Loi travail : une faille pour empêcher l'application?

jeu 15/09/2016 - 17:58 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:42

Le CPE (contrat première embauche) a bien été abandonné en 2016, alors que la loi avait été adoptée. C’est l’argument qu’avancent les syndicats pour cette 14ème journée d’action nationale contre la loi travail en six mois. Une centaine de manifestations est organisée un peu partout en France ce jeudi 15 septembre 2016.

Le boulevard du Breuil bloqué
En Haute-Loire, le cortège est parti vers 10h30 de la place Cadelade, au Puy-en-Velay. Il a remonté le boulevard du Breuil jusqu’à s’arrêter en haut de l’artère centrale de la ville. S’arrêtant au feu rouge, l’intersyndicale a annoncé au micro que le défilé resterait là pour bloquer la circulation le temps des discours des leaders syndicaux. La place du Breuil, face à la préfecture, étant prise par le Roi de l’Oiseau, de même que les petites rues du centre ancien, le parcours habituel du tour de ville était impossible.
D’ailleurs, les gradins bondés des Fêtes Renaissance du Breuil avaient une vue privilégiée sur les le cortège de manifestants. Et les slogans syndicalistes diffusés à tue-tête par des haut-parleurs saturés se mêlaient aux coups de canon de la fête costumée.

Un cortège moins fourni
Difficile d’organiser une manifestation en pleine période du Roi de l’oiseau ? Pas plus que lors de tout autre festivité, répond Pierre Marsein, le secrétaire départemental de la CGT43. Difficile aussi de mobiliser après deux mois d’arrêt pour cause de grandes vacances.

Dans le cortège on retiendra la présence de salariés du privé (Michelin Blavozy, Guérin plastiques et Barbier Sainte-Sigolène, Recticel et Copirel Mazeyrat d’Allier, Gagne Solignac, Interep Aurec…), des membres du collectif Nuit debout habillés en Robins des Bois, pas de lycéens en cette période de rentrée scolaire, mais de nombreux agents de la fonction publique comme les territoriaux (du Puy mais aussi de Brioude), les hospitaliers (ponots et brivadois également). Pourtant, les fonctionnaires ne sont pas concernés par la loi travail...

Mais la star du défilé, c’était Bernard Thibault. L’ancien secrétaire général de la CGT de 1999 à 2013 se prête volontiers au jeu des selfies avec les militants et discute avec chacun. Le célèbre leader syndical avait été invité par l’Union départementale CGT de Haute-Loire pour son assemblée générale de rentrée. Comme Philippe Martinez, l’actuel n°1 de la CGT nationale, en mars dernier, Bernard Thibault est venu discourir des enjeux économiques et sociaux du moment au centre socio-culturel de Blavozy l’après-midi même. Celui qui est aujourd’hui membre de l'Organisation Internationale du Travail (OIT) est venu présenter son dernier livre La troisième guerre mondiale est sociale.
Zoomdici : Pour vous, la loi El Khomri est un recul social ? Quels recours les opposants ont-ils maintenant qu’elle a été promulguée après l’utilisation par trois fois de l’article 49.3 de la Constitution ? Quel est le message de votre ouvrage ?

Au micro, les leaders syndicaux départementaux se réjouissent de cette possibilité d'empêcher l'application de la loi El Khomri. Pour Force Ouvrière, Pascal Samouth rappelle que plus de 120 décrets d'application restent à promulguer d'ici la fin de l'année : "Alors bien sûr on ne va pas faire une manifestation par semaine", mais le combat continue contre ce "gouvernement anti-social" selon les mots de Véronique de Marconnay, secrétaire de Sud Solidaires.

Bernard Thibault, quant à lui, aurait pu se contenter de venir faire la promotion de son livre à l’AG de l’après-midi à Blavozy mais il a tenu à participer à la manifestation ponote le matin.

----Globalement, la police a compté 78 000 manifestants, dans toute la France ce jeudi. Les syndicats, eux, en ont dénombré 170 000.-----Aux côtés de Bernard Thibault, les forces de l’ordre ont comptabilisés 350 manifestants. L’intersyndicale, elle, en a dénombré 600. C’est donc un peu moins que lors de la dernière manifestation anti-loi travail, le 24 juin où entre 400 et 1000 manifestants avaient défilé au Puy.

Annabel Walker

Les chiffres des mobilisations anti-loi El-Khomri au Puy ces derniers mois
24 juin : entre 400 et 1000 manifestants
19 mai : entre 800 et 2 800
17 mai : entre 700 et 2 000
29 avril : 2 à 3 000
25 mars : près de 5 000 manifestants, c'était le plus gros rassemblement au Puy depuis 2010 et les manifs contre la réforme des retraites.
17 mars : près de 800 lycéens
9 mars : entre 700 et 1 500

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire