Les psychiatres en grève à l’hôpital Ste-Marie

Par Nicolas Defay lun 28/06/2021 - 15:00 , Mise à jour le 28/06/2021 à 15:00

Répondant à l’appel de 3 syndicats nationaux, les « psy » du Centre Hospitalier Sainte-Marie au Puy se sont mis en grève jeudi 24 juin. D’après eux et la direction, la discipline se trouve dans une situation caractérisée de dramatique.

Le Syndicat des psychiatres des hôpitaux (SPH), l’Intersyndicale de la défense de la psychiatrie publique (Idepp) et l’Union syndicale de la psychiatrie (USP). Telles sont les trois entités à l’origine de cette action sociale conduisant à une grève dans plusieurs structures psychiatriques en France jeudi 24 juin. Les psychiatres de l’établissement privé Sainte-Marie au Puy-en-Velay ont rejoint les forces afin de déplorer non seulement la dégradation de leurs conditions de travail mais également les dommages collatéraux que subissent alors leurs patients.

« Je suis très inquiète pour l’avenir et l’accès aux soins en santé mentale pour la population de la Haute-Loire. A l’aube de la réforme du financement de la psychiatrie, quels seront les moyens humains et financiers dont nous disposerons dans les années à venir ? » Valérie Mourier

Un plan de sauvegarde en urgence

Les trois syndicats et les professionnels expliquent d’une même plume « que la discipline se trouve dans une situation dramatique et a besoin d’urgence d’un véritable plan de sauvegarde ». Ils soulèvent cinq principaux écueils ou la majorité gangrène pléthore de structures médicales à l’instar de l’hôpital public Émile-Roux du Puy. Ainsi, "le sous-financement chronique, la suppression constante et non compensée de lits, la lourdeur des tâches administratives amenuisant le temps consacré aux patients et la dérive sécuritaire des soins sans consentement" sont les quatre premiers.

« Mais aussi et surtout, la baisse continue de l’attractivité, soulignent-ils. Près de 20% des postes d’internes ne sont pas pourvus et ceci conjuguée à une crise démographique médicale sans précédent. 30% des postes de praticiens sont vacants ». Ils mentionnent pour finir les difficultés liées à la réforme de l’isolement-contention.

La réponse de la direction de l’hôpital Sainte-Marie

Valérie Mourier, directrice du Centre Hospitalier Sainte-Marie du Puy-en-Velay, s’exprime dans le sens des syndicats. Elle cautionne le terme de « dramatique » pour décrire la situation et dépeint un avenir sombre pour la profession. « Oui, la situation dans laquelle nous nous trouvons est dramatique, affirme-t-elle. La pénurie nationale de médecins psychiatres assèche le marché de l’emploi. Ce qui est d’autant plus crucial dans un département rural comme le nôtre, qui peut être peu attractif pour ces professionnels. Et ce, malgré des projets ambitieux qui tentent de s’adapter à la demande de la population ».

Elle ajoute encore : « De plus, le nombre d’internes qui nous est attribué est faible, ce qui n’arrange rien. Deux internes ce trimestre et zéro le trimestre dernier. Nous n’avons ainsi pas ou peu de perspectives de recrutement pour les années à venir ».

Vous aimerez aussi

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire