« Peu importe qu’on soit premières ou dernières. Nous avons toutes gagné ! »

Par Nicolas Defay mer 09/02/2022 - 16:45 , Mise à jour le 09/02/2022 à 16:45

Julie Nouvel et Karine Vigouroux sont revenues de leur périple en Finlande. Elles ont franchi les épreuves ensemble, pour le sport, pour le surpassement, pour Marius, ce p’tit bonhomme de trois ans atteint de la maladie d’Hirschsprung.

Des températures à moins 26 degrés. Des paysages blancs à couper le souffle. Des journées qui ne durent que 4 heures. Et des aurores boréales qui teintent le ciel d’émeraudes. Ça, c’est en Finlande, dans la ville enneigée de Rovaniemi, capitale officielle de la Laponie.

Les yeux qui brillent et les cils gelés. Le cœur qui bat comme jamais. Les rires, les larmes et les cris. La fatigue et la hargne. Ça, c’est Julie Nouvel et Karine Vigouroux. Toutes deux sont parties respectivement du Cantal et de la Haute-Loire pour se retrouver pendant quatre jours dans une aventure hors du commun, dans les terres froides du Père Noël.

Du 21 au 24 janvier, les deux amies ont participé au Laponie Trophy, un périple constitué de parcours physiques qui mettent à rude épreuve le corps et le mental. Avec elles, 52 autres binômes exclusivement féminins sont également sur la ligne de départ. Et toutes sont là pour défendre une cause chère à leur cœur. Pour les deux auvergnates, c’est à Marius, l’un des enfants de Julie, qu’elles dédient ce dépassement de soi. À Marius et à tous les autres enfants en lutte au quotidien contre la maladie d’Hirschsprung.

« Malgré la difficulté des épreuves, le froid et tout le reste, ce n’est rien par rapport à ce que subissent au quotidien les enfants atteints de la maladie d’Hirschsprung. Voir Marius, ce petit bonhomme bien plus fort que nous, nous rend capable de déplacer des montagnes ». Karine Vigouroux

Pas de taxis, d'autobus ou de trains mais des rennes pour se déplacer.
Pas de taxis, d'autobus ou de trains mais des rennes pour se déplacer. Photo par DR

La maladie d’Hirschsprung, c’est quoi ?

Elle se caractérise généralement par l’absence de cellules ganglionnaires nerveuses dans la partie terminale du côlon et sur une partie plus longue dans certains cas. Les occlusions intestinales en sont les conséquences. Plusieurs opérations sont parfois nécessaires pour rétablir une fonction intestinale la plus normale possible.

« Une vision que je n’oublierai jamais ! »

« Lorsque que nous sommes arrivées à l’aéroport de Rovaniemi, un troupeau de rennes et leurs traîneaux nous attendait pour rejoindre les lieux d’hébergement, partage Karine Vigouroux. D’entrée, l’accueil a été magique. Le deuxième cadeau a, lui, été donné par la nature elle-même. Dans la pénombre du ciel où le soleil se couche très tôt en Finlande, une aurore boréale est apparue. Le ciel était alors parsemé de fumerolles verdoyantes. Une vision que je n’oublierai jamais ! »

Au cœur de ce morceau de Finlande, les deux complices, comme les 104 autres participantes, profitent alors de ce moment unique avant d’attaquer la première et dure étape du lendemain.

Une aurore boréale dans le ciel de Finlande.
Un rare présent du ciel... Photo par DR

« Pour moi, cette épreuve a été la plus difficile ! »

Il fait moins 15 degrés et il est 10h30. L’épreuve est le Run and Raquette. « La distance n’est indiquée que le matin même car cela dépend de la météo, livre Karine Vigouroux. Il a fallu parcourir 14 kilomètres à pied ou à l’aide des raquettes en fonction de la nature du sol. Nous avons traversé un lac gelé sur fond de paysages sublimes ». L’altiligérienne admet tout de même : « Pour moi, cette épreuve a été la plus difficile ! L’angoisse de la première. Et courir sur la neige n’est pas si simple que ça ! ».

L’Asso Francophone de la Maladie de Hirschsprung :

L'AFMAH apporte un soutien, des conseils et une écoute aux parents qui après la joie de la naissance d’un enfant se trouvent confrontés à une maladie qu’ils ne connaissent pas. Elle les met également en relation avec des professionnels spécialistes de cette pathologie

Courir par moins 26 degrés

Pour la seconde journée, place au Run and Bike. Température ? Moins 26 degrés. « C’est vrai que ça pique un peu, sourit Karine Vigouroux. Mais ça fait partie du jeu. Là, nous devions alterner course pédestre et à vélo sur deux boucles de 7 kilomètres. »

Fous rires, énervements, chutes et encouragements...À bout de souffle, elles parviennent à terminer l’étape, ivres des efforts dans cette atmosphère glaciale.

Julie Nouvel et Karine Vigouroux, exténuées mais heureuses pour le Laponie Trophy
Julie Nouvel et Karine Vigouroux, exténuées mais heureuses. Photo par DR

« Et pour la descente, nous devions la faire...sur les fesses ! »

Le dernier jour est composé de deux épreuves. L’Icemad et le ski de fond. « L’Icemad était l’escalade d’une piste noire très pentue jusqu’à la cime, explique Karine Vigouroux. Et pour la descente, nous devions la faire...sur les fesses ! Ça, c’était super chouette ! »

Quatre boucles de 800 mètres chacune à franchir en relais et en ski de fond achevaient le périple sportif. « Pour cette dernière, nous avons cartonné avec Julie !, assure Karine Vigouroux. Nous sommes arrivées 12ème ! » Au tableau final, les deux amis se classeront 25ème sur les 53 binômes. « Mais peu importe qu’on soit premières ou dernières. Nous avons toutes gagné ».

« Les voir ainsi, Marius et sa maman, si heureux tous les deux, c’était ça l’important. C’était ça la ligne d’arrivée ». Karine Vigouroux

Pour soutenir l’AFMAH, c’est par ici que ça se passe ▼

Une cagnotte en ligne a été déposée sur le site d’Helloasso. Tous les dons font l'objet d'une édition automatique de reçu fiscal, permettant de déduire 66% de la somme de vos impôts.

« J’aurais pu parcourir le triple de la distance rien qu’en regardant le sourire de Julie et cette force qui émanait d’elle pour Marius ! »

Si l’envie d’en découdre ont habité les fières aventurières, un prénom les accompagnait à chaque pas dans la neige de Finlande. Marius. Trois ans. Le second enfant de Julie. « On a parfois dû serrer les dents, confie Karine Vigouroux. Mais penser à Marius nous boostait constamment ! »

Quelques heures avant de prendre l’avion, Marius a été atteint d’une gastro-entérite, petite maladie pour un enfant bien portant mais qui peut s’avérer terrible pour lui. Jusqu’au dernier moment, Julie a hésité à partir pour la Finlande en voyant son enfant malade. « Elle était très tourmentée et inquiète, livre son amie. Mais durant le trajet en avion, elle a été rassurée que Marius se portait à peu près bien. Alors, la voir sourire ainsi lors des épreuves, voir son visage si rayonnant, si déterminé à boucler les épreuves pour son fils et les enfants atteints du même mal, tout ça me donnait des ailes ! »

Elle ajoute, sa voix teintée d’émotion : « C’est vrai que j’ai pu galérer sur certaines épreuves comme lors du premier jour. Mais j’aurais pu parcourir le triple de la distance rien qu’en regardant le sourire de Julie et cette force qui émanait d’elle pour Marius ! ».

Lors de l'épreuve du ski de fond, dernière épreuve de l'aventure. au Laponie Trophy
Lors de l'épreuve du ski de fond, dernière épreuve de l'aventure. Photo par DR

La rencontre avec le véritable Père Noël

Par le biais de leur téléphone, elles partageront autant de fois que possible des vidéos en direct avec Marius. Comme cette fois où elles ont rencontré le vrai Père Noël. « Voir Marius rire ainsi était magique pour nous, partage Karine Vigouroux. Qu’il ait compris ou pas pourquoi nous étions montées en Finlande et le but de ce défi, ce n’était pas ça l’important. L’important était de voir ce p’tit bonhomme plein de vie, ses yeux écarquillés devant le Père Noël et partager avec nous les magnifiques paysages de ces terres enneigées. »

Elle termine par cette phrase qui résume à elle seule toute cette incroyable aventure : « Les voir ainsi, Marius et sa maman, si heureux tous les deux, c’était ça l’important. C’était ça la ligne d’arrivée ».

"Peu importe qu’on soit première ou dernière. Nous avons toutes gagné"
"Peu importe qu’on soit première ou dernière. Nous avons toutes gagné" Photo par DR

Vous aimerez aussi

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire