Pourquoi Laurent Wauquiez est-il encore si présent dans la communication de la Ville du Puy ?

jeu 06/10/2016 - 13:12 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:43

Ce mercredi 5 octobre 2016 a eu lieu un conseil municipal en mairie du Puy-en-Velay. De nombreuses décisions ont été prises et nous aurons l’occasion de les traiter ultérieurement. En fin de séance, comme le veut le protocole, les conseillers municipaux ont été invités à poser des questions diverses, non inscrites à l’ordre du jour. Les quatre élus d’opposition, de gauche, ont posé sept questions (à lire ici). Pour trois d’entre elles, la rédaction de Zoomdici a sollicité une réponse par voie de presse.

1 - "A la gloire de Laurent Wauquiez"
La première concerne le rôle du service communication de la Ville dans la promotion de la personnalité de l’ex-maire Laurent Wauquiez alors qu’il n’est plus élu de la commune depuis huit mois. Les conseillers municipaux d’opposition demandent pourquoi le président de Région est encore si présent dans le magazine municipal (huit fois en photo dans l’édition d’octobre, contre sept par exemple dans l'édition de décembre 2015 où il était encore maire), même dans les cas où la Région ne participe pas au financement. Parfois, il est cité sans préciser sa fonction.

Pour Laurent Johanny, leader de l’opposition, le site de la Ville du Puy « multiplie les articles à la gloire de M. le président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes, député de la Haute-Loire, président de LR » de l’éclairage du stade de Taulhac, au clocher Saint-Laurent, en passant par la promotion d’une résidence senior privée, et la disparition de la vieille canalisation de gaz naturel archaïque.
Il demande combien la Région a payé pour les deux pages de publicité dans « Le Mag », le bulletin municipal, d’octobre (pages 24 et 25) listant les aides de la Région Auvergne Rhône-Alpes, dont Laurent Wauquiez est désormais le président, en faveur du Puy-en-Velay (festivals, clubs et événements sportifs, rénovations de bâtiments...).
Plus globalement, l’opposition demande le nombre d’agents du service communication et leurs attributions. Elle demande à la majorité de « veiller désormais à ce que nos impôts locaux ne bénéficient plus à la promotion de celui qui n’est plus élu de la Ville, ou de prendre les décisions qui s’imposent pour que les agents chargés aujourd’hui de couvrir ces événements soient alors rémunérés par la Région. »

10M€ la page de pub, qui dit mieux ?
C’est l’adjointe aux travaux, Caroline Barre, qui s’est chargée de répondre à l'assemblée, en conseil municipal :
« Votre question est surréaliste. Depuis que le service communication a été mutualisé avec l'agglomération, on fait des économies !
Quant à Laurent Wauquiez, il nous aide sur :
- l'IUT pour 700 000 euros
- la maison de santé, 700 000 euros
- les rénovations de places, 400 000 euros
- le lycée Roche Arnaud et son gymnase, je sais plus ? 15 millions d’euros ? [Ndlr : En fait, 8 millions en plus des 15 millions déjà engagés par l’ancienne majorité de la Région] C'est énorme. Si seulement ça avait été fait 10 ans plus tôt ! Et je ne vous parle pas de l'installation d'entreprises et donc la création d'emplois.
Si j'additionne toute l'aide apportée par Laurent Wauquiez, j'arrive à près de 20 millions d'euros pour Le Puy. Ça nous fait 10 millions d'euros la page de Mag. c'est bien négocié, non ?
Vous devriez vous réjouir de l'aide de la Région plutôt que de rester dans une guéguerre politicienne. Vous faites une obsession sur Laurent Wauquiez qui vous aveugle, et qui vous empêche de penser à l'intérêt de notre ville. Laurent Wauquiez aime notre ville. Il aide notre ville et la fait progresser. Ça, les Ponots l'ont compris.
Je ne veux pas croire que vous êtes comme vos collègues socialistes du Conseil régional et que vous partagez leur avis quand ils disent qu'il y a TROP d'aides pour Le Puy-en-Velay. Vous devriez vous réjouir de l'aide de la Région ! »

"Comme s’il s’agissait de son argent personnel"
Ce à quoi l’opposition réagit ainsi : « Mme Barre préfère se féliciter de « tout l’argent que M. Wauquiez amène au Puy » comme s’il s’agissait de son argent personnel, il faudrait peut-être l’informer qu’il s’agit d’argent public distribué au gré de ses envies. Mme Barre préfère moquer la question de M. Johanny sur l’achat d’espace publicitaire par la Région dans « Le Mag », assurant que le service communication travaille pour la mairie et l’agglomération. »

Un listing non exhaustif des récentes apparitions de Laurent Wauquiez
Si l'on remonte uniquement sur ces dernières semaines, Laurent Wauqiez a en effet été présent sur de nombreuses photos à propos de sujets qui concernent en premier lieu la ville du Puy-en-Velay, même si la compétence régionale est souvent saisie également. Voici un listing non exhaustif de ses récentes apparitions : lors de la rentrée scolaire (1er septembre), il était présent dans le lycée ponot Charles et Adrien Dupuy pour souligner que l'aide régionale était doublée, pour une enveloppe d'environ 15 millions d'euros afin de rénover l'établissement.
Mi-septembre, il était également présent afin de présenter la nouvelle signalétique du musée Crozatier : Laurent Wauquiez en a profité pour rappeler que la Région apportait son soutien financier à la rénovation du musée, et qu'il devrait ouvrir au mois de mai prochain.
Le vendredi 23 septembre, il était à quelques mètres de la mairie du Puy pour présenter à la presse le futur aménagement des marches de la place du Clauzel : "dans un esprit place du Sud et du midi", selon Laurent Wauquiez, l'ancien maire du Puy et Président de Région, "afin de redonner à ce secteur de la valeur et du standing".
Toujours durant la deuxième quinzaine de septembre, le Président par interim de Les Républicains (LR) présentait le projet d'EHPAD, qui verra le jour en 2018 sur les hauteurs du Puy : "nous avons choisi ce terrain puisqu’il est dans un quartier résidentiel tout en étant dans la ville", explique Laurent Wauquiez, à l'initiative de ce projet, "il se situe sur les hauteurs de Roche Arnaud, à quelques pas du centre-ville. La structure bénéficiera d’une vue imprenable sur les monuments de notre ville, de grands espaces de vie, et sera bien desservie".
Dernier exemple en date, ce samedi 1er octobre : Michel Chapuis, maire du Puy et Laurent Wauquiez, président de Région, ont annoncé, en compagnie des élus locaux leur plan pour aider les propriétaires à renouveler leurs façades, mais aussi pour rénover certains quartiers de la ville du Puy-en-Velay.
> Toutes ces apparitions sont visibles dans le montage photo ci-dessus.

2 - Quid de l’accueil de migrants ?
Autre question ouverte pour laquelle nous avons sollicité une réaction de la majorité : Quelle est la position de la commune du Puy quant à l'accueil de migrants de la jungle de Calais ?

Laurent Johanny estime qu’après l’annonce du démantèlement de la jungle de Calais, Laurent Wauquiez, « comme à son habitude », a souhaité « marquer les esprits par des propos nauséabonds dont il a le secret ». Des propos doublés d’un appel aux maires de France les invitant à « résister » aux réfugiés « pour mieux les laisser mourir à nos portes ». Face à cette position « qui ternie l’image de la Haute-Loire », l’élu de gauche se réjouit qu’il existe « des élus courageux qui osent contrecarrer leur député » plusieurs maires altiligériens ayant ainsi pris position pour l’accueil de réfugiés. Laurent Johanny rappele qu’il s’agit là d’un accueil collectif pour une période de six mois « pour des personnes qui, en grande majorité, veulent se rendre en Grande-Bretagne, et dont le désir ultime est de pouvoir retourner dans leur pays une fois débarrassé des opprimants ». Et de demander : « Est-ce que, comme nous le désirons, Le Puy-en-Velay est prête à accueillir des réfugiés si le besoin s’en fait ressentir et donc à résister au président de Région qui appelle les maires à désobéir ? »

Le Puy pas sollicitée
Sur ce point, le maire Michel Chapuis répond : « Les propos que vous reprenez sont scandaleusement et outrageusement déformés. Il faut rectifier les choses. La Région apporte son soutien aux communes où les maires n'ont pas été consultés, où la population n'a pas été consultée. Lorsqu'un maire le veut et le peut, qu'il a pris toutes les précautions pour un accueil de qualité, aucun problème. La Région n'invite pas tous les maires à s'opposer à l'accueil, à refuser les réfugiés comme vous le dîtes. Elle dit simplement que lorsqu'un maire est contraint par le gouvernement, alors que ce n'est pas possible pour lui, elle aidera ce maire à résister. Et quant à la ville du Puy, je vais être clair avec vous, elle n'a pas été sollicitée par la préfecture. »
Pour l’opposition, cette réponse élude la question.

3 - Bus Tudip : pourquoi ce « fiasco » ?
Enfin, concernant les modifications du réseau de bus TUDIP, l’opposition demande « comment la commune peut-elle se satisfaire de l’absence totale de concertation avec les établissements scolaires de la ville ? »

Rappelant que l’outil structurant du Pôle d’échange intermodal (PEI) était en préparation dès 2007 (sous la majorité de gauche), et reconnaissant que de tels changements entraînent nécessairement un temps d’adaptation, l’opposition demande : « Peut-on accepter que des citoyens, utilisateurs du TUDIP depuis de très nombreuses années, se retrouvent contraints à le délaisser au profit de leur voiture personnelle ? » Et de signaler qu’en parallèle, cet épisode « met en évidence un plan de circulation et de stationnement totalement inadapté, des pistes cyclables anecdotiques, des parkings à bicyclettes rares voire absents, notamment sur les nouveaux aménagements de Michelet ». L’opposition demande quelles exigences la mairie compte porter auprès de l’agglomération pour améliorer les choses.

Une réponse pour chaque réclamation
Là encore, c’est le maire, Michel Chapuis, qui répond : « Oui j'ai des exigences, et je les ai fermement signalées à Communauté d'agglomération. Justement ma première exigence va aux particuliers. J'ai demandé à ce que des solutions concrètes soient apportées au cas par cas, individuellement. C'est d'ailleurs à l'occasion des permanences à la boutique Tudip des vendredis matins que les gens peuvent exposer leurs doléances. Et moi, je me tiens à la disposition de la population, également. Je veux que toute personne qui nous fait le retour de soucis d'horaires et de sécurisation, soit renseignée de façon satisfaisante.
Ma deuxième exigence porte sur les scolaires. J'ai demandé à ce qu'à la rentrée des vacances de Toussaint, tous les jeunes en collège ou en lycée, arrivent en cours à l'heure et en repartent à l'heure, fixées par les établissements. L'agglomération a pris contact avec tous les chefs d'établissement qui sont les mieux placés pour identifier et faire remonter tous les problèmes qui subsisteraient encore. Et une solution pour chacun d'entre eux devra être trouvée. Je porte en souci ce sujet. J'ai fait part de mes exigences à la communauté d'agglomération ; je sais qu'elle les partage. » L'opposition regrette que ces exigences aient été portées à l'aggo après la rentrée.

Annabel Walker

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire