Tous

Beaulieu

Les multiples facettes du stand de tir de Beaulieu

jeu 14/04/2016 - 16:40 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:40

Le club de tir de Beaulieu est en ébullition entre la réception de l'équipe de France, les travaux d'amélioration du site et la préparation de la championne Laurence Brize pour les Jeux Olympiques de Rio. Cette dernière et Henri Boyer, président du club étaient les invités de Zone Mixte, émission de notre partenaire, RCF Haute-Loire, à laquelle la rédaction de Zoomdici.fr a participé.
Une ciblerie électronique à succès
Fin février, la structure a accueilli une épreuve du circuit national de tir. "Le bilan est très positif, les tireurs aiment beaucoup venir à Beaulieu", analyse le président du club altiligérien, Henri Boyer. En réalité ce stand de tir reçoit la plus grosse épreuve, celle où il y a le plus de participants. Pour le reste, une quinzaine d'établissements reçoivent ce type de compétition.
L'attrait pour Beaulieu ne surprend plus le président. "On se démarque par la qualité de nos installations." Il parle bien entendu des postes de tir électroniques. Quarante sont installés à dix mètres et quinze à cinquante mètres. C'est cette ciblerie qui est utilisée dans les championnats internationaux comme les Jeux Olympiques, les championnats d'Europe ou du monde... Comme nous vous l'avions déjà annoncé, Martin Fourcade et le reste de l'équipe de France de biathlon seront en entraînement en Haute-Loire du lundi 23 au vendredi 27 mai.
Le relief fait le reste
"Dans le département, je pense qu'on a tout pour accueillir des sportifs de haut niveau dans toutes les disciplines, on a une force entre les mains et on sait s'en servir", vante Laurence Brize, fière de son territoire. Ce dernier fait partie des raisons qui attire les sportifs comme Martin Fourcade, Henri Boyer en est persuadé. "Ils sont heureux de venir faire du vélo chez nous, surtout grâce au vallonnement. Il n'y a pas de grands cols, mais des petites descentes et des petites montées."
Ne rien changer pour les JO
Parmi les grands sportifs, il y a Laurence Brize, qui prépare les Jeux Olympiques de cet été. "C'est la compétition de référence pour un sportif en terme de vécu, au niveau sportif c'est moins difficile qu'un championnat du monde", commente-t-elle. Après sa mauvaise expérience aux JO de Londres, la championne ne veut rien lâcher : "Ce sont mes 4e JO, je sais comment je vais les préparer : rien changer". Voilà qui est dit.
Des infrastructures pour tous
En plus de séduire les grands sportifs, il faut aussi contenter les plus modestes. "On fait de gros efforts au niveau de la promotion !" Chaque année, entre 6 000 et 8 000 initiations sont réalisées auprès du public, notamment des jeunes. Environ 40 % des 307 licenciés ont moins de 20 ans. Ce sport séduit également de plus en plus les femmes, si elles représentent 11 % des pratiquants au niveau national, à Beaulieu, ce chiffre grimpe à 37 %.
Beaucoup de disciplines sont proposées : carabine, arbalète, pistolet... Mais la plus pratiquée reste la carabine. Bientôt, la musculation sera également au programme. Ce sont 300m2 qui vont être bâtis pour "répondre à une demande du biathlon et fidéliser la population". Le projet revient à 350 000 € à la communauté de commune et à 250 000 € au club pour l'équipement.

Emma Jouve

Retrouvez l'émission en podcast

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire