Manifestation contre le pass sanitaire : "Si j'étais le président, je ferais très attention"

Par Nicolas Defay jeu 22/07/2021 - 06:30 , Mise à jour le 22/07/2021 à 06:30

Mercredi 21 juillet, nombreuses ont été les personnes devant la préfecture du Puy à se mobiliser contre les récentes directives du gouvernement. Organisée par le syndicat Force Ouvrière, la marche a été dense, suivie par environ 750 individus issus de toutes les générations.

L'appel indiquait 18 heures, devant la préfecture. Et doucement, la place du sable s'est alourdie de monde pour faire face au bâtiment d'Etat. Ensemble, jeunes et vieux, poussettes et cannes, syndicalistes et électrons libres, ont marché dans le même sens comme un seul corps mouvant de plusieurs centaines de mètres. Il a remonté l'avenue du Breuil pour s'engouffrer en hurlant dans le boulevard Saint-Louis puis est descendu par la rue Pannessac et la rue Crozatier. Le cortège s'est ensuite retrouvé à nouveau devant la préfecture plus fourni encore qu'à son départ.

Les raisons de la colère ?  Le projet de loi "relatif à l'adaptation de nos outils de gestion de la crise sanitaire". Ce projet a été récemment discuté en commission à l'Assemblée nationale puis en séance plénière mercredi 21 juillet. Il sera ensuite confié au Sénat ce jeudi 22 juillet avant la commission mixte paritaire de ce weekend pour que députés et sénateurs parlent d'une même voix.

Photo par Nicolas Defay

Gorges échaudées et pancartes levées

Devant cette route législative à grande vitesse, où se jouent l'extension ou non de l'état d'urgence sanitaire, la présentation d'un pass sanitaire pour accéder aux lieux de vie quotidiens, ou encore l'obligation à certains professionnels de se faire vacciner sous peine de sanctions salariales, des foyers d'exacerbations s'enflamment un peu partout dans le pays. Au Puy-en-Velay, ce sont ainsi près de 750 personnes (2 000 selon le syndicat FO) qui ont déambulé, gorges échaudées et pancarte levées.

Une bataille de chiffre : Selon les services de la préfecture, les manifestants étaient 450. Selon notre comptage, environ 750. Selon le syndicat Force Ouvrière, plus de 2 000.

Photo par Nicolas Defay

"Ce pass sanitaire est un pass licenciement"

"Oui, je pense véritablement que nous nous dirigeons tout droit vers une dictature, partage Pascal Samouth, secrétaire général de Force Ouvrière. Rien que le fait d'obliger des garçons de café à contrôler leurs clients pour savoir s'ils sont détenteurs d'un pass sanitaire s'apparente à des mesures dictatoriales." L'instigateur de la manifestation rajoute : "D'autre part, ce pass sanitaire est un pass licenciement. Les chefs d'entreprises et les directeurs de structures seront enclins de plus en plus à demander à leurs employés s'ils sont bien vaccinés. Regardez ce qui est prévu pour les soignants".

"J'ai déjà vécu dans un pays en proie à une dictature, confie Brigitte, infirmière. Et non, nous n'en sommes pas encore là. Mais nous nageons en plein régime autoritaire qui prend de plus en plus d'ampleur". Brigitte, infirmière

"La prolongation de cette situation (…) pourra justifier leur licenciement"

Un tas de professions est effectivement concerné par l'obligation de se faire vacciner sous peine de sanctions financières. Personnels de santé et médico-sociaux, les ambulanciers et les pompiers, les employés à domicile pour les attributaires de l’allocation personnalisée d’autonomie, ceux exerçant dans les établissements accueillant des personnes âgées ou handicapées, et bien d'autres.

À compter du 15 septembre 2021, elles devront avoir été vaccinées pour pratiquer leur activité. Sinon ? Sinon "il leur sera interdit d’exercer l’activité en question, et la prolongation de cette situation pendant plus de deux mois pourra justifier leur licenciement", est-il précisément écrit dans le projet de loi en articles 5 à 8 enregistré à la Présidence de l’Assemblée nationale le 20 juillet 2021.

Article 5

I. – Doivent être vaccinés, sauf contre‑indication médicale reconnue, contre la covid‑19 :

1° Les personnes exerçant leur activité dans :

a) Les établissements de santé mentionnés à l’article L. 6111‑1 de la santé publique, ainsi que les hôpitaux des armées mentionnés à l’article L. 6147‑7 du même code ;

b) Les centres de santé mentionnés à l’article L. 6323‑1 du même code ;

c) Les maisons de santé mentionnées à l’article L. 6323‑3 du même code ;

d) Les centres et équipes mobiles de soins mentionnés à l’article L. 6325‑1 du même code ;

e) Les centres médicaux et équipes de soins mobiles du service de santé des armées mentionnés à l’article L. 6326‑1 du même code ;

f) Les dispositifs d’appui à la coordination des parcours de santé complexes mentionnés aux II et III de l’article 23 de la loi n° 2019‑774 du 24 juillet 2019 relative à l’organisation et à la transformation du système de santé ; 

g) Les centres de lutte contre la tuberculose mentionnée à l’article L. 3112‑2 du code de la santé publique ;

h) Les centres gratuits d’information, de dépistage et de diagnostic mentionnés à l’article L. 3121‑2 du même code ;

i) Les services de médecine préventive et de promotion de la santé mentionnés à l’article L. 831‑1 du code de l’éducation ;

j) Les services de santé au travail mentionnés à l’article L. 4622‑1 du code du travail et les services de santé au travail interentreprises définies à l’article L. 4622‑7 du même code ;

k) Les établissements et services médico‑sociaux mentionnés aux 2°, 3°, 5°, 6°, 7°, 9° et 12° de l’article L. 312‑1 du code de l’action sociale et des familles ;

l) Les établissements mentionnés à l’article L. 633‑1 du code de la construction et de l’habitation, qui ne relèvent pas des établissements sociaux et médico‑sociaux des 6° et 7° du I de l’article L. 312‑1 du code de l’action sociale et des familles, dédiés à l’accueil des personnes âgées ou handicapées ;

m) Les résidence‑services dédiés à l’accueil des personnes âgées ou handicapées mentionnées à l’article L. 631‑13 du code de la construction et de l’habitation ;

n) Les habitats inclusifs mentionnés à l’article L. 281‑1 du code de l’action sociale et des familles ;

2° Les professionnels de santé mentionnés à la quatrième partie du code de la santé publique lorsqu’ils ne relèvent pas du 1° ;

3° Les personnes, lorsqu’elles ne relèvent pas du 1° ou du 2°, faisant usage du titre :

a) De psychologue mentionné à l’article 44 de la loi n° 85‑772 du 25 juillet 1985 portant diverses dispositions d’ordre social ;

b) D’ostéopathe ou de chiropracteur mentionné à l’article 75 de la loi n° 2002‑3030 du 4 mars 20202 relative aux droits des malades et à la qualité du système de santé ;

c) De psychothérapeute mentionné à l’article 52 de la loi n° 2004‑806 du 9 août 2004 relative à la politique de santé publique ;

4° Les étudiants ou élèves dans les professions mentionnées au présent 2° et 3°, ainsi que les personnes travaillant dans les mêmes locaux que les professionnels mentionnés au 2° ou que les personnes mentionnées au 3° ;

5° Les professionnels employés par un particulier employeur mentionné à l’article L. 7221‑1 du code du travail effectuant des interventions au domicile des personnes attributaires des allocations définies aux articles L. 232‑1 et L. 245‑1 du code de l’action sociale et des familles ; 

6° Les sapeurs‑pompiers et les marins‑pompiers des services d’incendie et de secours, les pilotes et personnels navigants de la sécurité civile assurant la prise en charge de victimes, les militaires des unités investies à titre permanent de missions de sécurité civile mentionnés au premier alinéa de l’article L. 721‑2 du code de la sécurité intérieure ainsi que les membres des associations agréées de sécurité civile au titre de l’article L. 725‑3 du même code ;

7° Les personnes exerçant l’activité de transport sanitaire mentionnée à l’article L. 6312‑1 du code de la santé publique, ainsi que celles assurant les transports pris en charge sur prescription médicale mentionnés à l’article L. 322‑5 du code de la sécurité sociale ;

8° Les prestataires de services et distributeurs de matériels mentionnés à l’article L. 5232‑3 du code de la santé publique.

II. – Les dispositions du I ne s’appliquent pas aux personnes chargées de l’exécution d’une tâche ponctuelle au sein des locaux dans lesquels les personnes mentionnées aux 1°, 2°, 3° et 4° du I exercent ou travaillent.

III. – Un décret peut, compte tenu de l’évolution de la situation épidémiologique et des connaissances médicales et scientifiques, suspendre, pour tout ou partie des catégories personnes mentionnées au I les obligations qu’il prévoit.

Photo par Nicolas Defay

"Tout cela prend une tournure dangereuse où il sera difficile de faire marche arrière"

"J'ai déjà vécu dans un pays en proie à une dictature, confie Brigitte, infirmière. Et non, nous n'en sommes pas encore là. Mais nous nageons en plein régime autoritaire qui prend de plus en plus d'ampleur. Le flicage dans tous les secteurs, la multiplication des contrôles, la division des gens…tout cela prend une tournure dangereuse où il sera difficile de faire marche arrière".

Guy Vallery de La Libre pensée partage cette analyse. "On s'enfonce doucement sans trop en prendre conscience dans une politique très autoritaire et de contrôle. Nos libertés de décider par nous-mêmes sont mises à mal tout comme notre liberté de pensée. La politique employée est construite de façon à diviser les citoyens pour mieux les affaiblir et donc les diriger".

"Si j'étais lui, je ferais très attention. Car un soulèvement de masse pourrait bien se réveiller bientôt à force de trop tirer sur la corde. Et ça, quelle que soit la situation vaccinale des individus". Un participant vacciné

"Je suis vacciné et pourtant je suis là"

"Liberté !" a été le mot scandé prioritairement. "Nous ne sommes pas là pour nous  battre contre le vaccin et les vaccinés, insiste l'une des participantes. On est mobilisé contre les directives du gouvernement qui ne nous laisse aucun choix."

Un témoignage acquiescé par Christian, un ponot à jour de ses deux vaccins anti-covid. "Je suis vacciné et pourtant je suis là. Car il n'est pas possible de laisser ce gouvernement obliger les gens à se faire vacciner contre leur volonté. Je suis écœuré par la manière opérée par Emmanuel Macron. Diviser autant les gens en mettant en confrontation vaccinés et pas vaccinés me révulse. Si j'étais le président, je ferais très attention. Car un soulèvement de masse pourrait bien se réveiller bientôt à force de trop tirer sur la corde. Et ça, quelle que soit la situation vaccinale des individus".

Photo par Nicolas Defay

Vous aimerez aussi

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire

16 commentaires

ma

mar 27/07/2021 - 00:22

Le monsieur avec l'âne pense aller jusqu'au Portugal..mais faudrait lui dire qu'au Portugal le pass sanitaire est de rigueur..(avant la France..et à partir de 12 ans) ; 

ch

ven 23/07/2021 - 11:52

Affligeant tous ces commentaires ! Des moutons, en temps de guerre ça ne ferait pas rire ! Ni pour ni contre juste pour la liberté et le respect de chacun.

mi

jeu 22/07/2021 - 21:59

C'est un devoir de se faire vacciner lors d'une pandémie Voir CRIMINEL de si refuser !!!! Car malheureusement cela rallonge fortement le nombre de décès Actuellement nous somme à 111560 décès Sans protection nous aurions bien 300 000 mots !!!! De plus notre économie serait en difficulté ( fermeture plus longue de toutes les activités ) Le gouvernement a été contraint au pass sanitaire par une MAUVAISE volonté de la population à se faire vacciner

od

jeu 22/07/2021 - 21:00

Mais ........... ces gens ne sont pas obligés de se faire vacciner !!!!!!!! Ils paieront leurs petits tests tous seuls et ce n'est pas aux gens vaccinés de payer !!!   Il faut assumer....

Moi non plus, je n'étais pas emballée pour me faire vacciner mais au-delà de mes petite interrogations égoïstes, il y a le monde entier qui souffre de cette pandémie et qu'il faut sauver.

