Quartier du Val-Vert : les bâtiments 40 et 72 démolis à compter de 2023

lun 14/10/2019 - 18:22 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:59

----Le Val-Vert en chiffres :
2 000 habitants
528 logements locatifs sociaux, soit 30 % des logements sociaux de la ville
Sur ces 528 logements locatifs sociaux, 498 sont gérés par l'OPAC 43 et 30 par Alliade Habitat 
Une population composée à 35% de plus de 65 ans.-----L'un, le 72, était sorti de terre en 1960, l'autre, le 40, sept ans plus tard. Ces deux bâtiments situés au nord du quartier Val-Vert, rue Prosper Mérimée au Puy-en-Velay, concentrent aujourd'hui un certain nombre de problématiques : une situation en « rupture » du reste du quartier (« coupés » par la RN88), de grandes typologies (T4 et plus) qui ne répondraient plus aux attentes des locataires, une absence de moyens d'accessibilité et des besoins importants de travaux d'amélioration  (toiture, façade, menuiseries). Ce contexte aurait rendu les immeubles moins attractifs jusqu'à atteindre un taux de vacance proche de 50%, selon le bailleur social OPAC 43. Le bâtiment 72 compte 38 logements occupés, le 40 en compte lui 24. Des problématiques qui ont conduit l'OPAC 43 à s'orienter vers la démolition de ces immeubles et ce dans le cadre du projet de renouvellement urbain (NPNRU) du quartier Val-Vert. 

>> A lire : Le Puy : le quartier Val-Vert vers une métamorphose ?
Réhabilitation, résidentialisation, construction et démolition
Plusieurs partenaires se sont réunis autour de la table pour mener à bien ce projet de métamorphose du Val-Vert, le second quartier "politique de la Ville" du Puy-en-Velay après Guitard. Ensemble, ils ont signé le 20 septembre dernier, une convention de renouvellement urbain, point de départ du vaste chantier estimé à près de 30M€.
Un chantier qui se décline en plusieurs volets. Soit la réhabilitation d'environ 200 logements. L'OPAC 43, principal bailleur social sur ce quartier (sur les 528 logements sociaux, l'OPAC 43 en gère 498, le reste est à la charge d'Alliade Habitat),  prévoit notamment des travaux d'isolation thermique par l'extérieur, ainsi que le remplacement des menuiseries extérieures. Des cages d'ascenseur seront également installées pour répondre aux besoins en termes d'accessibilité. "La phase de résidentialisation comprend le réaménagement des espaces extérieurs, des cheminements piétons et des parkings", précise Dominique Blandin, chargée de communication à l'OPAC 43.    

Les deux bailleurs sociaux s'engagent également -- selon l'obligation fixée par l'ANRU, Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine, de rebâtir au minimum 50% des logements démolis --  à la reconstruction d'une offre de logements pour pallier la perte des deux immeubles du Val-Vert d'ici 2023, sans pour autant être restreints au secteur de ce quartier. L'OPAC 43 a porté son choix sur l'Îlot Titaud près du Pensio au Puy (23 logements), ainsi que vers le Domaine des Graveyres à Espaly-Saint-Marcel (13 logements). Alliade Habitat mène actuellement une opération de construction de 28 logements sociaux à proximité immédiate de la clinique "Bon secours" et l'entrée de ville historique par la RN 88 Sud, le long de la rue Henri Dunant au Puy.

>> A lire aussi : 28 nouveaux logements au Puy : la première pierre est posée
Et les locataires du 40 et du 72, que vont-ils devenir ?
La phase de démolition des deux bâtiments pré-cités et gérés par l'OPAC 43 ne sera effective qu'à partir de 2023. 112 logements vont ainsi être détruits. Et les locataires, que vont-ils devenir ? "La question du relogement n'est pas encore d'actualité, répond Dominique Blandin. Un an avant le démarrage des travaux de démolition, les locataires recevront un courrier d'information. Puis un diagnostic partagé axé sur l'écoute et l'échange, sera engagé pour identifier les besoins et les attentes de chacun d'entre eux." Ensuite, une proposition de relogement sera faite selon la commission d'attribution de logements, que ce soit sur le Val-Vert ou ailleurs. "Le relogement se fera en priorité sur du neuf, mais des propositions seront faites également sur l'ensemble du parc des deux bailleurs sociaux qui travailleront conjointement", assure la chargée de communication de l'OPAC 43. Alliade Habitat consacre d'ores et déjà sept futurs logements de la rue Dunant aux locataires des bâtiments 40 et 72.
Quel projet à la place des deux bâtiments ?
Quel projet poussera en lieu et place des deux bâtiments une fois rasés ? Le devenir de ces futurs terrains vagues n'est pas encore fixé, il fait d'ailleurs actuellement l'objet d'une concertation entre les partenaires du NPNRU et les habitants du quartier. La Maison du projet a été créée et inaugurée le 20 septembre dernier à l'Espace Coluche, pour que la population puisse disposer d’un lieu dans lequel elle pourra trouver des réponses à ses questions et proposer des idées pour l'avenir des deux futurs terrains vagues comme pour l'ensemble du renouvellement urbain du Val-Vert. "Ce ne sera pas 100% d'habitat, pas sous cette forme-là. Si on démolit pour faire la même chose, ça n'a pas d'intérêt, explique Michel Chapuis, maire du Puy. Les surfaces foncières qui seront libérées sont à l'étude. On a fait une Opération d'Aménagement Programmée (OAP) dans le cadre du nouveau Plan Local d'Urbanisme pour un projet global."      
L'opposition réagit
Hier, mardi 15 octobre, les élus du Conseil municipal du Puy devaient se prononcer sur un accord au principe de la démolition de ces deux immeubles. L'opposition, par la voix de Françoise Gauthier-Willems, n'a pas manqué de réagir sur ce sujet : "Les intentions de l'OPAC 43 sont très désagréables. Les bâtiments ne conviennent plus en termes de gestion financière, alors on les tombe. La requalification du quartier doit avoir un objectif : vivre mieux. Ce n’est pas en démolissant des bâtiments situés à la périphérie du quartier que ses habitants vivront dans un cadre plus aéré, plus agréable. Il y a d’autres possibilités à l’intérieur du quartier pour cela." Et de poursuivre :"le quartier est traversé par une route où la circulation est énorme : 12 000 véhicules par jour ! En termes de bruit, de pollution, de dangerosité, c’est intenable !" Enfin : "des bâtiments ont des taux de vacance importants mais des consignes ont été données pour refuser des familles qui n’auraient pas de revenu de travail."
Françoise Gauthier-Willems a voté contre le principe d'accord, tout comme Laurent Johanny et Didier Allibert. Catherine Granier-Chevassus s'est quant à elle abstenue. 
Pour rappel : la répartition des financements NPNRU du Val-Vert
Les bailleurs sociaux :  (OPAC 43 et Alliade Habitat) : 16,65M€
La Région : 4,74M€
ANRU (Etat) : 2,7M€
La Ville du Puy : 1,79M€
L'Agglo : 1,6M€
Le Département : 1,43M€
La Caisse des dépôts : 0,2M€
Stéphanie Marin 

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire