Le Puy : chute mortelle du quatrième étage

mar 29/12/2015 - 17:56 , Mise à jour le 27/11/2020 à 08:38

Il était environ minuit lorsque les secours ont été appelés à intervenir, rue Courrerie au Puy-en-Velay. Un jeune homme de 20 ans gisait sur le sol, après avoir chuté depuis le quatrième étage.
Selon les enquêteurs, il serait mort sur le coup mais si la piste accidentelle est privilégiée, les investigations se poursuivent.

Une chute soudaine alors qu'il fumait une cigarette à la fenêtre
"Les investigations ne font que débuter", nous indique-t-on au Parquet ce mardi après-midi, "nous n'avons pour l'instant entendu que les quatre personnes qui étaient présentes avec la victime au moment du drame". Selon nos informations, les témoiganges sont concordants et font état d'une chute soudaine du jeune homme qui s'était appuyée contre la rembarde alors qu'il fumait une cigarette à la fenêtre.
Autre certitude : la victime était plutôt considérée comme marginale, mais aucun des protagonistes ne serait connu pour des faits de grande délinquance.

L'autopsie réalisée ce mercredi à Saint-Etienne
"Nous en sommes à la recherche des causes de la mort", indique le Parquet, "on s'oriente plus sur l'hypothèse accidentelle, à défaut d'avoir d'autres éléments". Ces derniers pourraient survenir demain, avec l'autopsie de la victime, réalisée à l'IML (institut médico-légal) de Saint-Etienne.
On saura alors si le jeune homme présente des traces de coups, qui justifierait une dispute ayant entraîné la chute de la victime. Il s'agirait alors d'une defenestration et ce serait un crime. Autre élément attendu lors de l'autopsie : les résultats toxicologiques et d'alcoolémie de la victime, qui pourraient éclairer les circonstances du drame en cas d'hallucination par exemple.

Les images de la vidéoprotection seront-elles exploitables ?
Reste enfin la piste de la vidéoprotection, présente dans le quartier, "mais on ne sait pas si ça peut apporter des éléments utiles à la manifestation de la vérité", conclut le Parquet qui attendait avec impatience le visionnage des images, même si de nuit elles risquent d'être peu lisibles et qu'elles ne permettront pas forcément d'élucider l'affaire, surtout que la caméra doit filmer en priorité le trottoir plutôt qure les fenêtres. 

Maxime Pitavy

À découvrir

Contenus sponsorisés

Vos commentaires

Se connecter ou s'inscrire pour poster un commentaire