Ces gens ont dû se trouver bien chez eux en confinement sauf qu'il faut sauver l'économie et notre peau... Mon fils, anti-vaccin aussi, de 28 ans est tombé gravement malade ainsi que sa compagne. Ils ont frôlé l'hôpital (difficultés respiratoires importantes) et sont restés 10 jours couchés très très souffrants. Quand je vois leurs séquelles et fatigues, je ne me pose plus de questions.....

cy

jeu 22/07/2021 - 20:09

Re : Heureusement la France et les Français n'ont pas attendu un pass sanitaire pour aller se faire vacciner => oui oui c'est sur c'est pour cela que notre président a mis le petit coup de pression qui va bien. Réfléchissez 2 minutes : si une majorité de personnes étaient vacciné pourquoi faire tout cela?

Qui plus est nous ne savons même pas ce qui va arriver dans x années en ce qui concerne les effets secondaires (exemple : le vaccin de l'hépatite qui ne donne surtout pas la sclérose en plaque ou autres maladies dérivées, j'ai de multiples exemples autour de moi)

Suite à ça vous allez me dire que je suis anti vaccins ce qui est faux car je suis à jour de mes vaccins, du moins pour ceux souhaités. 

el

jeu 22/07/2021 - 18:29

les commentaires sont rassurants et montrent que la majorité silencieuse réfléchit et adhère à l'action collective indispensable. Une petite bande de "gentils crétins" qui n'ont rien à faire de leurs journées et qui défilent pour s'occuper et croire qu'ils sont dans le vrai. S'il n'y a pas de Vrai et de Faux, il y a au moins la réalité qui nous rappelle parfois que nous sommes tous embarqués dans le même bateau

me

jeu 22/07/2021 - 17:43

heureusement que mon cerveau est débranché quand je lis le commentaire de la. Qui a dit que dictature était souhaitable celle des contres est suffisante. Les générations précédentes se sont battues pour défendre des droits dont celui de la médecine pour tous. Chacun est propriétaire de son corps et cela n'implique pas de contaminer les autres. Combien de morts?

Egros les vaccinés ( combien de millions ) sont des abrutis qui ne comprennent rien. L'activité a été reduite avec des aides sont certains manifestants ont profité certes il valait mieux ne rien faire et se croire responsable demandez aux soignants dans quel état étaient les malades ? dans quel monde vivez vous celui de l'autruche ? pourquoi acceptez vous les soins et arrêts maladie qui en découlent parfois

la

jeu 22/07/2021 - 15:23

Les manifestants

Des personnes responsables qui ont à coeur la défense des libertés individuelles, que les générations précédente ont chèrement acquis, notre responsabilité est de les défendre pour les générations suivantes.

Parmi eux, des soignants dévoués, applaudis, que vous dénigrez aujourd'hui.

Notre corps nous appartient. 

M'en déplaise à la personne qui souhaite la dictature, même Poutine m'impose pas le vaccin à toute sa population.

Les aides!!! On empêche les gens de travailler, des commerces et entreprises fermés, des emploi perdus. Vous vivez sur quelle plamète?

Adeptes des média mainstream, S.V.P Débranchez votre télé et allumez votre cerveau.

Aller voir ce qui se passe à l'assemblée nationale et bientôt au Sénat.

A bon entendeur...

re

jeu 22/07/2021 - 14:40

Heureusement la France et les Français n'ont pas attendu un pass sanitaire pour aller se faire vacciner. Des anti vaccins il y en a eu de tout temps, il y en aura toujours ! Pour ce qui est du totalitarisme qui s'instalerait en France, je propose à ces manifestants d'aller faire un aller simple en Corée du Nord, si toutefois ils revenaient, qu'ils n'oublient pas de témoigner pour nous dire leurs ressentis de ce voyage ! Merci à tous nos concitoyens qui se vaccinent et appliquent les gestes barrières, ils ont tout compris ! Une pandémie on la combat on ne la brocarde pas ! Être citoyen français c'est être responsable, nous vaincrons ce virus tous unis et solidaires. Ces gesticulations et brailleries sont anecdotiques !

 

 

di

jeu 22/07/2021 - 13:48

le passe sanitaire n'est qu'un prétexte à cette manifestation. il s'agit d'opposants, systématiques, à tout et n'importe quoi, surtout aux décisions, de toutes natures, prises par des autorités, quelles qu'elles soient. ils avaient juste oublié leurs gilets jaunes…..la chaleur sans doute !

quand on voit les inscriptions sur les pancartes et les propos tenus, c'est juste la manifestation de l'ignorance et de la bêtise.

Au fait, si tout le monde se vaccine, on a plus besoin de passe sanitaire : la solution est entre vos mains ! 

se

jeu 22/07/2021 - 13:34

L : 80% de ces manifestants sont dans toutes les manifestations sans des fois savoir le pourquoi de la manifestations. Et je pense que dans tous ces manifestants certains sont vaccinés. Triste société ou on se trouve.

ga

jeu 22/07/2021 - 09:34

On entend plus des arguments anti-autorité ou même anti-Macron qu'une réelle proposition sur une alternative au pass sanitaire. Bref, c'est une manif d'anti-tout, de gilets jaunes avec de grandes compétences en contestation mais sans grande réflexion "médicale" ou "citoyenne". On pourrait d'ailleurs se demander ce que FO et d'autres organisations syndicales ont légitimité à parler de freinage pandémique. Lalanne, Bigard, Mélanchon et Le Pen ont de beaux jours devant eux avec cette masse gueulante un peu ignare.

ro

jeu 22/07/2021 - 09:09

Je ne vois nulle part, sur les réseaux sociaux de commentaire négatif des non vaccinés sur ceux qui ont fait ce choix...Venez à la manifestation du 24 et vous verrez que les participants ne sont pas tous des fainéants alcoolisés, ni des désoeuvrés qui passent leur aprés-midi. Pour l'instant 214 manifestations d'imbéciles sont organisés en France. Contre cette répression et cet Etat qui nous broie comme des sous m...Nos parents ne se sont pas battus pour vivre comme des moutons !

lo

jeu 22/07/2021 - 08:21

À quand des manifestations de pro-pass sanitaire ?? Parmi tous ces désoeuvrés qui se défoulent dans les rues pour montrer leur désaccord COMBIEN sont déjà vaccinés (en cachette) mais qui profitent de l'occasion pour narguer l'État histoire de passer le temps  ?? J'espère pour eux qu'ils n'auront pas à être un jour en réanimation parce qu'ils auront été contaminés et LÀ ils feront moins les malins. ..Puisque la traçabilité médicale permet de savoir qui est ou qui n'est pas vacciné, une annulation de la carte vitale pourrait en faire réfléchir quelques-uns si besoin était ...Plutôt que de troubler l'ordre public les week-ends, emmenez donc vos gosses à la montagne pour leur faire prendre l'air  !!

pe

jeu 22/07/2021 - 07:34

Dans une dictature, vous n'auriez pas eu le droit de défiler ! Si vous ne voulez pas vous faire vacciner, restez chez vous. vous ne viendrez pas encombrer les hôpitaux, et vous ne ferez pas prendre de risques aux familles qui, elles aussi, ont droit à la liberté d'aller et venir sans s'inquiéter.

Les restaurateurs et cafetiers doivent garder la liberté d'ouvrir, les cinémas, les théâtres ... mais cette liberté collective est au prix du vaccin. Sinon, tout le monde sera reconfiné, et tout le monde perdra sa liberté.

Vous ne voulez pas de vaccin ? assumez : restez chez vous.

 

me

jeu 22/07/2021 - 07:20

qu ils arrêtent de se regarder le nombril 700 personnes contre tout et on en fait un fromage quid de ceux qui d'accord représentent une écrasante majorité et dont on ne parle pas.Si pour exister ils ont besoin de défiler sans oublier de se filmer sur leurs portables que dire. J'espère qu'ils ne seront pas malades ou qu'ils n ont pas de proches touchés !!! Il y en a assez de voir la loi se décréter dans la rue par une minorité. Dans une dictature on aurait la paix au moins !!! tous ces gens qui pour la plupart ont bien pris les aides du "dictateur" devraient les restituer pour montrer leur désaccord