Polignac : nouvelles portes-ouvertes à l'usine de tri des déchets high-tech

lun 12/10/2015 - 13:47 , Mise à jour le 12/10/2015 à 13:47

Ce samedi 10 octobre 2015 s’est tenue à l’usine Altriom de Polignac, la première des trois journées portes ouvertes du centre de recyclage d'ordures ménagères le plus moderne de France, à Polignac.
Laurent Wauquiez, Jean-Pierre Vigier et les élus locaux qui ont activement soutenu le développement de l’entreprise ont inauguré la première des journées portes ouvertes ce samedi. Mathieu Charreyre, responsable de la société Vacher et du projet Altriom, a fait le choix d’attendre le bilan d’une année d’exploitation avant de s’ouvrir au public : « J’ai préféré prendre un minimum de recul pour avoir l’assurance de la fonctionnalité du site et présenter des résultats tangibles car le choix de la valorisation des déchets présentait un risque certain. Mais nous avons atteint tous nos objectifs ». En effet, l’incinération ou l’enfouissement sont les procédés traditionnellement utilisés dans le cadre du traitement des déchets ménagers, alors que le tri et le recyclage, s'ils ont la faveur du Grenelle de l’environnement, demandent de l’innovation et des investissements.

----On appelle courants de Foucault les courants électriques créés dans une masse conductrice, soit par la variation au cours du temps d'un champ magnétique extérieur traversant ce milieu, soit par un déplacement de cette masse dans un champ magnétique constant.-----Une entreprise performante à plusieurs niveaux
Conscients des enjeux, les promoteurs du projet se sont occupés de tous les aspects des problèmes posés par la volonté de sortir des terrains battus. Outre l’utilisation de technologies performantes pour le tri en lui-même, celui-ci a été automatisé, de l’ouverture des sacs poubelles (brevet français), à l’utilisation des courants de Foucault pour dissocier les différents métaux. Le nécessaire a été fait pour faire disparaître au maximum les nuisances olfactives dégagées par les ordures et éliminer les risques de contamination de l’environnement et du personnel. Le recyclage de la matière organique est assuré par des silos destinés à la transformer en compost. Les métaux et certains plastiques peuvent être directement utilisés comme matière première après nettoyage, d’autres résidus sont transformés en combustible pour les cimenteries. Il ne reste que 10 % de déchets qui seront enfouis en dehors du département. Quant aux bâtiments, ils ont été conçus de manière à s’intégrer à proximité du site historique, Vacher, de Polignac.

Des résultats au-delà des espérances
A ce jour, 90 % des 23 000 tonnes de déchets traités sur le site ont été recyclés et valorisés, bien au-delà de l’objectif fixé par le Grenelle de l’environnement dans ce domaine, qui se situe à 75%. L’entreprise est à la moitié de son potentiel, elle a les capacités de traiter les chargements d’autres communes du département.

Un point noir
Malheureusement, l’accès des camions pose problème car la départementale 906 n’est pas aménagée pour assurer l’entrée et la sortie des poids lourds sur le site.

Une solution durable et consensuelle pour les déchets
« Avec la solution Altriom, on tire définitivement un trait sur les projets de centre d’enfouissement à Chastel Ligou, à Magnore, dans l’Emblavez et, plus récemment, sur le plateau de Cayres-Séneujols. « C’est la solution idéale pour conjuguer de nombreux atouts, on incite à plus de tri pour mieux recycler d’un côté, et de l’autre, on crée pas moins de treize emplois locaux », déclare Laurent Wauquiez, satisfait des premiers résultats de l’entreprise.

N.S.

Les prochaines portes-ouvertes au public du centre de tri et de gestion des déchets ALTRIOM, situé plaine de Bleu à Polignac, se dérouleront ces mardis 20 et 27 octobre 2015, de 9h à 12h.

> S'inscrire aux portes-ouvertes

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire