoir achat voulue par Emmanuel Macron Boucliers gaz et électricité, indexation des retraites sur l’inflation et pension minimale à 1 100 € dès juillet, Prime Macron jusqu’à 6000 €, suppression de la redevance télé (138€), baisse des impôts de succession, partage obligatoire des profits dans les entreprises qui versent des dividendes, baisse des charges pour les indépendants 550 € de revenu en plus par an… Priorité à l’éducation et au progrès social: Une attention renforcée aux plus fragiles, nos aînés à domicile ou en EHPAD, les femmes seules, souvent avec des enfants, les personnes handicapées… Versement automatique des aides sociales (prime d’activité, RSA, APL, allocations familiales), Installation de médecins et de maisons de santé. Il est impératif de prendre en compte le vieillissement de nos populations. Revaloriser nos enseignants et les bourses des élèves et des étudiants. Le député connecté au gouvernement pour des subventions d’État en Haute-Loire: Le seul député ayant porte ouverte dans tous les ministères. Garant de la complémentarité des subventions du gouvernement, du département et de la Région Le député de l’écologie Protéger l’environnement et la biodiversité actuellement gravement menacés. Il en va de la vie de nos enfants et petits enfants de réussir cette transition écologique. Soutenir nos agriculteurs et une alimentation saine et durable pour tous. Pour nos petites lignes ferroviaires et les mobilités douces, Pour le mix énergétique  : énergies renouvelables + nucléaire. Le député défenseur des ruraux et de la ruralité : Revitaliser notre deuxième circonscription, trop souvent abandonnée au privilège de la première ! Défendre le monde rural, améliorer nos infrastructures, développer l’économie locale, aider nos commerçants et artisans, nos entrepreneurs, les personnes âgées, toutes celles et ceux qui sont en difficultés. Être à l’écoute du monde associatif, dont le rôle social est primordial. Le député de l’éthique, de la proximité et du pragmatisme : Me consacrer totalement au travail parlementaire, être franc et direct et ne pas céder aux lobbys. Reconstruire une vraie démocratie dans notre département, en respectant toutes les sensibilités, sortir du système autocrate et pyramidal. Mettre fin au cumul des mandats. Freiner la course folle des normes françaises. Le député de la sécurité et du respect de toutes et tous: Agir pour la sécurité des biens et des personnes : réouverture des gendarmeries. Respecter et protéger nos institutions et symboles républicains, notre préfecture, nos collectivités et tous les agents publics. Prendre sérieusement en compte toutes celles et ceux qui œuvrent pour notre sécurité (magistrats, policiers et gendarmes, pompiers, gardiens de prisons...) Le député pour le respect de nos territoires. Mettre un terme aux projets éoliens dans des zones sensibles et exceptionnelles quand habitants et collectivités sont contre ! pour Votre Pouvoir d’achat Les Altiligériens et notre Haute-Loire L’écologie, l’économie et l’agriculture Nos enfants et nos aînés Ensemble ! Avec vous et pour vous toutes et tous. Humaniste, profondément attaché à l’Europe et aux fondements de notre République, mon seul but est d’apporter un projet d’ouverture, d’indépendance et de progrès. »

 

 

 

Vous aimerez aussi

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire