L'écologie, dernière des préoccupations pour les Altiligériens ?

sam 22/06/2019 - 19:03 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:57

Des ateliers créatifs "nature" pour une trentaine de personne. L'événement de ce samedi 22 Juin est organisé par le collectif citoyen de la Marche pour le climat et les Coquelicots du Puy (pour l'interdiction des pesticides de synthèse). Il a eu lieu dans le kiosque du jardin Henri-Vinay de ce midi, à ce début de soirée, à deux pas du musée Crozatier, autour d'un pic-nique tiré du sac avec dessert en musique et d'activités nombreuses qui ont rassemblé une trentaine de personnes (militants et familles) autour de la présentation de livres et d'ateliers divers.

L'écologie en troisième position. En mai dernier, les scrutins ont parlé et cette élection a permis de mesurer l'engagement des altiligériens pour leur planète. C'est au travers des votes pour "Europe Ecologie" conduite par Yannick Jadot (arrivée troisième avec plus de 13% des votes) que nous nous rendons compte que l'écologie compte pour les altiligériens. En effet, depuis quelques mois, les militants sont de plus en plus nombreux à se retrouver au Puy-en-Velay, une fois par mois, pour marcher pour le climat. Cette marche rassemble des citoyens de différentes sensibilités avec un point commun : "Ils sont alarmés par l’état de la planète et les défis qui s’imposent à nous dès à présent.".
"10 Milliards d'humains sur terre pour 2050" et alors ?  Ni dans le top 10 des départements les plus pollués de France, ni dans celui des moins pollués. La Haute-Loire oscille entre bonne conduite et la place de mauvaise élève. A l'heure où l'actualité résonne en scandant l'alarmant : " 10 Milliards d'humains sur terre pour 2050 " les consciences s'éveillent/se réveillent : ça ne peut pas continuer comme ça ! Pourtant, à la buvette du jardin Henri Vinay, Marc, 35 ans, de Saint-Germain Laprade, ne s'est pas rendu à cet après-midi "nature" car il ne se sent pas concerné. En bon "citoyen irresponsable", (il le dit lui-même) "Je m'en fous complètement." Il habite non loin d'une zone industrielle, ne mange pas bio ni local mais plutôt "des fruits mutés et OGM-isés qui ont fait 4000 bornes", l'avenir de ses enfants d'ici à 2050 : "Sincèrement, ça ne m'empèche pas de dormir", répond-il volontairement provocateur. Un reflet du raz-le-bol de la population locale pour cette culpabilisation générale et cette morale apocalyptique où Marc est-il un cas isolé ? La morale ? Pourtant une arme de construction massive permettant de nous faire prendre conscience des enjeux de demain ... pour ceux qui se préoccupent de leur avenir, de celui de leurs enfants et qui souhaitent agir à leur niveau voici quelques proposition à retenir : 
- Privilégier l’alimentation locale
- Refuser le plastique sous toutes ses formes
- Tendre vers le zéro-déchet
- Choisir des destinations de vacances plus proches
Jardiner en privilégiant la bio-diversité
- Pour les flatulences méthanisées de nos Montbéliardes, il y aurait là aussi de belles idées pour limiter leurs dégâts sur la planète paraît-il.
A.M.

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire