Les agents territoriaux appellés à la grève

jeu 27/10/2016 - 19:34 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:43

La CGT a déposé un préavis de grève qui débute le 3 novembre pour se terminer le 31 décembre. Il concerne les agents territoriaux. Leur colère a différentes sources.
Peu d'informations sur les changements
La fusion des intercommunalités semble être une source de stress. Les fonctionnaires auraient très peu, voire pas d’informations sur ces changements qui débuteront dès le 1er janvier 2017. « Ceux qui vont à la communauté d’Agglomération du Puy ne savent pas du tout ce qu’ils vont faire, dénonce Sandrine Laffay, responsable syndicale dans la coordination départementale CGT et représentante du personnel de petites collectivités. Heureusement certains font office de bons élèves, mais ils sont peu. Il y a la communauté de communes du langeadois qui a formé ses agents par exemple. »
Des primes impossibles à avoir à 100 % ?
Le manque de dialogue est également regretté pour la mise en place des primes RIFSEEP (régime indemnitaire tenant compte des fonctions, des sujétions, de l'expertise et de l'engagement professionnel). Cette prime remplace l’IAT (indemnité d'administration et de technicité) qui était accessible à tous les agents, mais adaptée au bon vouloir des collectivités. Le RIFSEEP a une partie fixe et l’autre modulable. « Ça ne sera plus à la tête de l’agent, mais ce sera adapté aux fonctions ». Le souci, c’est que la partie fixe serait souvent proche de 0. « Au centre de gestion, on voit passer beaucoup de collectivités qui préfèrent mettre l’argent sur la partie modulable ». Celle-ci correspond à des critères. « Ils sont souvent peu atteignables par les agents, accuse la responsable syndicale. Par exemple, on peut avoir ‘travail en équipe’ pour un agent de ménage alors qu’il travaille seul ». Certains de ces critères sont modulables chaque année, d’autres tous les quatre ans. « Les agents l’apprennent maintenant alors que ce sera appliqué au 31 décembre 2016. »
Le non-respect de certaines lois
Avec l’arrivée des mauvais jours, les astreintes hivernales doivent également se mettre en place. « C’est une obligation. Les agents concernés doivent être mis en poste pour assurer ces astreintes, et cela, avec une rémunération supplémentaire. Ce n’est pas la CGT qui le dit, c’est la loi ». Des collectivités ne les mettraient pas en place pour faire des économies d’après le syndicat.
D’autres sujets posent problème comme le respect du temps de travail, des instances paritaires…

Dès jeudi 3 novembre, les agents territoriaux pourront faire grève entre une heure et une journée entière, et ce, jusqu’à la fin de l’année.

E.J.

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire