Planter des arbres en ville, la marotte de Jean-Williams Semeraro

Par Olivier Stevens lun 25/10/2021 - 07:00 , Mise à jour le 25/10/2021 à 07:00

"On devrait construire les villes à la campagne, l'air y est plus sain", la célèbre phrase d'Alphonse Allais est en passe de faire d'innombrables émules en ce début de 21ème siècle. 

Au Puy-en-Velay, c'est Jean-Williams Semeraro qui poursuit cette antienne.

Et la mairie emboîte le pas. 

Dans le prolongement du livre Blanc qu'il a édité en mars dernier, le conseiller municipal vient d'écrire au Maire du Puy-en-Velay car lors de sa campagne pour les municipales, celui-ci avait présenté cinq propositions majeures pour son mandat et notamment la première portait sur "L’écologie n’est pas une spécialité mais s’affirme dans tout le programme". A cet effet, il faisait un bilan de son mandat précédent où 600 arbres avaient été plantés et il envisageait d’en planter 900 de plus au cours des six prochaines années.

"Lutter en ville contre les îlots de chaleurs qui seraient, dans les années à venir, une des conséquences du dérèglement climatique."

"Nous ne pouvons que nous réjouir de cet engagement alors que les différents rapports remis par le GIEC et l’ONU, insistent sur la nécessité à très court terme de lutter en ville contre les îlots de chaleurs qui seraient, dans les années à venir, une des conséquences du dérèglement climatique. Nous ne pouvons plus nier, au regard des événements météorologiques de plus en plus fréquents, cette réalité et il nous appartient de l’anticiper pour notre cité", explique Jean-Williams Semeraro (MoDem).

"La mise en place d’un jardin éphémère, Place du Martouret, a été un premier pas positif dans cette démarche, il reste aujourd’hui à poursuivre cet effort en le concrétisant et en aménageant définitivement ce lieu. Il s’agit là d’un investissement d’avenir."

"Anticiper aujourd’hui au regard du temps que nécessite la croissance d’un arbre"

De son côté la députée Aude Luquet a déposé un amendement pour accompagner les collectivités dans leur volonté de replanter massivement des arbres "qui sont nos meilleurs alliés dans la captation du CO2, la lutte contre les îlots de chaleur et constituent un réservoir de biodiversité". Dans l’exposé sommaire de cet amendement, elle prévoit le fléchage de 50 millions d’euros pour cette action et cite l’exemple du Finistère qui s’engage à planter 500.000 arbres d’ici 2030, plus d’un million pour la Vendée et pour la ville de Nice, 280.000 d’ici 2026.

"Au-delà des financements qui pourraient être apportés par l’Etat, il est important d’anticiper aujourd’hui au regard du temps que nécessite la croissance d’un arbre, la plantation en ville dans les secteurs les plus minéraux de nos quartiers", poursuit Jean-Williams Semeraro.

"La mairie poursuit l'oeuvre d'embellissement de la ville en continuant l'implantation de nouvelles espèces d'arbres"

Le conseiller municipal et membre du conseil d’administration des « Démocrates pour la Planète » promet "d'accorder tout son soutien dans les démarches qui permettent d’anticiper et de lutter contre les effets du dérèglement climatique, notamment dans la mise en oeuvre de la première proposition de son programme qui, espère-t-il, dépassera son souhait de planter 900 arbres au Puy en Velay au cours de ce mandat."

Du côté de la mairie, on n'est pas en reste puisque l'équipe en place promet de "poursuivre l'oeuvre d'embellissement de la ville en continuant l'implantation de nouvelles espèces d'arbres, variées et adaptables, un peu partout sur le territoire de la commune." Et ils précisent: "la préservation, voire la restitution d'espaces urbains verts est notre préoccupation constante. Ce qui n'exclut pas d'être sélectifs et raisonnés dans nos actions."

Vous aimerez aussi

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire