Portables et réseaux sociaux : «Question essentielle dans la gestion d'un collège»

mar 09/05/2017 - 18:58 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:45

Les trois collèges publics de l'agglomération du Puy-en-Velay (Jules Vallès, Lafayette, Corsac) ont réalisé auprès des élèves et des parents une grande enquête relative à la problématique du téléphone portable et des réseaux sociaux, en partenariat avec les PEP43, la CAF et la MGEN.
« C'est une problématique énorme, pas qu'au niveau des établissements scolaires, mais aussi des familles et nous avons un rôle éducatif à jouer auprès de nos élèves, on le fait, et les parents sont parties prenantes », estime Daniel Rousseau, principal du collège Jules Vallès, « l'éducation ce n'est pas que l'affaire de l'école.»

«L'usage est toléré dans la cour du collège»
Il y a une harmonisation des règlements intérieurs dans les collèges publics quant à l'usage des téléphones et smartphones au sein des établissements : « l'usage est toléré dans la cour, mais strictement interdit dans les locaux pédagogiques.»
Mais dans la cour, « l'élève a un usage de son appareil en fonction de l'équipement qu'il a, on n'a pas la possibilité légale de contrôler ça.»
Et les problèmes de harcèlement sur les réseaux sociaux doivent être discutés par toutes les personnes qui interviennent dans l'éducation des adolescents. Ces derniers doivent apprendre à « ménager leur identité numérique.»

----Quelques enseignements du sondage
Sur l'ensemble des familles questionnées, 345 ont répondu au formulaire.
Il apparaît que 86,1 % des parents sondés répondent que leur ado a un téléphone portable et que pour 53,9 % d'entre eux, c'est le cas depuis l'entrée en 6ème.
Seulement 18,3 % des parents, dont l'ado dispose d'un forfait Internet, ont installé un contrôle parental, parmi les gens ayant répondu au questionnaire.
La privation de portable devient aussi un moyen de « punir » son ado pour 51,3% des parents sondés.-----Le principal du collège a son compte Facebook
D'autant que tout ce qui se passe sur l'extérieur a désormais des répercussions au sein de l'établissement : « c'est un sujet qui pour nous est devenu capital. Ce qu'il faut savoir c'est que depuis des années déjà, il y a une éducation à l'usage du numérique, des informations à chaque niveau du collège, sous l'angle de l'identité numérique, sous l'angle de la réglementation ou encore l'angle du sommeil, avec différents intervenants qui viennent », explique Emmanuel Forestier, principal du collège Lafayette.
« Cette question est parmi les plus essentielles dans la gestion d'un établissement », assure-t-il.
Á tel point qu'Emmanuel Forestier, en tant que principal, a créé son propre compte facebook.

Les parents expriment un besoin d'éducation
« Pour faire comprendre aux élèves que tout ce qui se passe sur les réseaux sociaux est public, explique-t-il, les élèves doivent savoir que le principal a son compte facebook qui n'est pas à son nom, les élèves lorsqu'ils parlent à un ami – je ne dirai pas de nom ici ça peut être le principal du collège. Ça permet aux élèves de savoir que tout ce qu'ils disent peut être connu de tout le monde, et même du principal, mais ça permet au principal de savoir tout ce qui se dit sur les réseaux sociaux, sur son établissement et ce qui s'y passe aussi.»
Comment les familles ont accueilli cette démarche d'une consultation quant à ces nouveaux usages que l'on estime souvent de l'ordre de l'intime ? Plutôt favorablement, puisque « ce sondage a montré l'intérêt de ces derniers pour les informations et a fait ressortir leur besoin d'éducation dans ce domaine », commente Lucy Kendrick, responsable d'Allô écoute ado.
D'ailleurs, comme première réponse à cette attente,  une conférence a été organisée par les différents partenaires de cette initiative ce mardi soir au Puy.

J.J.

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire