'''Prendre en compte la spécificité des deux-roues au niveau de la sécurité des routes'''

ven 16/03/2018 - 19:07 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:51

Les motards en colère du département (FFMC43), représentés par Richard Col et Jean-Louis Giroux, étaient invités à l’Hôtel du Département, ce vendredi 16 mars 2018, pour la signature d’une charte, visant à instaurer un dialogue entre les utilisateurs de deux-roues et le Département, responsable des infrastructures routières.

Premier constat pour les élus, la conduite d’une moto est sensiblement différente de la celle d’une voiture : le motard ne peut compter que sur son équipement comme unique carrosserie, le freinage est très différent et les trajectoires complètement dissemblables à celles d’une automobile ou d’un camion.

De nombreux obstacles et dangers
La charte engage le Département à veiller sur les aménagements « dangereux » et à en réduire son nombre. Parmi ces obstacles on peut citer une liste non-exhaustive : ronds-points, dos d’ânes, glissières de sécurité non doublées, mobilier urbain, gravillons, etc.

De plus, la charte donne un rôle important à la FFMC43 puisqu’elle aura maintenant un droit de veille sur les infrastructures routières avec pour but de recenser les dangers liés aux équipements et signalisations sur la route mais aussi informer des dysfonctionnements. La FFMC pourra être consultée par les exploitants de voiries pour les nouveaux chantiers sur les réseaux routiers.

"Nous sommes contents de la signature de cette charte, cela faisait longtemps qu’elle était annoncée, nous allons enfin avoir un droit de regard sur les travaux routiers", se réjouit Richard Col.

"La manifestation contre le passage aux 80km/h nous a permis de rencontrer le préfet et ainsi de remettre sur la table ce projet de charte".

----Dans les mois à venir, la fédération des motards en colère de la Haute-Loire souhaiterait mettre en place une application permettant de localiser et de signaliser les dangers potentiels pour les motards et ainsi faire remonter ses informations au niveau des gestionnaires de la route.-----Gravillons, barrières non doublées et bitumages
Comme fer de lance, la FFMC dénonce, en premier lieu, les barrières de sécurité non doublées, véritables « guillotines » à motard. Le Département s’est engagé à sécuriser les barrières dans les lieux jugés dangereux et potentiellement accidentogènes pour les motos.

Autre obstacle, les bitumages de la route : les voies usées sont parfois rénovées grâce à des « serpentins de bitume » véritables patinoires pour les deux roues, ces surfaces glissantes sont la cause de nombreuses chutes.

Les gravillons, éternels ennemis du motard, entrent également dans le débat. Malheureusement, les responsables de la route ne peuvent apporter de réelles solutions pour ce problème, à part une signalisation plus prononcée. De plus, les conditions climatiques en Haute-Loire rendent l’utilisation de pouzzolane sur la route nécessaire pendant l’hiver, pouzzolane non nettoyée après la neige mais rapidement balayée par les passages successifs de voitures.

L.B.

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire