L'hôpital du Puy en progression dans le classement du Point

mar 24/09/2019 - 12:32 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:58

Le journal Le Point a publié son palmarès 2018 des hôpitaux et cliniques en France. Un classement qui fait office de référence pour de nombreux professionnels et qui en est déjà à plus de 20 éditions.
Ce classement se fonde sur plusieurs critères (activité, notoriété, ambulatoire, technicité, spécialisation, indice de gravité des cas traités, évaluation de la mortalité) qui donnent au final une note sur 20.
"Ces bons classements témoignent de la qualité de soins, de l’engagement au quotidien des équipes médicales, soignantes, techniques et administratives au service de la population", se félicite l'hôpital du Puy dans un communiqué de presse.

Chirurgie du Nez et des Sinus : deux fois mieux classé que le CHU de Clermont
Sur les 1 400 établissements (Hôpitaux et cliniques) passés au banc d’essai pour 79 spécialités, le Centre Hospitalier Emile Roux a été cité quatre fois par le magazine Le Point, contre trois fois en 2018. C'est la spécialité chirurgie dentaire et orale qui est de nouveau distinguée, comme en 2017. Le service du docteur Marc Durand se classe en 36ème position (parmi 458 hôpitaux pratiquant cette spécialité) avec 667 interventions et une note de 16,33.
À côté des grands Centres Hospitaliers Universitaires (CHU), l'hôpital du Puy apparaît à l’excellente 12e place pour la chirurgie du Nez et des Sinus (parmi 331 hôpitaux). Dans cette spécialité et pour l’exemple, le CHU de Clermont- Ferrand se classe à la 23e position. Avec 229 interventions, ce service (toujours dirigé par le Docteur Marc Durand) obtient la note de 17,15 sur 20. Pour comparaison, les villes mieux classées dans cette spécialité sont Lille, Strasbourg, Lyon, Montpellier, Marseille, Paris, Bordeaux, Nice... des collectivités d'un autre ordre de grandeur.

25ème pour le traitement des varices et 29ème pour la chirurgie de la cataracte
Le Centre Hospitalier Emile Roux est cité à deux autres reprises dans ce classement : d'abord pour le traitement des varices, à la 25ème position (parmi 359 hôpitaux pratiquant la chirurgie veineuse), avec 310 interventions et une note de 15,70. La direction de l'hôpital ponot tient à féliciter le responsable de service et le chef de Pôle Chirurgie le docteur Paul Dieleman.
Enfin pour la chirurgie de la cataracte, avec 1 483 interventions, le service du docteur Granier-Chevassus obtient 16,29/20. Il se classe ainsi en 29ème position et devance son voisin du CHU de Clermont-Ferrand qui arrive en 34e position. Une belle distinction parmi 308 établissements pratiquant la chirurgie de la cataracte.

Distingué pour la cinquième année de suite
Le Puy se distingue dans le classement pour la 5ème année consécutive pour la chirurgie du Nez et des Sinus, pour la chirurgie de la cataracte et pour le traitement des varices. Dans les deux premières spécialités, il s'agit de son meilleur classement des cinq dernières années ; a contrario, pour le traitement des varices, c'est le plus mauvais résultat depuis 2015.
On peut tout de même dire que depuis 2016, un palier a été franchi. Concernant la chirurgie dentaire et orale, elle n'est apparue au classement du journal Le Point qu'à deux reprises ces cinq dernières années : en 2017 et en 2019.

Un classement dont la méthode scientifique est contestable mais qui peut le rendre plus attractif pour ses recrutements futurs
Des classements qui font toujours le bonheur des personnels, qui en ont bien besoin en ce moment avec la crise que traversent les urgences et qui touche l'ensemble du centre hospitalier, crise que Zoomdici a d'ailleurs relayée d'abord pour le mouvement de grève mais aussi pour l'ex-chef des urgences qui a rendu sa blouse, même si la direction rappelle que la Haute-Loire possède le 7ème meilleur SAMU de France.
Un classement qui fait du bien, mais dont la méthode scientifique est contestable, comme s'étaient accordé à le dire plusieurs professionnels l'an dernier pour présenter les résultats à la presse. Un classement qui est enfin une belle vitrine pour l'hôpital car c'est un peu le nerf de la guerre quand on ne bénéficie pas d'un CHU (centre hospitalier universitaire) : le recrutement est vital et au Puy, les équipes sont restreintes et les équilibres fragiles. "On est dans un cercle vertueux", expliquait le directeur de l'hôpital vellave Jean-Marie Bolliet, "quand un hôpital est distingué par un palmarès médiatique, même si on peut discuter de ce dernier, on a un effet d'aubaine qui se crée sur les décisions des médecins qui parfois hésitent entre plusieurs établissements".

Maxime Pitavy

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire