Magnanville : tous les policiers et gendarmes touchés dans leur être

mer 15/06/2016 - 16:21 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:42

Une centaine de policiers et gendarmes, de personnels des services de l'Etat, ainsi qu'une poignée de civils se sont recueillis, ce mercredi 15 juin 2016, à midi, devant le commissariat de police du Puy-en-Velay. Comme dans le reste de la France, une minute de silence a été observée après le meurtre au couteau d'un couple de policiers dans les Yvelines, lundi, à leur domicile, en présence de leur fils de trois ans, pris en otage. Le préfet de la Haute-Loire, Eric Maire, est rentré plus tôt que prévu de Craponne-sur-Arzon où il était en déplacement, pour y assister. Il y a lu le message du ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve*, avant d'inviter l'assistance à se recueillir en silence pendant une minute.

----Le tueur est un Français de 25 ans. Larossi Aballa, abattu dans l’assaut, était connu et surveillé depuis longtemps pour sa radicalisation. Il a laissé une vidéo de revendication sur les réseaux sociaux. Trois membres de son entourage se trouvaient en garde à vue ce mardi.-----Un cocktail molotov lancé sur des policiers ponots
Le commandant Jean-Baptiste Salvaing et Jessica Schneider, employée administrative de la police nationale ont été ciblés et assassinés pour leur profession, hors service, chez eux. Tout policier, gendarme ou représentant des services de l'Etat peut donc se sentir concerné. En Haute-Loire comme ailleurs.
A l'occasion de la manifestation nationale contre la « haine anti-flic » à l'appel du syndicat Alliance police nationale, organisée dans plus de 80 villes de France, le 18 mai dernier, le délégué Alliance du commissariat du Puy-en-Velay nous avait dévoilé un incident qui rappelle aux personnels altiligériens que personne n'est à l'abri. Michaël Hausner se souviendra toujours de ce jour de 2014, quand un appel au 17 a signalé une bagarre. Il part en patrouille et là : « C'était un guêt-apens, explique-t-il, la voiture a été caillassée et un cocktail molotov nous a été lancé dessus. On ne l'a pas ébruité à l'époque pour que ça ne donne pas des idées à d'autres. » Les auteurs n'ont pas été retrouvés ; on ne connaît donc pas leurs motifs précis. L'enquête est toujours en cours.

Après la minute de silence, la centaine d'agents et de militaires ont repris leurs postes, conscients des risques qu'ils assument dans leur activité professionnelle.

A.W. et A.P.

Ce mercredi matin, face à Jean-Jacques Bourdin sur RMC et BFM TV, Laurent Wauquiez a réitéré ses propositions fermes face à la menace terroriste. Le vice-président délégué des Républicains, président de la Région Rhône-Alpes Auvergne et député de Haute-Loire prône l'internement des personnes radicalisées dans des centres de rétention.


* Message de Bernard Cazeneuve prononcé lors de la minute de silence :
"Une nouvelle fois, la France est en deuil.
Une nouvelle fois, deux fonctionnaires du ministère de l’Intérieur sont tombés, victimes d’une violence abjecte, sous les coups d’un criminel agissant au nom de l’organisation terroriste DAESH :
    Le commandant de police Jean-Baptiste SALVAING,
    Madame Jessica SCHNEIDER, adjointe administrative principale de l’Intérieur et de l’outre-mer.
En ce moment de deuil, nos pensées vont d’abord à leur fils âgé de trois ans, pris en otage, sauvé grâce à l’intervention courageuse des policiers du RAID et de la BRI, mais privé à jamais de l’amour de ses parents. Elles vont aussi au premier fils de Jean-Baptiste SALVAING. Elles vont à leurs familles et leurs proches, terrassés par le chagrin. Elles vont à leurs collègues des commissariats des Mureaux et de Mantes-la-Jolie, que j’ai rencontrés hier et dont je mesure les sentiments de tristesse et de colère.
A eux tous, je veux adresser aujourd’hui un message de sympathie, de compassion et de soutien, au nom de la Nation tout entière.
Car le crime dont Jean-Baptiste SALVAING et Jessica SCHNEIDER ont été les victimes a horrifié tous les Français.
Les Français connaissent le lourd tribut que les forces de sécurité ont payé pour assurer leur protection contre la menace terroriste.
Ils savent que, face aux épreuves d’une gravité exceptionnelle que notre pays a dû affronter depuis janvier 2015, ils ont toujours pu compter sur le courage, l’engagement et le dévouement des policiers et les gendarmes.
Ils mesurent les risques auxquels s’exposent tous ceux qui incarnent l’autorité de l’État et les valeurs de la République.
C’est parce que les policiers incarnent ces valeurs que, lundi soir, l’un d’entre eux, Jean-Baptiste SALVAING, a été froidement assassiné à son domicile, où le terroriste l’avait apparemment attendu pour mettre à exécution son projet criminel. Jean-Baptiste SALVAING n’a pas perdu la vie en service, alors qu’il encourait les risques qu’il avait choisi d’assumer en conscience dans son activité professionnelle. Et pourtant, s’il a été pris pour cible, s’il a été assassiné, c’est parce qu’il était policier. Si Jessica SCHNEIDER est morte, après avoir été prise en otage, c’est parce qu’elle était sa compagne et elle-même fonctionnaire au sein d’un commissariat de police.
Face à cette barbarie, je sais que vous réagirez avec les armes qui assurent votre supériorité sur l’ennemi : la solidarité, le sang-froid, la force de l’expérience, l’attachement aux valeurs républicaines et au Droit, la reconnaissance des Français.
Je veux vous assurer du soutien constant que vous trouverez auprès du Président de la République, auprès du Premier ministre et de son Gouvernement, dans la lutte que nous menons et pour laquelle vous êtes engagés, jour après jour, au péril de votre vie.
Ce combat est celui de l’époque. C’est celui de la démocratie. C’est un combat pour l’État de droit, sur lequel nous ne céderons rien. Ce combat nous imposera encore des efforts et des sacrifices. Il exigera de nous un engagement de tous les instants, une vigilance absolue et une rigueur exemplaire.
Nous le devons à tous ceux qui sont tombés face au terrorisme, à Jean-Baptiste SALVAING, à Jessica SCHNEIDER. En leur mémoire, je vous demande que nous observions ensemble une minute de silence et de recueillement."

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire