Pays de Lafayette : le PS dévoile son programme

mar 10/03/2015 - 19:04 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:33

Les candidats du parti socialiste, qui se qualifient eux-mêmes de "novices" et "inexpérimentés", expliquent : " Loin des bonnes intentions et des effets de manches de certains candidats, nous souhaitons parler concret en partant des missions du Département, ce qu’il peut faire, mais aussi ce qu’il ne peut pas faire, replaçant le débat de fond sur les enjeux à venir, ce qui suppose un changement radical de méthode de travail au sein du Conseil nécessitant une très forte implication des futurs conseillers. "
Le Département garant des solidarités entre les personnes et les territoires
" Le Conseil a des compétences, des missions, une vocation et des moyens qui touchent à notre quotidien de façon concrète. Assurer la solidarité entre les territoires, le nôtre ayant été délaissé au profit d’autres « plus riches » (sous-équipement en infrastructures, désertification médicale, ruralité en souffrance, réseau routier secondaire parfois déficient, …), et assurer la solidarité entre les personnes (accompagnement des anciens, insertion, prise en compte du handicap, …) sont autant de missions qu’il nous faudra, encore davantage demain, assumer pleinement et en augmenter les performances. Ce sont les vrais défis à relever ", développe le binôme.

" Des moyens en baisse et des dépenses destinées à augmenter "
" Dans un contexte où, d’une part les dotations de l’état vont baisser, alors que la fiscalité locale ne peut plus être augmentée (60% de hausse en 10 ans) et que le recours à l’emprunt a atteint son maximum, et d’autre part les dépenses, notamment sociales vont être amenées à croître (représentant 60 % du budget actuellement) augmentant en volume du simple fait du vieillissement de la population, Il faut changer radicalement de méthode de travail dans une logique tournée vers la prévention, la planification, la concertation, le tout nécessitant des conseillers à temps plein."

En finir avec une logique de « guichet aux subventions »
Le Département, aujourd’hui géré en « bon père de famille », ne peut plus continuer à être dirigé sans vision, sans cap clair et cohérent avec ses missions de base. Ce qui était possible en d’autres temps ne l’est plus aujourd’hui. Il n’est plus possible que les dossiers, certes préparés par une administration compétente, soient étudiés selon leur place dans la file d’attente, position variant selon le niveau d’influence de tel ou tel au mépris des règles démocratiques, par des conseillers qui cumulent, pour la plupart, des responsabilités communales lourdes et contraignantes. Ce fonctionnement nuit au travail de fond, au travail en amont et en équipe.
Des plans d’actions clairs construits dans la concertation
Le schéma d’adaptation au vieillissement doit être réactualisé dans l’esprit de la loi d’accompagnement au vieillissement de la population, en insistant sur les aspects d’anticipation en s’appuyant sur des réseaux associatifs à structurer ou à créer, d’adaptation en privilégiant le maintien à domicile partout où c’est possible, en couplant les aides prévues par la loi avec les dispositifs de valorisation thermique, et d’accompagnement en reconnaissant le statut d’accompagnant et en développant les structures provisoires d’accueil de nuit et de jour. 
Revoir les règles du jeu en matière de soutien aux collectivités pour leurs équipements en infrastructures en passant de la logique égalitaire à la logique solidaire. Pour cela, partir des besoins réels et spécifiques de chaque territoire, puis des ressources fiscales de chacun, afin de déterminer les taux d’intervention du Conseil départemental dans une logique de péréquation.
Mutualiser les structures permettant d’accueillir des médecins (maisons de santé) dans une logique solidaire, avec un maillage conforme aux besoins.
Intervenir auprès des agriculteurs, soit par l’intermédiaire de conventions avec les organismes bancaires pour garantir certains prêts, soit en organisant sur le canton le regroupement des achats de matériels ou une utilisation partagée des outils de production, toujours en concertation avec les acteurs concernés et leurs représentants.

Le rôle d'acheteur

La compétence de développement économique vraisemblablement abandonnée aux régions et Communautés de communes, le Département devra pleinement jouer son rôle d’acheteur par l’intermédiaire des appels d’offres que ce soit en restauration collective (collèges) pour soutenir les circuits courts ou l’agriculture biologique, ou encore pour les travaux en imposant des clauses de proximité pour les artisans, ou l’utilisation de matériaux écologiques (filière chanvre).
Mutualiser les moyens d’accès à la culture, après un recensement d’une part des besoins, et des structures existantes.
S’appuyer sur l’expertise des organismes en place pour la préservation des milieux naturels.
Montrer l’exemple par la valorisation thermique des collèges, et des bâtiments relevant de la compétence du Département.
" Toutes les pistes d’actions citées supposent la mise en place de plans d’actions précis dans tous les domaines de compétence, et nécessitent une implication totale des futurs conseillers départementaux. Le vrai enjeu n’est plus de faire confiance à un élu parce qu’on le connaît, mais par rapport à la méthode qu’il propose, et le cap clair, réaliste qu’il trace dans le respect des missions du Département pour le bien du Pays de Lafayette ", terminent les deux candidats.

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire