Le Puy : policier et pompier volontaire à la fois

ven 12/06/2015 - 17:40 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:35

Début juin, au commissariat de police du Puy, une convention a été signée entre la DDSP 43 (Direction départementale de la sécurité publique) et le SDIS (service départemental d'incendie et de secours).
Cet accord a pour but de laisser au brigadier-chef Pascal Crozet un temps de disponibilité à l’achèvement de sa formation dans le cadre de son activité de sapeur-pompier volontaire.

« Je me suis lancé à fond dedans. Malgré tout, cela demande du temps »
L'exercice de cette activité supplémentaire demande un effort de disponibilité important. Pour cette raison, l’État avait voté une loi en 1996 relative au développement du partenariat dans les corps départementaux de sapeurs-pompiers. Cela a permis en outre de développer le volontariat en Haute-Loire.
----La Haute-Loire compte 1630 sapeurs-pompiers volontaires. Cela représente 94 % de volontariat parmi l'effectif total.-----La mise en place de ces conventions avec des administrations publiques, mais aussi des groupes privés, a ainsi laissé du temps aux volontaires pour parfaire leur formation conséquente. Pascal Crozet, dès son arrivée en Haute-Loire en 2011, a accepté de devenir pompier volontaire. « Cela m'a plu et intéressé, je me suis lancé à fond dedans. Malgré tout, cela demande du temps », indique le brigadier-chef, qui montre ainsi la nécessité de cet accord.

Autorisé à quitter son poste de fonctionnaire de police dix jours par an
En Haute-Loire, c'est la première fois qu'un agent de l’hôtel de police se porte volontaire chez les sapeurs-pompiers. Pour exercer cette fonction supplémentaire, le pompier doit d'abord faire une demande auprès de son employeur afin de mettre en place une formule permettant d'adapter ses horaires de travail afin d’accéder à la formation nécessaire.
Pascal Crozet a ainsi été autorisé à quitter son poste de fonctionnaire de police dix jours par an pour se former puisque les stages ont lieu durant son temps de travail.

----En Haute-Loire, parmi les 1630 sapeurs-pompiers volontaires, la moitié sont issus d'administrations ou de collectivités publiques. La seconde moitié est issue d'entreprises privées.-----Certaines missions peuvent servir d'un métier à l'autre
L'agent polyvalent, alterne donc entre deux métiers à risque, ce qui selon lui permet « d' allier deux fonctions cohérentes », certaines missions d'un métier pouvant servir à l'autre. « Je termine le travail à 18 heures, je rentre à mon domicile vers 19 heures afin d'être disponible pour mon activité de sapeur-pompier volontaire », explique Pascal Crozet qui, lorsqu'il est appelé par sa caserne, effectue principalement des missions de secours à la personne « plus courtes, avec une durée moyenne de trois heures environ », conclut-il.
Tous les trois ans, le service départemental d'incendie et de secours organise une remise des trophées afin de récompenser et de remercier les entreprises et collectivités qui ont signé ces conventions. La prochaine se tiendra au Conseil général du Puy-en-Velay, le 15 octobre 2015.

S.J.

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire