Nouveau self à Jean Monnet : transformer un drame en succès

Par Nicolas Defay lun 22/02/2021 - 16:45 , Mise à jour le 22/02/2021 à 16:45

Le 25 avril 2019, un incendie criminel avait calciné en totalité la salle de restauration et les cuisines du lycée Jean-Monnet au Puy-en-Velay. 22 mois après, des cendres en est ressorti un lieu tout en élégance et en géométrie.

« Une fois que nous avions nettoyé et ôté tous ce qui avait été profondément endommagés par l’incendie, il ne restait plus que les quatre murs ». En une phase, Constantin Kontaxakis, proviseur du lycée Jean Monnet, résume l’ampleur des dégâts présents dans l’établissement suite à l’incendie survenu il y a près de deux ans. « Le 25 avril 2019, au petit matin, on a été réveillés après que deux personnes aient réussi à entrer pour mettre le feu ici », rappelle-t-il.

Le temps que les assurances terminent leurs expertises, que l’endroit soit vide et prêt à être reconstruit et que les dispositions soient adoptées pour œuvrer avec la présence du Covid, de longs mois se sont écoulés sans que rien ne s’érige à la place des braises froides.

La salle de restauration incendiée le 25 avril 2019. Photo par Zoomdici.fr

Deux ans de galère

Et avant que les 400 repas soient servis dans la nouvelle salle des restauration, la direction du lycée avait dû s’adapter à utilisant la solidarité et le système D. « Les chefs et les agents ont beaucoup peiné pendant deux ans, livre Constantin Kontaxakis. Durant des mois, ils sont allés dans un autre établissement (Le lycée de Roche Arnaud, Ndlr) pour récupérer les plats et les travailler ensuite dans des cuisines provisoires. Les élèves et le personnel se restauraient dans le gymnase, transformé en salle de cantine pour l’occasion. Les conditions étaient loin d’être optimum ! »

« C’est un très grand moment d’émotion pour nous, le personnel et les élèves, de pouvoir enfin réutiliser notre espace de restauration après 22 mois de privation ». Constantin Kontaxakis

Courbes, bois et teintes sombres

À présent ? C’est un espace très lumineux où des matières nobles ont été agencées de façon moderne, jouant sur les courbes et les perspectives et alliant parfaitement le bois et la couleur noire. Des briques parsèment les façades en encadrant les différentes parties du lieu. Si le nombre de mètres carrés reste sensiblement le même qu’avant, ce lifting intégral semble avoir poussé les murs. « On dirait que c’est beaucoup plus grand, affirment Faïza, Zoé et Léa, toutes trois en Bac pro commerce. C’est bien plus pratique aussi, même avec les restrictions dues au Covid. Et surtout, on est vraiment contentes d’avoir quitté le gymnase pour manger ici ! ».

La nouvelle salle de restauration au lycée Jean Monnet. Photo par Nicolas Defay

« Ils pourront exprimer pleinement leur savoir faire »

Les cuisines également ont été entièrement refaites. « Nos trois chefs et tous les agents peuvent à présent travailler avec des outils de très grande qualité, décrit le proviseur. Il y a des fours normaux, à basses températures, à températures différées. Les chambres froides sont maintenant au sous-sol où un ascenseur les relie aux cuisines ».
Il ajoute : « Une fois leurs marques prises, ils pourront exprimer pleinement leur savoir faire. Pour nous c’est très important de bien se restaurer. On travaille bien mieux ainsi ». En parallèle, une classe d’ASSP (Accompagnement, soins et services à la personne) a été chargée de réfléchir sur l’équilibre des repas et de trouver toutes les solutions possibles pour éviter au maximum le gaspillage alimentaire.

« On retrouve petit à petit les élèves et le personnel qui avaient déserté les lieux au temps de midi quand il fallait encore manger dans le gymnase ». Constantin Kontaxakis

Budget consacré aux chantiers de Jean Monnet

1,3 millions d’euros pour la cantine scolaire (salle de restauration et cuisines)
1,2 millions pour le projet de la cuisine pédagogique
200 000 euros concentrés sur la sécurisation du lycée
Budget encore indéfini pour le gymnase
Environ 4 millions d’euros auront été ainsi débloqués au terme des travaux

Plein d’autres projets

Tout chantier d’envergure a un prix. Et celui-ci apparaît aussi important que les dégâts occasionnés par l’incendie et la refonte du restaurant. Ainsi, 1,3 millions d’euros ont été investis pour réaliser ce bijou scolaire. « Pour le restaurant, tout est terminé, souffle Constantin Kontaxakis. Les étapes suivantes concernent l’aménagement d’une voie d’accès pour l’établissement et d’un parking dédié au personnel. Ce sont des travaux qui sont programmés pour le mois de mai/juin 2021. »

Il continue : « Le gymnase suit lui aussi un grand projet de rénovation avec l’apport d’un mur d’escalade entre autres. Nous espérons qu’il sera opérationnel à la rentrée prochaine ».

Constantin Kontaxakis, proviseur du lycée Jean Monnet. Photo par Nicolas Defay

« On pourra dire que le lycée Jean Monnet aura bien grandi »

Au mois de juin 2021, 1,2 millions d’euros seront injectés pour refaire la cuisine pédagogique, la mettre aux normes et optimiser son espace afin que deux groupes d’élèves puissent y travailler en même temps. « La fin de tous ces divers chantiers est planifiée pour le début de l’année 2022, précise le proviseur de l’établissement. À ce moment-là, on pourra dire que le lycée Jean Monnet aura bien grandi. »

Constantin Kontaxakis termine en ces mots : « Je me rappelle quand le président de Région est venu le lendemain de l’incendie. Il nous avait dit que de ce drame, nous en ferions un rebond et quelque chose de positifs. Là, je pense que nous avons considérablement commencé cet incroyable rebond ».

Vous aimerez aussi

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire

4 commentaires

la

mar 23/02/2021 - 23:05

Les lycéens ont un beau cadre pour déjeuner, c'est une bonne chose ! Par contre, c'est une bien triste histoire puisqu'un des jeunes qui avaient causé tous ces dégâts suite à son éviction du lycée s'est suicidé en détention. Quelle tristesse ! Et quel échec pour tous

vl

mar 23/02/2021 - 19:07

Très contente que les lycéens retrouvent leur réfectoire qui au vue des photos est magnifique ainsi qu'aux cuisiniers .Par contre un petit remerciement aux agents du lycée Charles et Adrien Dupuy qui ont u pendant des mois un surcroît de travail notamment au niveau des plonges etc de la part du lycée Jean Monnet aurait été apprécié.

lo

mar 23/02/2021 - 12:37

Tant mieux pour ces lycéens. Mais l'histoire ne dit pas si les "deux personnes", selon le proviseur, ont été identifiées, condamnées et si oui à quoi à moins que j'eusse sautée un épisode. .? À oublier au plus vite.

st

mar 23/02/2021 - 12:04

Merci à la région qui a joué le jeu afin que ce lycée durement touché retrouve toutes ses capacité d'accueil.