« Les poids-lourds, ça fait partie de mon sommeil »

jeu 15/02/2018 - 17:21 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:51

----L’arrêté préfectorale interdit la circulation des plus de 7,5 t et les transports de matières dangereuses, du rond-poind des Fangeas (Cussac) à l’échangeur du Monteil, pour la RN88 ; même interdiction, concernant la RN 102, à partir du rond-point du Collet (Polignac), où les chauffeurs doivent alors bifurquer en direction de Chadrac.

Sont exempts notamment ceux dont le siège social ou d’exploitation de l’entreprise est situé dans l’Agglo du Puy et ceux dont le conducteur quitte ou rejoint son domicile situé dans ce même périmètre.
D’où la confusion de pas mal de gens croyant à l’impunité en voyant circuler en ville les camions des transporteurs locaux, voire régionaux.-----
« C’est vrai que je suis aux premières loges », plaisante Patrick, 55 ans, chef d’une entreprise située au bas de l’avenue Foch, au Puy.  
Des poids-lourds de plus 7,5 t, il  en compte beaucoup, chaque jour, qui circulent sur l'artère, devant l’entrée de son établissement,« j’en vois plusieurs par heure, 3/4 descendent 1/4 montent, vous voyez les dalles noires au plafond juste au dessus de l’entrée ? Eh bien c’est l’artisan qui m’a conseillé cette couleur comme cela la salissure causée par les fumées d’échappement ne se verra pas.»

«Personne ne fait le tour par Coubladour»
Comme toutes les personnes qui ont accepté de s’exprimer, Patrick ignore l’exemption prévue dans l’arrêté préfectoral et dont bénéficient les entreprises de transport ayant leur siège social sur le territoire de l’Agglo du Puy et ce depuis le début de l’interdiction de circuler en 2011 (voir ci-contre).
Quoi qu’il en soit, Patrick confie voir « beaucoup de camions étrangers notamment espagnols, vivement la déviation, parce que personne ne fait le tour par Coubladour.»

Tout le monde n’a pas ce ressenti d’une persistance de la circulation des poids-lourds, c’est le cas d’Agnès, 55 ans, commerçante sur le boulevard Maréchal Fayolle : « j’ai l’impression qu’il y en a beaucoup moins depuis l’interdiction suite au grave accident.»

>>>Lire aussi : Le Puy : une dame décède, renversée par un poids-lourds, publié le 11/02/2010

Le préfet Yves Rousset que la rédaction de Zoomdici a joint au téléphone, explique néanmoins qu’il y bien eu « une augmentation du nombre de poids-lourds, en 2017, elle est liée à l’extension de la communauté d’agglomération du Puy.»

«Ils s’arrêtent pour dormir, laissant tourner leur moteur»
On retourne avenue Foch, et l’on rencontre Aurélien, qui gère une entreprise paramédicale : « il y a moins de passage de poids-lourds qu’à une certaine époque, mais ils sont encore trop nombreux, déplore-t-il, j’habite un peu plus haut à hauteur des Gorges du Lion et la nuit il y en a beaucoup qui s’arrêtent pour dormir, laissant tourner leur moteur.»

Et si Patrick témoigne plus haut observer beaucoup de passage de poids-lourds la journée, il semblerait en effet que la nuit ne soit pas épargnée, ce que confirme Sacha, 35 ans, dont la fenêtre de la chambre donne directement sur l’avenue : « je suis habitué au bruit parce que j’ai toujours habité en ville, mais je peux vous dire que toute la nuit j’entends passer les poids-lourds, ça fait même partie de mon sommeil », plaisante-t-il.

«Il s’agit de ne pas gêner la circulation»
Des contrôles, il y en a, « plus de 1300 depuis 2011, confirme le préfet, en moyenne ce sont 200 à 300 chauffeurs contrôlés par an.»
Seulement ces contrôles ont lieu en des endroits précis, vers la Petite Mer, à Chadrac et à la sortie sud du Puy, « car on est contraint d’avoir des emplacements où les poids-lourds peuvent stationner pour procéder à ces contrôles, précise Yves Rousset, il s’agit de ne pas gêner la circulation.»
----En 2017, 121 contrôles, 217 poids lourds controlés, 37 infractions relevées (chiffres de la préfecture de la Haute-Loire.-----
Sauf en cas d’infraction autre qu’un éventuel non respect de l’arrêté préfectoral, il ne semble pas y avoir d’autre vérification possible, de la part de la police, que lors des contrôles mis en place aux sorties du Puy.
Le préfet constate lui aussi que pour l’heure, « avec l’amende de 22€, beaucoup préfèrent passer par le Puy et gagner 20 minutes, surtout qu’ils ne se font pas prendre à tous les coups, mais avec la déviation, cela va réduire le nombre de poids-lourds en infraction.» Ouverture du contournement du Puy prévue cet été.

Jacques Jamon
 

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire